Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Le pic pétrolier arrive – c’est juste une question de temps

La demande mondiale de pétrole pourrait s’épuiser avant que les réserves de la mer du Nord ne le fassent.

Ce mois marque un moment historique mais largement oublié dans l’histoire du secteur pétrolier, et quelque chose qui ne se répétera probablement jamais si les prévisions concernant la disparition du combustible fossile le plus précieux du monde se révèlent exactes.

Il y a cinquante ans, BP – alors connue sous le nom de British Petroleum et détenue majoritairement par l’État – a découvert du pétrole au large des côtes écossaises dans le champ des Forties, autrefois puissant, grâce à un prêt de 370 millions de livres sterling. Ce financement équivaudrait à 5,5 milliards de livres sterling en monnaie d’aujourd’hui, provenant du gouvernement de Harold Wilson, alors à court d’argent.

À son apogée, à la fin des années 1970, le groupe de puits situé à 110 miles au large des côtes d’Aberdeen produisait bien plus de 500 000 barils par jour de brut de haute qualité.

Ce gisement prolifique – qui faisait autrefois de la mer du Nord l’un des plus importants bassins pétroliers du monde – a pompé plus de 2,4 milliards de barils de pétrole au cours de sa durée de vie et son exploitant actuel, Apache, pense qu’il pourrait encore produire dans 20 ans.

Toutefois, la question la plus pertinente à laquelle la mer du Nord et l’industrie pétrolière mondiale dans son ensemble sont aujourd’hui confrontées est la suivante : y aura-t-il encore un marché en expansion pour justifier l’investissement dans la production de cet or noir en 2040 et au-delà ?

Le Moyen-Orient possède les plus grandes réserves de pétrole du monde

Le pic de la demande de pétrole approche certainement, mais les avis sont partagés quant au moment de son arrivée. BP prévoit dans l’un de ses scénarios une baisse spectaculaire de la consommation et a averti que le « pic pétrolier » est déjà prévisible à court terme.

Selon ses prévisions les plus audacieuses, la demande mondiale devrait diminuer de moitié pour atteindre 55 millions de barils par jour d’ici 2050 si les gouvernements et les consommateurs adoptent des politiques de transition énergétique sans compromis pour lutter contre le changement climatique.

Mais l’estimation apocalyptique de BP concernant l’avenir de l’industrie pétrolière n’est pas universellement partagée par tous. L’Opec, le cartel de producteurs dirigé par l’Arabie Saoudite qui contrôle un tiers du pétrole mondial, est plus optimiste sur le sujet.

Le pétrole risque une lourde rechute ! L’OPEP annonce la fin de l’«âge d’or» du pétrole de schiste

Dans sa récente publication World Oil Outlook, l’organisation a déclaré qu’elle s’attendait à ce que la demande ne se stabilise que d’ici 2040, la consommation de brut devant culminer à un peu plus de 109 millions de barils par jour avant de décliner progressivement par la suite.

Bien que l’Opec ne nie pas les risques du changement climatique, il s’attend à ce que les principaux pays consommateurs tels que la Chine et l’Inde, ainsi que d’autres régions en développement, continuent à brûler et à traiter des combustibles fossiles pendant des décennies après que le moteur à combustion interne aura été banni des routes européennes par un barrage de politiques et de taxes visant à réduire les émissions de carbone.

La consommation quotidienne de pétrole dans le monde

En comparaison, dans ses dernières prévisions, S&P Global Platts Analytics voit la demande de pétrole culminer à 115 millions de barils par jour en 2041, puis diminuer très progressivement pour atteindre 112 millions de barils par jour en 2050.

« Pour l’offre et la demande mondiales de pétrole à long terme, l’impact de Covid-19 est un recul décidé, mais pas un changement radical », a écrit Platts Analytics dans un rapport récent.

« Ce n’est pas suffisant pour modifier la trajectoire du marché pétrolier ; c’est suffisant pour avancer de manière significative le pic de la demande de pétrole, ou pour aligner les émissions de CO2 du secteur pétrolier sur un objectif de réchauffement de 2C. »

Bien sûr, de nombreuses variables pourraient prolonger l’ère du pétrole dans le monde pendant de nombreuses décennies encore. Les Nations Unies estiment que la population mondiale augmentera encore de 40 % pour atteindre plus de 9 milliards de personnes en 2040.

La démographie est susceptible de soutenir la demande croissante de produits de base mondiaux, y compris le brut et ses nombreux sous-produits tels que les plastiques et les produits pétrochimiques, à moins qu’il n’y ait un accord international global obligeant légalement toutes les nations à restreindre la consommation.

Les percées technologiques dans le domaine du captage des émissions, ou de la production et du stockage d’énergie renouvelable au-delà des batteries conventionnelles peuvent également modifier les perspectives du pétrole.

Une menace plus immédiate pour la longévité future de l’industrie pétrolière, en particulier dans les bassins vieillissants comme la mer du Nord, pourrait être la chute spectaculaire des investissements due à un mélange de prix bas et de réticence à injecter plus d’argent dans un secteur blâmé pour le changement climatique et hanté par la crainte d’un pic de la demande.

Chiffres clés du pétrole de la mer du Nord.

L’Opec, qui a fixé une date pour le pic pétrolier pour la première fois, estime toujours que l’industrie a besoin d’un immense investissement pour répondre à la demande future d’ici 2045, alors que selon sa propre analyse, la consommation pourrait être en déclin.

D’ici là, la dernière goutte de pétrole rentable pourrait avoir été extraite dans les années 2040, si les sombres prévisions de BP sur le déclin du marché du pétrole sont correctes. Le pic pétrolier est à venir, mais son moment exact d’arrivée reste incertain.

Charles SANNAT

Source: insolentiaeVoir les précédentes interventions de Charles Sannat

0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
Alain
Alain
30 jours plus tôt

Faut être un peu plus sérieux sur les sources Carlito !
Tout d’abord, le pic conventionnel s’est produit en 2005.
Et ensuite, si on ajoute 40% à la population actuelle, on arrive à 11 milliards d’individus et non à 9 milliards.
Bon je chipote en fait car de toute façon, on est cuits.

Last edited 30 jours plus tôt by Alain
1
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x