Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Le remède de Jerome Powell est à l’origine même du problème !… On va droit dans le mur !!
 

Le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, a émis un discours négatif lors d’une webdiffusion le mercredi 13 mai 2020. Je ne vous parle pas de taux d’intérêt négatifs, même si c’est ce qui va arriver. Powell est devenu négatif sur les perspectives d’une reprise économique rapide.

Il a raison sur les perspectives économiques, mais il a tort sur la solution. Il ne se rend même pas compte que c’est la politique de la Fed qui est à l’origine du problème.

Beaucoup d’experts et de politiciens ont supposé que l’économie reviendrait à la normale une fois que les gouvernements rouvriraient leurs économies. Powell a mis une douche froide à cet espoir, avertissant que les États-Unis pourraient faire face à une récession «profonde et prolongée». Il a déclaré: «l’ampleur et la vitesse de cette récession sont sans précédent dans l’histoire moderne, et bien pire que toute récession depuis la Seconde Guerre mondiale »

Nous assistons à une forte baisse de l’activité économique et de l’emploi, et déjà les gains en termes d’emplois au cours de la dernière décennie ont été purement et simplement effacés. Depuis que la pandémie est arrivée il y a à peine deux mois, plus de 40 millions d’américains ont perdu leur emploi. Une enquête de la Fed qui sera publiée demain reflète des conclusions similaires à de nombreuses autres: parmi les personnes qui travaillaient en février, près de 40 % de ceux des ménages gagnant moins de 40 000 dollars par an ont perdu leur emploi en mars. Ce renversement de situation économique a provoqué un niveau de souffrance difficile à exprimer avec des mots, car la vie de tous ces gens a basculé d’un seul coup et l’incertitude quant à leur avenir est grande. »

Les perspectives restent incertaines selon Powell, les risques baissiers demeurant significatifs. Il a ajouté qu une récession prolongée et une faible reprise pourraient également décourager l’investissement et l’expansion des entreprises, limitant davantage la reprise en termes d’emplois ainsi que la croissance du stock de capital et le rythme des progrès technologiques. Le résultat pourrait être une longue période de faible croissance de la productivité et de revenus stagnants.

Il a raison sur tout ça. Mais il s’est trompé à peu près sur tout le reste au cours de son discours.

Après avoir brossé un tableau sombre, Powell a appelé à davantage de dépenses publiques et à une politique monétaire encore davantage exceptionnelle.

“Nous devons faire ce que nous pouvons pour éviter ces résultats, ce qui peut nécessiter des mesures politiques supplémentaires.”

Powell a promis que la Fed «continuerait à utiliser ses outils au maximum jusqu’à ce que la crise soit passée et que la reprise économique soit bien engagée», mais a souligné que la banque centrale ne pouvait pas faire grand chose. Il a pratiquement supplié le Congrès d’emprunter et de dépenser plus d’argent.

Une aide au sauvetage supplémentaire provenant des dépenses publiques ou des politiques fiscales, bien que coûteuse, en vaudrait la peine si elle permettait d’éviter des dommages économiques à long terme et nous laissait avec une reprise plus forte.

Coûteux semble être un euphémisme. Le gouvernement américain s’est déjà engagé à dépenser des milliers de milliards de dollars et les démocrates à la Chambre viennent de proposer un projet de loi de dépenses de 3 000 milliards de dollars supplémentaires. Le déficit budgétaire en avril était de 738 milliards de dollars – et ce n’est que la pointe de l’iceberg. Le département du Trésor a déjà annoncé son intention d’emprunter 2 990 milliards de dollars au deuxième trimestre.

Powell a déclaré qu’il faut s’occuper de la dette que lorsque tout va bien, mais où était-il lorsque l’administration Trump affichait un déficit de 1 000 milliards de dollars avant la pandémie ? Eh bien oui, rappelez-vous, Powell nous disait que l’économie se portait mieux que bien à l’époque – alors même qu’il réduisait les taux d’intérêt et lançait le QE.

C’est là que réside la sordide vérité: la mise en place par Powell de taux d’intérêt bas ad vitam aeternam, de l’assouplissement quantitatif, de l’impression monétaire et des emprunts et dépenses du gouvernement, ce sont les mêmes solutions qui avaient déjà fait vaciller et conduit l’économie au bord de l’effondrement avant même la pandémie de coronavirus.

Gardez à l’esprit que tout ce dont Powell a parlé se produisait déjà avant l’épisode du COVID-19. L’économie était criblée de dettes et était déjà soutenue par une politique monétaire extraordinaire de la Réserve fédérale. Nous avons eu trois baisses de taux en 2019. La Fed menait des opérations de repo  pour stabiliser les marchés financiers et la banque centrale avait déjà lancé un assouplissement quantitatif, même si Jerome Powell et Compagnie avaient refusé de l’appeler ainsi. Le gouvernement américain était déjà en bonne voie d’obtenir une déficit de 1 000 milliards de dollars sur l’exercice 2020, avant même que le gouvernement ne dépense des milliers de milliards de dollars de dépenses de relance. Le coronavirus vient de mettre un coup d’accélérateur à tout ceci.

Et maintenant, Powell veut passer à la vitesse supérieure.

Il ne devrait pas être surprenant que Powell ne sache pas comment faire pour gérer la suite, car il ne sait même pas comment nous sommes en arrivés là. L’homme n’a même pas conscience de ce qu’il fait.

Durant son discours, il a noté que les accidents du passé se sont produits après que les prix des actifs “aient atteint des niveaux non supportables” ou après “des secteurs importants de l’économie, tels que l’immobilier, se soient effondrés de manière insoutenable”. Mais que ce ne serait pas le cas cette fois.

“Il n’y avait aucune bulle menaçant d’éclater et aucun boom insoutenable à controler . Le virus est la cause, pas les suspects habituels – c’est quelque chose qui mérite d’être gardé à l’esprit lorsque nous répondons aux questions.”

Allez, Jérôme! L’air s’échappait déjà de votre bulle boursière insoutenable avant même le coronavirus. C’est pourquoi vous avez réduit les taux d’intérêt l’année dernière et lancé vos petits programmes de quantitatif easing(Planche à billets).

Craig Hemke: « A y est, c’est fini !… La Fed ne peut plus s’arrêter d’imprimer !! » Rob Kirby: « En faisant tourner la planche à billets à l’infini, les responsables de la Fed sont des charlatans qui jouent avec une pseudo stratégie keynésienne monétaire ! »

Oui, la mise à l’arrêt de l’économie par le Coronavirus afin de lutter contre la pandémie a créé des perturbations sans précédent dans l’économie. Il n’y a aucune discussion possible. Mais cette économie était déjà pourrie jusqu’à la moelle avant la pandémie en raison des politiques mêmes que vous souhaitez maintenant intensifier afin de tenter de sauver une économie qui ne pourra l’être. C’était une grande, grosse, gigantesque bulle d’endettement gonflée par la dette. La prescription médicamenteuse de Jerome Powell ne sauvera pas l’économie. Au mieux, cela sauvera la bulle – pour quelques temps encore.

Enfin Peut être.

Peter Schiff a mis le doigt là où ça fait mal dans un podcast récent.

Personne ne se soucie vraiment à ce stade des données ou de leur faiblesse car elles sont tout simplement attribuées au coronavirus. Ils ont utilisé ce prétexte pour lui attribuer tous leurs erreurs. Oubliant le fait que nous déjà dans une situation catastrophique avant. Les gens n’ont absolument pas conscience des problèmes de l’économie américaine qui existaient déjà – les problèmes structurels très profonds qui se cachent derrière cette bulle et que les gens n’ont toujours pas compris. Tout est polarisé autour des effets du coronavirus et ne réalisent absolument pas que l’économie était déjà en très mauvaise posture bien avant que nous ne soyons impactés par le coronavirus. »

Et ce sont les politiques de Powell – celles avec lesquelles il veut passer à la vitesse supérieure aujourd’hui – qui étaient déjà à l’origine des dégâts sur notre économie.

Il n’y a aucune solution facile. Les bulles doivent éclater un jour. Les distorsions et l’ensemble des troubles économiques doivent être purgés. Mais cela créerait beaucoup de souffrance que la classe politique n’est pas prête d’assumer. Au lieu de cela, ils continueront à répéter les mêmes erreurs du passé mais à plus grande échelle.

Peter a déclaré que bien Powell ait été aussi pessimiste, il est encore trop optimiste, et “son conseil qui est que le gouvernement fédéral dépense massivement de l’argent par des déficits monétisés par la Fed, vous garantira le pire résultat possible”.

Source: schiffgold

A l’attention des lecteurs du site BusinessBourse

Nous sommes à la veille d’un tournant majeur dans l’économie mondiale. Le moment est venu d’acheter de l’Or avant qu’il ne soit trop tard. Pour les très rares personnes qui ont des actifs à protéger, il devient urgent de sortir des bulles d’actifs(marché boursier, obligataire, immobilier, etc…), comme je le recommande depuis longtemps. Il est également temps de détenir de l’or et de l’argent physique comme assurance pour son patrimoine. Les métaux précieux atteindront des niveaux sans précédents, voire non envisageables aujourd’hui avec l’hyperinflation. Débancarisez-vous ⟶ Service Premium

Pour ceux qui pensent que c’est le moment d’investir dans l’or ou l’argent, nous vous recommandons de contacter le site “l’once d’or”. Leurs prix, le service et le conseil vous aideront à prendre votre décision. Livraison gratuite dans toute la France métropolitaine, et territoires d’outre-mer. Pour d’importants achats, si vous venez de la part du site BusinessBourse, vous aurez de meilleures conditions en prix et en service. (En cas de besoin – Tel portable: 06 85 94 73 13)

               
Le retour au Standard Or d’Antal Fekete                            Dernière intervention de P.Herlin sur l’or
                      
         Nicolas Perrin: Investir sur le marché de l’or                                           Histoire de l’argent
               

[AMAZONPRODUCTS asin=”2914569661,2865532321,2914569823,2297004788,2915401233″ partner_id=”busbb-21″ locale=”fr”]

0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x