Ce site est entièrement dédié à l'analyse technique sans pour autant dédaigner l'analyse fondamentale. Nous avons voulu ce site interactif et convivial où vous pouvez poster vos commentaires et études dans les différents forums.
L’Iran, continuera à exporter son pétrole sur le «marché gris»
 

L’Iran promet de vendre malgré les sanctions son pétrole sur le marché « gris ». Rien n’est moins sûr! Car derrière le discours de Téhéran, se cache la terrible machine de guerre économique américaine, qui va rendre complexe la vente massive sur le marché gris. Bien sur les Iraniens réussiront à en vendre un « peu » et à quel prix sur le marché gris mais certainement beaucoup à un bon prix et c’est cela qui fait toute la différence.

En économie c’est à la marge que se font les tendances et les problèmes. Si vous réussissez à vendre quand même 20% de votre production au marché gris c’est beaucoup, mais votre économie vient de perdre 80% de ses ressources, et un pays ne peut pas s’en remettre. C’est d’ailleurs exactement ce qui arrive au Venezuela.

Charles SANNAT

Comme les États-Unis ont supprimé les exemptions qui permettaient à huit pays d’acheter du pétrole iranien malgré l’embargo imposé par Washington depuis novembre, l’Iran a décidé d’écouler son brut sur le «marché gris», annonce l’agence Irna, se référant au vice-ministre iranien du Pétrole.

L’Iran entend écouler son pétrole sur le «marché gris» pour échapper aux sanctions américaines qu’il juge illégales, a déclaré dimanche le vice-ministre iranien du Pétrole Amir Hossein Zamaninia, cité par l’agence Irna.

«Nous avons mobilisé toutes les ressources du pays et vendons du pétrole sur le marché gris. Il ne s’agit pas de contrebande, mais d’une réaction à des sanctions que nous considérons comme injustes et illégales», a expliqué le responsable.

L’année dernière, les États-Unis se sont retirés unilatéralement de l’accord sur le nucléaire iranien et ont réimposé leurs sanctions à Téhéran. Par ailleurs, le 1er mai, ils ont mis fin aux exemptions qu’ils avaient accordées auparavant aux huit principaux pays acheteurs de brut iranien, la plupart situés en Asie, qui leur permettaient de continuer d’importer des volumes limités.

L’Iran aurait plus d’acheteurs potentiels de pétrole malgré les sanctions américaines
À partir de mai, la Chine, l’Inde, la Turquie, le Japon, la Corée du Sud, Taïwan, l’Italie et la Grèce seront exposés à des sanctions américaines s’ils continuent d’acheter du brut iranien.

Réagissant à la déclaration des États-Unis de mettre fin aux exemptions de commerce de pétrole avec l’Iran qui permettaient encore à certains pays d’en profiter, les ministres français, allemand et britannique des Affaires étrangères ainsi que la haute représentante de l’Union européenne ont déclaré regretter cette décision.

Source: insolentiaeVoir les précédentes interventions de Charles Sannat

avatar
 
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Mayday Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
Mayday
Invité

L’UE doit leur servir de « rente de situation », comme depuis de nombreuses années déjà, ce qui exp… https://t.co/rOQZZF13jm