Ce site est entièrement dédié à l'analyse technique sans pour autant dédaigner l'analyse fondamentale. Nous avons voulu ce site interactif et convivial où vous pouvez poster vos commentaires et études dans les différents forums.
F. Bastiat: Tout le monde veut vivre aux dépens de l’Etat, et on oublie que l’Etat vit aux dépens de tout le monde
 

frederic-bastiatEgon Von GreyerzAlors que les marchés continuent d’être toujours aussi incertains, aujourd’hui l’homme qui est devenu une légende pour ses anticipations de quantitative Easing(Planche à billets), dans les fluctuations des devises et sur des événements mondiaux majeurs vient d’expliquer sur kingworldnews l’arrivée d’une super dépression, de troubles sociaux, de la guerre, de la cyberguerre, de la montée de l’Or à 10.000 dollars et de l’argent à 1000 dollars l’once.

Egon von Greyerz fondateur de Matterhorn Asset Management & GoldSwitzerland 

“Tout le monde veut vivre aux dépens de l’État, et on oublie que l’État vit aux dépens de tout le monde.”Frédéric Bastiat:

Egon Von Greyerz: l’impression monétaire et l’endettement sont tout simplement les plus beaux artifices financiers inventés par les gouvernements pour joindre les deux bouts et satisfaire les gens en leur donnant ce qu’ils veulent. Avec ce système soit disant parfait, un budget équilibré n’a plus aucune importance. Les mesures classiques consistant à augmenter les impôts ou à réduire les dépenses du gouvernement sont devenues complètement obsolètes et totalement inutiles. Avec ses méthodes modernes, de telles mesures sont devenues futiles et sont dorénavant résolues à l’aide de la planche à billets…

Plus de protection sociale, plus d’armement ou de grands projets d’infrastructures ? – AUCUN SOUCI – pour tout ce qui peut s’avérer nécessaire, il y a l’impression monétaire et l’utilisation de la planche à billets n’a pas de limite. Avec des ordinateurs, on peut très facilement ajouter quelques zéros sans qu’il y ait aucune contre partie tangible en face.. Ca n’a plus aucune importance dorénavant. Les problèmes relatés dans le conte d’Hans Christian Andersen intitulé “Les Habits neufs de l’empereur” n’existent plus aujourd’hui. A cette époque, il n’y avait plus d’Or dans leurs coffres et c’est la raison pour laquelle l’empereur s’était retrouvé nu.

Aujourd’hui, aucun président ne doit, ni ne peut se retrouver nu puisque la planche à billets peut aussi bien l’habiller lui que n’importe quel autre citoyen. Et une fois qu’il est arrivé au bout de son mandat, ses amis banquiers l’utiliseront afin qu’il puisse gagner 100 millions de dollars en donnant de simples conférences. Tout le monde en profite, les pauvres bénéficient des nombreuses aides sociales, les classes moyennes peuvent emprunter de l’argent pour acquérir des maisons et des voitures et les riches accumulent une richesse phénoménale. Ce système est tellement la panacée que le travail devient même accessoire. Tout ce dont nous avons besoin, c’est d’imprimer toujours plus d’argent afin de nourrir tout le monde et ce, qu’ils travaillent ou non.

Le système décrit ci-dessus a incroyablement bien fonctionné pendant les 45 dernières années, depuis que Nixon a abandonné l’indexation du dollar sur l’Or. L’Or ne rentre plus en compte dans le système monétaire moderne. Pourtant, il limite l’expansion monétaire et du crédit illimité qui sont devenus les nouveaux paradigmes pour la prospérité et la croissance.

reagan-bush-clinton-obamaEn 1971, la dette publique américaine était de 398 milliards de dollars. Quarante cinq ans plus tard, au moment où le prochain président des Etats-Unis s’apprête à prendre ses fonctions, l’Amérique détient une dette publique de 20.000 milliards de dollars. Cette dette augmente à un taux annuel de 9%. Ce taux d’intérêt reste assez régulier si on l’applique à partir de 1971, 1981 voire plus tard. Maintenant, si nous allons un peu plus loin en conservant ce taux annuel et en se demandant à combien serait la dette publique 4 années après la fin du mandat du prochain président des Etats-Unis, alors la dette publique américaine serait de 28.0000 milliards en 2024. Et si on extrapole un peu plus en se demandant quel serait le montant de cette dette publique américaine en 2036, alors la dette publique serait de 47.000 milliards de dollars. Du coup, peu importe qui sera le prochain président des Etats-Unis d’Amérique. Que ce soit Hillary Clinton ou Donald Trump, l’un ou l’autre ne fera qu’accélérer un peu plus l’impression monétaire.

Dormez tranquille, la planche à billets s’occupe de tout

Mais attendez, que se passerait-il s’il y avait un ralentissement du PIB, une baisse des recettes fiscales, des faillites de grandes banques, une forte hausse des taux d’intérêt, plus d’investissement dans l’armement et peut-être quelques grandes guerres ? Ce sont pourtant les principaux événements qui vont probablement se matérialiser dans les prochaines années. Alors que les marchés obligataires et du crédit s’effondreront, nous verrons les taux d’intérêt au moins aussi élevés qu’ils ne l’étaient dans les années 1970. Ceci détruira le marché des produits dérivés d’un montant de 1.500.000 milliards de dollars. Mais en réalité, nous nous faisons peur pour rien et tout ceci n’est pas un problème puisque nous n’avons besoin que d’un peu plus d’impression monétaire. Au lieu d’imprimer des milliers de milliards, il nous suffira juste d’ajouter quelques zéros de plus sur l’écran de l’ordinateur et d’imprimer des millions de milliards voire des milliards de milliards de dollars. On pourrait même imprimer des “GOGOLS”(marrant n’est-ce pas ?), c’était à dire un montant avec 1 et 100 zéros derrière. Les fondateurs de Google n’ont jamais pensé que cela arriverait dans leur vie.

Le principal avantage de ce nouveau système économique, c’est que les taxes deviennent complètement inutiles. Tout d’abord, très peu de gens ont un emploi et pour ceux qui ont la chance d’en avoir un, ils ne seront pas en mesure d’en payer. Deuxièmement, pour le peu d’impôts qu’ils pourront payer, c’est absolument négligeable dans une économie où le gouvernement a besoin d’imprimer des quantités illimitées d’argent pour empêcher l’effondrement inévitable. Dans ce contexte, les recettes fiscales deviennent accessoires. Les riches seront lourdement taxés, probablement autour des 100% concernant l’impôt sur le revenu afin d’apaiser les masses.

Mais en réalité, la plupart des riches ne paieront jamais ces taxes. Dans de nombreux pays, comme aux Etats-Unis, il y aura des systèmes qui permettront aux riches de minimiser voire de ramener à presque rien le montant de leurs impôts. L’impôt de Solidarité sur la Fortune sera extrêmement élevé dans la plupart des pays, ce qui pourrait devenir un problème pour les riches lorsque l’hyperinflation fera grimper le prix des actifs à des niveaux extrêmement élevés. La plupart des gouvernements seront complètement perdus lorsque l’hyperinflation éclatera comme le seront aussi les fonctionnaires et les inspecteurs des impôts. Leur système n’ayant jamais été conçu pour gérer une hyperinflation et ils seront totalement incapables de calculer et de percevoir des impôts. Mais ne vous inquiétez pas, on vous expliquera ou pas qu’il n’y a nul problème que l’impression monétaire ne peut ou ne pourra pas résoudre.(Ironie)

Troubles sociaux, guerres, et cyberguerres

Ce que l’ensemble des gouvernements dans des économies hyperinflationnistes ne parviennent pas à comprendre, c’est qu’ajouter de la dette à un problème d’endettement ne fait que l’aggraver.

3-kinds-of-moneyLe Zimbabwe ne l’a pas encore appris, et ce malgré la période d’hyperinflation qu’il vient de vivre très récemment. Eh oui, ils ont à nouveau besoin d’imprimer de l’argent actuellement, car ils ne savent toujours pas comment un pays doit être géré et gouverné. Cette ère hyperinflationniste qui se profile ne profitera bien évidemment à personne. Les gouvernements ne maîtriseront alors plus rien, les gens perdront leur emploi et il y aura des troubles sociaux et probablement des guerres, y compris des cyberguerres. Le commerce mondial et l’activité économique s’effondreront. Les marchés des actifs continueront de prospérer pendant un certain temps, reflétant les niveaux de prix d’une économie hyperinflationniste. Mais ce sera de courte durée et lorsque l’on étudie un peu le schéma classique de toutes les économies hyperinflationnistes, on sait que l’hyperinflation va toujours de pair avec des dépressions.

Les marchés du crédit s’effondreront rapidement en raison de conditions économiques difficiles, de taux d’intérêt élevés et de l’incapacité des emprunteurs à rembourser leurs crédits. L’indexation de la dette sur l’inflation est également une possibilité. C’est déjà arrivé…

Dans tous les cas d’hyperinflation qu’on a connu à travers l’histoire, cela a toujours frappé soudainement un pays ou une région du globe. Entre le 18ème siècle et aujourd’hui, on a relevé à peu près 150 cas d’hyperinflation dans divers pays à travers le monde. Quand un pays faisait défaut sur sa dette, les créanciers étrangers perdaient bien entendu un pourcentage de la valeur faciale de leurs engagements. Jusqu’à présent, ces pertes ont été gérables. Mais le souci, c’est que la période de défauts qui se profile impliquera des montants astronomiques à l’échelle mondiale qui ne seront jamais remboursés par aucun pays.

un monde noyé de dettes

La période d’hyperfinflation à venir ne devrait durer que quelques années. Pendant cette période, le niveau d’endettement sera d’une ampleur que les ordinateurs ne seront plus capables de maîtriser. Avant que le monde puisse à nouveau repartir sur des bases saines, toute cette dette devra disparaître. Il n’y a manifestement aucune chance que cette dette soit remboursée un jour. Et il n’y a aucune possibilité que ce monde connaisse à nouveau la croissance sans que cette dette qui étouffe l’économie mondiale ne disparaisse. Par conséquent, la seule solution est une implosion de la dette.

Mais lorsque cela se produira, tous les actifs financés par cette dette verront leur valeur littéralement imploser et finiront par ne plus rien valoir. Cela créera une super-dépression mondiale qui sera dévastatrice pour chacun des individus sur cette planète. Cette implosion aura pour conséquence une réduction significative de la population mondiale en raison de la pauvreté, de la famine, d’un manque de médicaments et de soins hospitaliers, des maladies, des troubles sociaux et des guerres. Le monde a déjà connu ces périodes par le passé. Au milieu du 14ème siècle, la peste noire avait réduit de moitié la population européenne et sans doute mondiale.

Après une période d’excès que nous avons observé durant les 100 dernières années, une correction va intervenir. Cette correction est la seule manière pour que ce monde puisse repartir sur une base saine qui permettra de mettre à nouveau en place une croissance et une prospérité future. Mais malheureusement, cette transition sera horrible et risque de durer très longtemps.

L’Or et l’argent vont monter en flèche sous la demande pendant que le système s’effondrera

Pendant que nous assisterons à des désastres économiques, financiers et géopolitiques dans les prochaines années, il y aura des moments où le système financier ne fonctionnera plus et lorsque la monnaie papier deviendra sans valeur, la demande d’Or et d’argent physique se mettra à augmenter de façon exponentielle. A ce moment là, personne n’acceptera plus la monnaie papier. Ainsi, la monnaie papier s’effondrera et vaudra des centaines de fois moins que le marché physique. La Comex ainsi que d’autres marchés à terme feront alors défaut, car ils n’auront ni l’Or, ni l’Argent physique, pas plus que d’argent pour régler les réclamations papier.

lingots-orLa même chose se produira pour toutes les banques de lingots, les banques d’investissement et la BRI. Ils perdront le contrôle du marché du papier lié aux métaux précieux. Du coup, les prix ne dépendront plus que du marché physique. Comme les gens se bousculeront pour mettre la main sur l’Or et l’argent physique et ce à n’importe quel prix, il y aura des périodes où il n’y aura plus aucune offre. Cela signifie qu’on ne trouvera plus l’Or et l’Argent physique à n’importe quel prix. A ce moment là, l’Or ne montera pas seulement de quelques centaines de dollars, mais de quelques milliers de dollars.

A n’importe quel individu qui cherche à acheter de l’Or ou de l’argent physique, je lui conseillerais d’en acheter maintenant au cours actuel, qui n’a jamais été aussi intéressant de l’histoire. Nous pourrions assister à des pénuries sur les métaux précieux, et il sera alors impossible de mettre la main sur de l’Or et de l’argent physique.

L’Or à 10.000 dollars l’once et l’argent à 1000 dollars l’once

Depuis longtemps, mon objectif est de 10.000 dollars l’once pour l’Or par rapport à la valeur actuelle de la monnaie. En prenant en compte la création de crédit, l’impression monétaire et l’inflation au cours des 26 dernières années, cet objectif est parfaitement réaliste et pourrait bien être dépassé. Sur la même base, l’Argent physique pourrait atteindre un cours compris entre 500 et 1000 dollars l’once. Mais rappelez-vous que ces objectifs ne prennent pas en compte l’hyperinflation à venir. Et avec une hyperinflation, nous pourrions ajouter un bon nombre de zéros pour les cours de l’Or et de l’argent.

Les investisseurs ont de la chance aujourd’hui puisqu’ils peuvent encore profiter de la faiblesse des cours actuels pour acheter de l’Or et de l’argent physique. Mais rappelez-vous, cette situation ne devrait pas durer très longtemps.”

Source: kingworldnews – Voir les précédentes interventions d’Egon Von Greyerz

               
Le retour au Standard Or d’Antal Fekete                            Dernière intervention de P.Herlin sur l’or
                      
avatar
 
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
6 Comment threads
2 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
7 Comment authors
virginieWallon fierWallon fierdelamothe88bill Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
Wallon fier
Invité
Wallon fier

Mon mari était jusqu’à présent chômeur, mais je suis en train de changer de mari.

Marie-Noëlle Lienemann

Wallon fier
Invité
Wallon fier
delamothe88
Invité
delamothe88

Il faut rappeller tout de même que la planche à billets sert en premier lieu les marchés financiers qui sont manipulés.

cording
Invité
cording

Tout cela est bel et bien bon ! Mais on ne peut pas se nourrir avec des kilos d’or. Cela vous fait une belle jambe! Les gens qui s’en tireront le mieux seront ceux qui ont un espace pour cultiver des fruits et légumes de première nécessité. Comme pendant les guerres.

bill
Invité
bill

L’or ne se mange pas il s’échange, si tu cultives des patates au bout de 6 mois ça te sortira par les trous de nez, tu auras le choix de les echanger mais la viande ou les épices coutent cher donc à moins d’avoir une grosse production la culture c’est pas ce qu’il y a de mieux. Ensuite quand ça s’effondre le gouvernement continue d’exister et si tu ne payes pas tes taxes foncières tu seras éjecté de ta propriété. Ensuite avec seulement une once troy d’or (30gr) tu peut bouffer (toutes époques passé et avenir confondu) pour quelques mois.… Read more »

Virginie Tardif
Membre

@ cording En tant de guerre le roi c’est l’épicier et ça m’étonnerait qu’il n’accepte que le troc de légumes… et pas une pièce d’argent ou d’or.
http://www.histoire-en-questions.fr/vichy%20et%20occupation/restrictions%20rationnements/commercant.html

poujade51
Invité
poujade51

le jour où le cours attendra ce qui est écrit alors votre réalité sera celle du film “MAD MAX”. Autrement dit : presque tout le monde sera mort! A côté de votre or et de votre argent, acheter aussi et surtout des graines et des semences qui pourront vous alimenter, ce sera tout à fait utile en temps voulu! Pour avoir lu le récit de gens qui ont survécu à Sarajevo, prévoyez aussi des armes, du PQ (je sais ça fait sourire), et des échantillons trocables de minis savons et de dentifrices, de shampooing et de parfum : je sais… Read more »

Monique Fossard
Invité

ET OUI SI VOUS NE PAYEZ PLUS, L’ETAT EST MORT. VOUS ETES PLUS FORT QU’EUX, DITES LE VOUS BIEN