Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Etats-Unis: La FED maintient ses taux directeurs, proches de zéro, l’économie est donc en déclin … “En 12 points”

american-decline-flagla banque centrale américaine a annoncé, jeudi 17 septembre 2015, qu’elle laissait ses taux d’intérêt inchangés, proche de zéro. « Les récents développements économiques et financiers mondiaux peuvent refréner l’activité et sont susceptibles d’exercer à court terme davantage de pression à la baisse sur l’inflation », justifie le communiqué de la Fed.

On est en droit de se poser quelques questions quant à cette décision de maintenir ses taux à zéro. La raison selon la FED serait liée uniquement au contexte international. Encore plus fort, la présidente de la Réserve fédérale américaine, Madame Janet Yellen a essayé de relativiser l’impact des soubresauts de ces dernières semaines, ajoutant qu’ils « n’ont pas fondamentalement modifié » les perspectives de la Fed sur l’économie américaine, qui restent positives….

Positives ?

En réalité, il n’ y a de reprise que dans la communication de la FED et celle des médias et ce depuis des années. Lorsque l’on prend le temps de regarder les choses de plus près, la situation économique américaine ne s’améliore pas, elle se dégrade continuellement. Son état est même pire aujourd’hui que lors de la dernière récession.

# 1 – Une dette étudiante qui n’arrête pas d’enfler

La bulle de la dette étudiante prend des proportions de plus en plus inquiétantes aux États-Unis. Selon la Réserve fédérale de Saint-Louis, le total des prêts s’élève à 1 272,87 milliards de dollars au 31 Août 2015, soit plus que la dette totale des cartes de crédit américaines. Chaque seconde, la dette étudiante augmente de 3 055 $ !…. Soit 7 918 560 000 $ / Mois (environ 8 milliards de dollars / mois)

# 2 – 46 millions d’Américains ont reçu de la nourriture provenant d’une banque alimentaire

Depuis que Barack Obama a été élu à la Maison Blanche, la dépendance des américains vis-à-vis du gouvernement a grimpé en flèche à des niveaux que nous n’avons jamais vu auparavant. En 2008, le gouvernement fédéral dépensait environ 37 milliards de dollars par an pour le programme fédéral de coupons alimentaires. Aujourd’hui, ce nombre est supérieur à 74 milliards de dollars. Si l’économie est vraiment en “reprise”, pourquoi la dépendance des américains auprès du gouvernement est-elle beaucoup plus élevée qu’elle ne l’était lors de la dernière récession ?

snap

Plus de 46 millions d’américains font la queue devant les banques alimentaires et parfois dès 6 h 30 le matin

# 3 Une dette publique qui semble être devenue hors de contrôle

La dette publique des Etats-Unis progresse sans arrêt obligeant le gouvernement américain à déplafonner régulièrement le seuil limite. La dette américaine s’élève aujourd’hui à presque 18.200 milliards de dollars, soit environ 110% du PIB national. La dette publique américaine semble incontrôlable, la preuve !

Sur le graphique ci-dessous, vous pouvez voir que la dette publique des États-Unis se situait autour de 9 000 milliards de dollars lorsque nous étions entrés en récession fin 2007, début 2008. Depuis ce temps, la dette publique américaine a doublé atteignant plus de 18 150 milliards de dollars. Les Etats-Unis prennent exactement le même chemin qui a fait tomber la Grèce et vous pouvez le vérifier ci-dessous.

# 4 – La dette totale des Etats-Unis dépasse frôle les 60 000 milliards de dollars

Lorsque vous cumulez toutes formes de dettes, incluant la dette du gouvernement, du commerce, la dette des crédits immobiliers et la dette-consommateurs, nous atteignons 59 045 milliards de dollars. Il s’agit essentiellement de dette privée, et non d’emprunts du gouvernement. La progression de cette dette privée pose un risque bien réel de récession. En réalité, le chiffre est démentiel et difficile à décrire avec des mots.

# 5 – Depuis juillet 2007, date du début de la crise, la Fed a produit une montagne de cash…

Après la crise de 2008, le gouvernement a imprimé beaucoup de dollars pour renflouer les banques et en soutenir le marché immobilier, augmentant ainsi la dette de milliers de milliards de dollars ( Plus de 4 160 milliards de dollars). Les gens peuvent donc acheter des choses qu’ils n’ont pas les moyens de s’offrir. Contrairement à ce que pense certaines personnes malgré que le Q.E soit officiellement arrêté, la réalité est toute autre puisque la Fed a maintenu et maintient un biais accommodant en continuant de réinvestir les tombées obligataires arrivant à échéance des Q.E précédents.

# 6 – Le revenu médian réel des ménages américains a diminué sous Obama

Pendant la fameuse «reprise» d’Obama, le revenu médian réel des ménages a en fait diminué un peu. Juste avant la dernière récession, il était au-dessus de 54 000 dollars par an, mais maintenant il a chuté à environ 52 000 dollars l’année …

# 7 Le taux d’accession à la propriété aux États-Unis au plus bas depuis 20 ans

Au début de 2008, le taux d’accession à la propriété aux États-Unis se situait autour de 68 %. Aujourd’hui, il a plongé en dessous de 64 % à 63,4%. Aussi incroyable que cela puisse paraître, il n’a pas été aussi bas depuis plus de 20 ans. Il suffit de regarder le graphique ci-dessous – le taux d’accession à la propriété a continué de chuter tout au long de “reprise économique” d’Obama …

# 8 Le taux de participation à la population active n’arrête pas de baisser

Barack Obama ne cesse de répéter que le chômage est “en baisse”, mais la réalité est que le taux de participation à la population active a diminué de façon constante depuis la fin de la dernière récession… Et oui, nous ne serions plus en récession !

# 9 Nouveau Record: 94,031 millions d’américains sont en dehors de la population active

les Etats-Unis ont atteint un autre nouveau record historique puisque 94,031 millions d’américains (âgées de 16 ans et plus) sont exclus de la population active (américains sans travail et ne recherchant pas activement un emploi).

Depuis 2007, 14,9 millions d’Américains ont “volontairement” quitté la population active alors que seulement 4 millions de nouveaux emplois ont été créés. En voilà une drôle de reprise !.

# 10 Une vitesse de circulation de la monnaie historiquement basse

Maintenant, ce qui suit est quelque chose que j’ai déjà expliqué, mais il convient de le répéter. La vitesse de circulation de la monnaie est un indicateur très important de la santé d’une économie. Lorsque l’économie fonctionne bien, les gens se sentent généralement bien et l’argent circule librement à travers le système. J’achète quelque chose qui vous appartient, puis vous prenez cet argent et achetez à votre tour quelque chose à quelqu’un d’autre, etc. Mais quand une économie est en difficulté, la vitesse de circulation de l’argent a tendance à diminuer. Comme vous pouvez le voir sur le graphique ci-dessous, une baisse de la circulation de l’argent a été associée à chaque récession depuis 1960. Alors, pourquoi la vitesse de circulation de l’argent a continué de chuter depuis la fin de la dernière récession alors que nous serions en pleine phase de reprise ?

# 11 L’augmentation de la rémunération moyenne horaire ne suit pas la hausse de l’inflation

La rémunération horaire moyenne a augmenté d’un «fantastique» 2,2% par rapport à l’année dernière. Je suis sûr que le ménage américain moyen avec l’expérience de l’inflation de 5% ou plus par an, est ravi de voir son salaire prendre jusqu’à 2,2%. Les salaires des 140 millions de non-superviseurs était en dessous de 2,0%.

Et oui, le coût de la vie continue d’augmenter régulièrement et la hausse de la rémunération moyenne horaire ne rattrape rien. Ceci est particulièrement vrai pour des produits de base que nous achetons tous, comme par exemple la nourriture. Comme je l’écrivais plus tôt cette année, le prix du steak haché aux États-Unis a doublé depuis la dernière récession.

prix-steak-hache

Vous pouvez vérifier sur le site du département du travail américain (BLS) que le prix sur steak haché est toujours à 4,16 dollars au mois d’août 2015.

Alors que nos revenus stagnent, le coût de la vie continue d’augmenter. Par exemple, depuis 2000, le coût de la nourriture et des boissons a augmenté de presque 50 %.

# 12 – Ralentissement dans les carnets de commandes en pourcentage

Attention, on entend parler d’une reprise aux Etats-Unis alors que l’on peut constater un ralentissement dans les carnets de commandes ,des fabricants ,en pourcentage d’un trimestre sur l’autre dans le premier graphique ci-dessous. Ce n’est donc pas un bon signe. Pourtant, on nous raconte l’inverse…

Idem pour les nouvelles commandes des fabricants de biens durables en pourcentage d’un mois sur l’autre.

A noter que les parties grisées correspondent aux périodes de récessions.

0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x