Ce site est entièrement dédié à l'analyse technique sans pour autant dédaigner l'analyse fondamentale. Nous avons voulu ce site interactif et convivial où vous pouvez poster vos commentaires et études dans les différents forums.
23% des américains sont au chômage durant leurs années les plus productives

UnemploymentSaviez-vous que lorsque vous ajoutez le nombre d’américains officiellement déclarés au chômage (8,2 millions) à ceux qui ne font plus plus partie de la population active (94,3 millions) puisqu’ils sont sortis des statiques étant donné qu’ils ne cherchent plus d’emploi activement, nous arrivons à cet énorme chiffre de 102,5 millions d’Américains en âge de travailler qui ne disposent d’aucun emploi actuellement ?

J’ai déjà écrit à ce sujet précédemment, mais aujourd’hui, je veux seulement me concentrer sur ​​les Américains qui sont dans leurs années les plus productives. Quand vous étudiez seulement la tranche d’âge d’américains qui sont âgés de 25 ans à 54 ans, 23,2 % d’entre eux sont au chômage en ce moment. L’analyse et le graphique ci-dessous proviennent de la Weekly Standard

Voici un diagramme circulaire montrant les américains faisant partie de cette tranche d’âge qui sont actuellement employés (95,6 millions) et ceux qui ne le sont pas (28,9 millions):
1-in-4-Americans-25-54-Not-Working
« Il y a 124,5 millions d’Américains qui sont dans leurs années les plus productives (tranche d’âge 25-54 ans). Près d’un quart de cette tranche d’âge soit 28,9 millions de personnes, ou 23,2 % du total, ne sont pas actuellement employés. Soit ils sont devenus tellement découragés qu’ils ont quitté carrément la population active, ou alors ils se trouvent toujours au sein de la population active, mais sans emploi. Ce groupe de personnes sans emploi est 3,5 millions plus important qu’il ne l’était avant que la récession ait commencé en 2007 « , a écrit le camp républicain au Comité budgétaire du Sénat.

De toute évidence, nous n’avons jamais récupéré de l’impact causé par la dernière récession.

Mais nous allons essayer de remettre ces chiffres dans leur contexte.

Ci-dessous, je voudrais partager avec vous deux graphiques. Ils montrent ce qui est arrivé aux taux d’inactivité pour les hommes et pour les femmes aux États-Unis ces dernières années durant leurs années les plus productives.

Pour être considéré comme étant «inactif», vous ne pouvez pas avoir un emploi et vous ne pouvez pas être à la recherche d’un travail.

Donc, ce sous-ensemble de personnes est encore plus petit que le groupe dont nous parlions au dessus. Ce pourcentage de 23,2 % d’Américains qui sont dans leurs années les plus productives et en même temps au chômage actuellement comprend ceux qui sont à la recherche d’un emploi et ceux qui ne le sont plus.

Ces deux prochains graphiques ne comprennent pas ceux qui ont un emploi pas plus que ceux qui en cherchent un. Ces graphiques ne couvrent que les gens «inactifs» dans leurs années les plus productives et qui ne sont pas considérés comme faisant partie de la population active.

Comme vous pouvez le constater dans le premier graphique, le taux d’inactivité des hommes dans leurs années les plus productives a explosé au cours de la dernière récession, puis a continué à monter, même après la récession prétendument terminée. A ce stade, ce taux est en lévitation à proximité des niveaux records. Est-ce que cela ressemble à une « reprise économique » pour vous ?

Pour les femmes, c’est la même situation. Sur ce second graphique, vous pouvez voir que le taux d’inactivité des femmes dans leurs années les plus productives a grimpé au cours de la dernière récession, et n’a fait qu’augmenter depuis. A ce stade, ce taux lévite également à proximité des niveaux records…

Que devons-nous penser de tout cela ?

Pour les hommes et les femmes dans leurs années les plus productives, le taux d’inactivité est encore plus élevé qu’il ne l’était au cours de la dernière récession et est en lévitation à proximité des niveaux records.

Toutes ces personnes n’ont pas de travail et ne sont pas à la recherche d’un emploi.

Mais alors, que se passe-t-il ?

Sont-ils riches ?

Ces gens ont-il trouvé des conjoints fortunés et se sont-ils mariés pour ne pas avoir à travailler ?

Non, la vérité est que la classe moyenne américaine ne cesse de s’éroder et la pauvreté explose littéralement. La dette sur les cartes de crédit a grimpé à un nouveau record, et 48 % de l’ensemble des américains âgés de moins de 30 ans croient que «le rêve américain est mort».

La question est pourquoi les gens ne veulent pas travailler.

Le problème est que les gens ne peuvent plus trouver assez de travail.

Et même si vous avez un emploi, cela ne signifie pas que vous ayez une vie plus facile. Selon la Social Security Administration (Administration de la sécurité sociale américaine), 51 % de l’ensemble des salariés américains gagnent moins de 30.000 dollars par an.

Des dizaines de millions d’Américains font dorénavant partie des rangs des «travailleurs pauvres». Tant de familles voient leurs dépenses grimper en flèche tandis que leurs salaires baissent ou stagnent. Si vous êtes dans cette situation en ce moment, alors vous savez probablement comment cette situation délicate peut-être stressante.

Il suffit de regarder ce qui se passe au sujet du coût de l’assurance maladie. Ce qui suit vient de Fox News

social-us-2015Les primes d’assurance maladie ont augmenté plus rapidement que les salaires et que l’inflation au cours des dernières années.

La hausse moyenne a été de 28 % entre 2009 et 2014 en dépit de la promulgation de l’Obamacare, selon un rapport de Freedom Partners.

Mais je ne sais pas exactement où ils ont obtenu ces chiffres. Parce que pour moi, je sais que mes tarifs d’assurance-maladie ont augmenté beaucoup plus rapidement que cela.

Il y a deux ans, ma compagnie d’assurance maladie voulait doubler les primes d’assurance-maladie pour ma famille, même si nous ne tombons jamais malades. Donc, je suis passé à une autre compagnie d’assurance dont leur contrat était seulement environ 30 % plus élevé que le dernier que j’avais. Mais alors, lorsqu’il est venu le temps de renouveler ce contrat, cette compagnie d’assurance voulait une nouvelle fois élever mon taux de 50 %.

Merci à Obamacare, les familles américaines sont complètement pris à la gorge par le coût des soins de santé. Et bien sûr, nous assistons à une augmentation du coût de la vie dans de nombreux autres secteurs aussi. Nos salaires sont de plus en plus faibles, et cela tue littéralement la classe moyenne. En fait, la classe moyenne américaine représente maintenant une minorité pour la première fois.

Comme vous pouvez le voir avec ce que je viens de partager avec vous ci-dessus, nous n’avons jamais vraiment eu de véritable « reprise économique » significative, et maintenant nous sommes entrés dans les premières phases de la prochaine crise majeure.

Alors, allons-nous nous sortir de cette situation ? Malheureusement non. Notre prospérité a été alimentée par de la dette qui nous a fourni un confort de vie tout a fait artificiel et cela ne pourra pas durer longtemps. Lorsque cette bulle éclatera, les douloureuses conséquences économiques seront absolument sans précédents.

Mais nous ne serons pas uniquement confrontés aux douloureuses conséquences économiques. Dans mon dernier livre, je détaille les choses que je pense voir arriver, et j’explique pourquoi la planète entière sera bientôt confrontée à une période incroyablement difficile. Ce sera l’un des livres chrétiens les plus controversés de l’année 2016, car il remet en cause directement la plupart des choses qui sont enseignées dans les églises dominantes aujourd’hui. Mon livre est un message d’avertissement inquiétant mais aussi un message plein d’espoir, et je crois vraiment que c’est la chose la plus importante que j’ai jamais écrit.

Peu importe la manière dont vous pouvez voir l’avenir, la clé est que nous avons tous appris à nous aimer les uns les autres. Les années qui se profilent vont être extrêmement difficiles, et ceux qui veulent s’enfuir et survivre comme des loups solitaires vivront une période très difficile. Nous avons tous besoin les uns des autres, et ceux qui ont des amis, une famille et des communautés qui les entourent seront dans une bien meilleure position pour affronter les tempêtes à venir.

Alors laissez-nous espérer le meilleur, mais nous préparons aussi pour le pire…

Source: theeconomiccollapseblog

Poster un Commentaire

avatar
 
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
  Subscribe  
Me notifier des