Ce site est entièrement dédié à l'analyse technique sans pour autant dédaigner l'analyse fondamentale. Nous avons voulu ce site interactif et convivial où vous pouvez poster vos commentaires et études dans les différents forums.
Le constat est terrible mais nous assistons à la plus faible reprise économique américaine depuis 1949 !
 

Dollar-BendingLa plupart d’entre nous n’ont jamais assisté à une «reprise» économique aussi faible.

Comme vous le verrez ci-dessous, le taux de croissance économique moyen depuis la dernière récession a été le plus faible de toutes les «reprises» depuis au moins 67 ans. Et malheureusement, l’économie semble ralentir encore plus en 2016. Vendredi dernier, j’avais évoqué combien la dernière publication du pib américain avait été décevante avec seulement 1,2 % de croissance au second trimestre après celle du premier trimestre de 0,8%. Et la semaine dernière, nous avions également appris que le taux d’accession à la propriété aux États-Unis venait d’atteindre son plus faible niveau jamais enregistré. Croyez-moi ou pas mais ce n’est pas à cela qu’une reprise ressemble. Et il semble bien qu’un nouveau ralentissement économique majeur a déjà commencé.

Mais vous n’avez pas besoin de me croire sur parole sur le fait que cette reprise soit si faible et si décevante. Ce qui suit provient d’un article du Wall Street Journal qui vient d’être publié et qui est intitulé: “Sept ans plus tard, cette reprise reste la plus faible depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale”

Même sept ans après la fin de la récession, la période actuelle a connu un taux de croissance bien plus faible que d’autres courts cycles économiques de reprise.

En termes de croissance annuelle moyenne, le rythme de cette reprise a été de loin le plus faible de toutes les cycles de reprise depuis 1949. (pour lesquels nous disposons de données trimestrielles.) L’économie a progressé à un taux annuel de 2,1% depuis que la reprise américaine a démarré au milieu de l’année 2009, selon les données publiées vendredi par le Département du Commerce américain sur le Pib.

La précédente de reprise, de 2001 à 2007, a été la seule autre période où la croissance économique n’avait pas augmenté d’au moins 3% par an, en moyenne.

Cette période de très faible croissance s’est déroulée alors que Barack Obama était à la Maison Blanche. Après plus de sept ans et demi passé à la tête des Etast-Unis, il est en bonne voie pour devenir le seul président de toute l’histoire des États-Unis à n’avoir jamais fait progresser le Pib américain de plus de 3% sur une année et ce durant ces deux mandats soit 8 ans.

Et contrairement à de nombreux autres présidents, il a au deux mandats pour accomplir cet exploit !

L’un des secteurs qui a su profiter de cette reprise est l’industrie automobile, mais depuis le début de l’année 2016, ce secteur se trouve lui aussi en difficulté dorénavant…

Etats-Unis: Après les “Subprimes” dans l’immobilier, voici les “Subprimes” dans l’automobile

Le secteur de l’automobile qui avait été l’un des moteurs de la croissance du PIB américain depuis des années est dorénavant en train de ralentir. Durant les six premiers mois de l’année 2016, le total des ventes de voitures et de camions légers basé sur un taux annuel corrigé des variations saisonnières (DDA) a atteint 17,5 millions de véhicules, ce qui représente une baisse de 100.000 unités par rapport à la même période de l’année précédente. Durant le premier semestre 2016, les ventes de flottes automobiles pour les entreprises de locations de véhicules et à de gros acheteurs ont fortement augmenté. Mais les ventes au détail ont baissé de 2%.

Pour la majorité des entreprises, les bénéfices sont en baisse.

Dans certains cas, ils sont très faibles.

On prévoit déjà que ce sera le cinquième trimestre consécutif de baisse des bénéficies des entreprises. Même les analystes sont dorénavant en train d’admettre qu’il est «évident» que nous sommes entrés dans un “ralentissement mondial”

“La Saison des résultats aux Etats-Unis confirme l’image que nous avons de situation macro-économique globale. Nous avons un ralentissement mondial. Cela se voit clairement dans toutes les grandes économies”, a déclaré Peter Garnry, responsable de la stratégie actions chez Saxo Bank, sur bloomberg au travers d’un podcast.

Bien entendu, cela fait 12 mois que j’explique exactement les mêmes choses, mais beaucoup de gens n’ont accordé aucune importance à mes publications puisque les marchés financiers se portaient bien.

Mais le marché boursier n’est pas un baromètre de l’économie réelle. Il ne l’a jamais été, et il ne le sera jamais.

Si les marchés actions reflètaient fidèlement la santé de l’économie américaine, alors ils se seraient littéralement effondrés et ce depuis longtemps. En ce moment, le cours des actions est complètement déconnecté de toute réalité économique, et cela rend perplexe de nombreux spécialistes reconnus de Wall Street. L’un d’eux est Jeffrey Gundlach, le directeur général de DoubleLine Capital. Il suffit de vérifier ce qu’il a déclaré à Reuters le vendredi 29 juillet 2016

jeffrey-gundlachNotant la récente hausse du S&P500 tandis que la croissance économique reste faible et les bénéfices des entreprises stagnent, Gundlach a dit que les investisseurs boursiers sont entrés dans un monde “d’uber-complaisance”.

Vendredi dernier, le S&P500 avait atteint un nouveau sommet historique à 2,177.09 points, tandis que le gouvernement publiait une très faible croissance du Pib américain de seulement 1,2% ce qui fut extrêmement décevant.

“L’artiste Christopher Wool utilise des mots dans ses peintures dont l’une s’intitule: “vends la maison, vends la voiture et vends les gosses”. C’est exactement ce que je ressens, vendez tout ! Plus rien ne va ici. Voilà ce que Jeff Gundlach a déclaré dans un entretien téléphonique. “Les marchés boursiers devraient s’effondrer mais les investisseurs semblent avoir été hypnotisés comme si rien ne pouvait aller mal.”

Si vous suivez Jeff Gundlach, vous savez probablement déjà qu’il ne s’est pas trompé sur les marchés financiers au cours des deux dernières années.

Donc, quand il dit que le marché boursier “devrait s’effondrer” et qu’il est temps de «tout vendre», nous devrions tous le prendre très, très au sérieux.

Tout au long de l’histoire, une énorme baisse des bénéfices des entreprises a presque toujours entraîné une chute considérable du cours des actions. Comme Jesse Felder l’a souligné, « on n’a jamais vu une baisse de cette ampleur des bénéfices sans une baisse d’au moins 20% du cours des actions ” et ce durant les 50 dernières années.

Pour tout observateur rationnel, il est clair que le cours des actions aurait déjà dû commencé à s’effondrer il y a quelque temps.

Et si l’on prend un peu de recul, c’est ce qui est déjà arrivé un peu partout dans le monde, mais ici aux Etats-Unis les actions continuent de défier toutes les lois économiques.

Mais à ce stade, il n’est pas très utile d’alerter les gens à ce sujet. Ceux qui sentent le danger arriver se sont déjà retirés des marchés actions, et la plupart de ceux qui préfèrent ne rien voir et qui prétendent que les choses ne tourneront pas aussi mal cette fois-ci ne sont tout simplement pas persuadés que ce soit la fin du jeu.

En fin de compte, nous devrions tous être reconnaissants que cette bulle financière absurde ait duré aussi longtemps, parce que les choses sont restées plus ou moins stables et c’est sans doute préférable à une grande instabilité. L’économie américaine et le système financier américain ont bénéficié d’une longue période de stabilité qui a défié toutes les lois, et nous espérons que cela se prolonge pour quelques temps encore…

Source: theeconomiccollapseblogLire les précédents articles de Michael Snyder

9
Poster un Commentaire

avatar
 
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
4 Comment threads
5 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
James YakuzaFrancoise Moureauxwinston.tatcherBusinessBourse B&BStocco Laurent Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
Francoise Moureaux
Invité

Vous avez bien écrit ‘ reprise économque” ou c’est une erreur ?

BusinessBourse B&B
Invité

C’est de l’ironie…

winston.tatcher
Invité
winston.tatcher

depuis les années 50 la croissance annuelle des pays développés(USA en premier) perds (en moyenne et inclus les cycles de 6/7ans et les variations conjoncturelles et “bulles” bien connus) a peu près 1% tous les 10 ans. 1950/60 6% , 60/70 5%, 70/80 4%, 80/90 3% , 90/00 2%, 00/10 1%, 10/20….ben on est pas loin de 0

Stocco Laurent
Invité

En est pas encore en 1929, arrêtez de pleurer …

BusinessBourse B&B
Invité

Laurent a raison, on est en 1928 et la plus importante impression monétaire de tous les temps va se mettre en place pour poursuivre la fête !

Stocco Laurent
Invité

BusinessBourse B&B Un an pour se préparer : pour 1500 euros faut investir dans une gilet par balle et un fusil à pompe – Pour ceux qui peuvent : 3000 euros en pièces d’or, argent et bijoux. Un 4X4 pour les déplacements et de la nourriture pour une semaine et un carnet de survie avec en dernière page quelques prières…

James Yakuza
Invité

BusinessBourse B&B C’est incroyable ce qu’il se passe !

BusinessBourse B&B
Invité

James Yakuza C’est le constat que fait Michael Snyder… Le souci est que tout ce qu’il rédige est parfaitement vérifié et vérifiable.

karin
Invité
karin

L’Europe se sont les B51 de l’Amérique, forcément que la reprise est lente !
de plus le marché ne s’est pas fait épuré comme tous les 7 ans.
Donc…