Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Selon l’AIE, le vaccin Covid « ne viendra probablement pas à la rescousse » du marché mondial du pétrole avant un certain temps

Selon l’AIE, le vaccin Covid « ne viendra probablement pas à la rescousse » du marché mondial du pétrole avant un certain temps.

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) a réduit jeudi ses prévisions de la demande mondiale de pétrole pour 2020 et a affirmé qu’elle ne s’attendait pas à ce que la perspective d’un vaccin contre le coronavirus augmente de manière significative la demande « avant une bonne partie de l’année prochaine ».

Dans son dernier rapport mensuel très suivi, l’AIE a déclaré qu’elle s’attendait désormais à ce que la demande mondiale de pétrole se contracte de 8,8 millions de barils par jour cette année. Cela reflète une révision à la baisse de 0,4 million de barils par rapport à l’évaluation du mois dernier.

L’agence de l’énergie basée à Paris a réduit ses perspectives à court terme en raison de la faiblesse des données historiques et d’une résurgence des cas de Covid-19 en Europe et aux États-Unis.

Pour 2021, l’AIE a déclaré que la croissance de la demande mondiale de pétrole augmentera de 5,8 millions de barils par jour, ce qui représente une révision à la hausse de 0,3 million de barils par rapport au mois dernier.

Les prix du pétrole ont connu trois séances de bourse consécutives de gains depuis que Pfizer et BioNTech ont déclaré lundi que les premiers résultats ont montré que leur candidat vaccin était efficace à plus de 90% dans la prévention des infections à Covid.

On espère qu’un vaccin sûr et efficace pourra contribuer à mettre un terme à la pandémie de coronavirus qui a fait plus de 1,28 million de victimes dans le monde.

D’énormes défis restent à relever avant qu’un vaccin Covid-19 puisse être déployé, mais les marchés pétroliers ont applaudi la nouvelle, espérant qu’elle pourrait entraîner une augmentation de la demande énergétique dans les mois à venir.

« Toutefois, il est beaucoup trop tôt pour savoir comment et quand les vaccins permettront de reprendre une vie normale. Pour l’instant, nos prévisions ne prévoient pas d’impact significatif au cours du premier semestre 2021 », a déclaré l’AIE.

Les contrats à terme de référence internationaux sur le Brent se sont négociés à 43,66 dollars le baril jeudi matin, en baisse d’environ 0,3 %, tandis que le brut West Texas Intermediate américain se situait à 41,33 dollars, soit une baisse d’environ 0,35 %.

Réunion de l’OPEP

Le dernier rapport de l’AIE arrive peu de temps avant qu’une alliance énergétique regroupant certains des plus puissants producteurs de brut du monde ne se réunisse pour discuter de la prochaine phase de la politique de production pétrolière.

L’OPEP et les alliés non membres de l’OPEP, connus collectivement sous le nom d’OPEP+, doivent tenir des discussions le 1er décembre.

Face à la faiblesse de la demande mondiale de pétrole, le groupe avait accepté une réduction record de l’offre de 9,7 millions de barils par jour à partir du 1er mai. Cette réduction a ensuite été ramenée à 7,7 millions en août et l’OPEP+ a annoncé qu’elle prévoyait de réduire encore son offre l’année prochaine.

« Avec un vaccin Covid-19 qui ne viendra probablement pas à la rescousse du marché mondial du pétrole avant un certain temps, la combinaison d’une demande plus faible et d’une offre de pétrole croissante constitue une toile de fond difficile pour la réunion des pays de l’OPEP+ », a reconnue l’AIE.

« Si les fondamentaux ne changent pas, la tâche de rééquilibrage du marché progressera lentement. »

L’OPEP a réduit mercredi ses prévisions de la demande mondiale de pétrole pour le reste de l’année et pour 2021, citant des perspectives économiques plus faibles que prévu et une recrudescence des cas de coronavirus.

Le groupe de 13 producteurs a déclaré qu’il prévoit que la demande mondiale de pétrole se contractera de 9,8 millions de barils par jour d’une année sur l’autre en 2020, avant d’augmenter de 6,2 millions de barils sur une base annuelle l’année prochaine.

Charles SANNAT

Source: insolentiaeVoir les précédentes interventions de Charles Sannat

0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x