18.6 C
Munich
vendredi, juin 14, 2024

MEME LES DIRIGEANTS DES GROSSES ENTREPRISES TIRENT LA SONNETTE D’ALARME : « La dette publique Américaine EXPLOSE…Plus de 34 000 milliards ! Enorme INSTABILITE financière en 2024 !!! »

NOS SOLUTIONS

A LA UNE

LES DERNIÈRES VIDÉOS

Fred Smith, fondateur et président exécutif du géant du transport maritime FedEx, est le dernier chef d’entreprise à tirer la sonnette d’alarme : si l’on ne contrôle pas l’explosion de la dette publique américaine, elle risque de dégénérer en une crise économique et humaine absolument catastrophique.

M. Smith a été interrogé lors d’une interview sur « Fox News » sur son opinion sur les projections du « Congressional Budget Office » (CBO) selon lesquelles la dette fédérale américaine détenue par le public passera de 99 % du produit intérieur brut (PIB) en 2024 à un record de 116% en 2034, avant de dépasser 170 % au milieu du siècle.

Il a répondu en disant que les avertissements concernant le niveau de dépenses gouvernementales qui alourdissent la dette publique américaine sont à la fois sérieux et croissants et, « j’espère que j’ajouterai au chœur et que je dirai que cela n’est pas viable ».

Récemment, le PDG de « JPMorgan Chase », Jamie Dimon, a averti que les dépenses incontrôlées à Washington risquaient de provoquer un défaut de paiement du gouvernement qui pourrait déclencher une « rébellion », tandis que l’investisseur milliardaire Ken Griffin a déclaré qu’essayer d’imprimer plus de dollars pour faire face à la possibilité d’un défaut de paiement reviendrait à pousser l’économie dans une « profonde chute ».

Sous le mandat du président Joe Biden, la dette nationale a bondi de plus de 6 300 milliards de dollars (et de 7 800 milliards de dollars sous l’ancien président Donald Trump).

« Crise budgétaire catastrophique »
M. Smith a déclaré sur « Fox News » que la capacité de l’Amérique à imprimer de la monnaie dépend du fait que le dollar reste la principale monnaie de réserve mondiale, mais que cela est de plus en plus menacé.

« Les soi-disant alliances BRIC – le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine – se sont délibérément engagées dans une démarche visant à détrôner le dollar », a déclaré M. Smith. « Si cela se produit et que nous ne pouvons pas vendre nos obligations, je peux vous assurer que le niveau de vie dont nous jouissons tous aujourd’hui appartiendra au passé. »

L’animateur de « Fox News » a ensuite rappelé les remarques de M. Smith lors d’un événement en décembre, lorsque le président de « FedEx » avait déclaré qu’il espérait que les dirigeants politiques de Washington pourraient reconnaître les « dangers sans précédent » auxquels le pays est confronté en termes d’instabilité politique et financière, et qu’ils auraient assez de bon sens pour prendre des mesures visant à éviter une « crise budgétaire catastrophique ».

Lorsqu’on lui a demandé s’il voyait chez les dirigeants politiques d’aujourd’hui la sagesse d’éviter une telle catastrophe, M. Smith a répondu : « non, bien au contraire ».

Alors qu’un certain nombre de capitaines d’industrie ont mis en garde contre la nécessité de remettre de l’ordre dans les finances publiques américaines, la secrétaire au Trésor, Janet Yellen, a déclaré récemment qu’elle ne pensait pas que le gouvernement fédéral ait besoin de réduire les dépenses déficitaires et d’équilibrer le budget pour mettre le pays sur une bonne voie, une voie financièrement viable.

Les remarques de Mme Yellen ont été faites lors d’une comparution le 6 février devant la commission des services financiers de la Chambre des représentants, lorsqu’on lui a demandé si le budget américain serait un jour équilibré au cours des 50 prochaines années pour renforcer la situation financière du pays.

« Je ne pense pas que le budget doive être équilibré », a-t-elle déclaré lors d’un échange avec le représentant Pete Sessions (R-Texas). « Le budget américain n’a pas besoin d’être équilibré pour être sur une trajectoire budgétairement viable. »

Des données récentes du Trésor montrent que le déficit budgétaire a augmenté de 16 % par rapport à l’année dernière, portant le déficit du budget fédéral à 532 milliards de dollars au cours des quatre premiers mois de l’année fiscale.

Mme Yellen a déclaré lors de l’audience que les propositions de politique économique de réduction du déficit du président Joe Biden contribueraient à « garantir » que le gouvernement est sur une voie durable en garantissant la croissance de l’économie nationale.

Ses remarques – et les avertissements des chefs d’entreprise – interviennent alors que les paiements d’intérêts annuels sur la dette publique américaine ont dépassé la barre des 1 000 milliards de dollars et que la dette nationale a dépassé les 34 000 milliards de dollars.

Les récentes projections du CBO montrent que la dette fédérale détenue par le public en pourcentage du PIB devrait atteindre 172 % d’ici 2054.

Le directeur du « CBO », Phill Swagel, a déclaré dans ses remarques sur les perspectives budgétaires que les paiements d’intérêts sur la dette publique américaine atteindraient environ 1,6 milliard de dollars d’ici dix ans.

« Les coûts nets d’intérêt contribuent largement au déficit, et leur croissance équivaut à environ les trois quarts de l’augmentation du déficit entre 2024 et 2034 », a déclaré M. Swagel.

« Au départ, les coûts d’intérêt nets sont similaires aux montants des dépenses discrétionnaires tant pour les activités de défense que pour les activités non défensives. À la fin de la période, ils seront environ une fois et demie plus importants que pour chacun, à 1 600 milliards de dollars », a-t-il ajouté.

Alors que certains membres du pouvoir exécutif minimisent le danger des déficits budgétaires, le Congrès semble se rapprocher au moins de la création d’une commission chargée d’examiner les mesures visant à freiner les dépenses incontrôlées.

Commission de la dette
La commission budgétaire de la Chambre, dirigée par les Républicains, a récemment voté par 22 voix contre 12 pour créer une commission de 16 membres qui soumettrait des recommandations de politique budgétaire.

Le représentant Jodey Arrington (Républicain du Texas), président de la commission du budget de la Chambre, a accusé les deux partis d’être financièrement irresponsables.

« Nous sommes tous ensemble dans ce bateau. Et le bateau coule. Notre dette nationale insoutenable est le plus grand défi du 21e siècle », a-t-il déclaré.

La commission a été chargée d’évaluer les moyens d’équilibrer rapidement le budget fédéral.

L’un de ses objectifs est de proposer des moyens d’améliorer la solvabilité à long terme de divers programmes gouvernementaux, en particulier celui de « Medicare et Social Security ».

Les analystes de l’Université de Pennsylvanie estiment que lorsque le ratio dette/PIB atteindra environ 200 %, il atteindra le point de non-retour. C’est à ce moment-là qu’aucune augmentation d’impôts ou réduction de dépenses futures ne pourrait empêcher le gouvernement de faire défaut sur sa dette.

« Contrairement aux défauts techniques dans lesquels les paiements sont simplement retardés, ce défaut serait beaucoup plus important et se répercuterait sur les économies américaine et mondiale », ont-ils expliqué.

Dans le meilleur des cas, les analystes de l’Université de Pennsylvanie estiment que les États-Unis ont environ 20 ans pour prendre des mesures correctives avant que la spirale croissante de la dette ne devienne incontrôlable.

Source: zerohedge

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Accès illimité à des livres gratuits - Cliquez pour en profiter !

LES PLUS POPULAIRES 🔥

Investissez dans L'Or via notre partenaire de confiance "L'once d'Or".

X