Ce site est entièrement dédié à l'analyse technique sans pour autant dédaigner l'analyse fondamentale. Nous avons voulu ce site interactif et convivial où vous pouvez poster vos commentaires et études dans les différents forums.
Nick Hubble: Trinquons à l’OMC
 

La Guerre des monnaies a vécu. Place à la Guerre commerciale. Le premier pays à avoir entrepris sa normalisation monétaire a ouvert le feu.

La Guerre des monnaies est terminée. Après avoir triplé la base monétaire rapportée à la taille de l’économie, les principales banques centrales réduisent à présent la voilure. Fini l’assouplissement quantitatif. Finies les tentatives de dévaluer le dollar, l’euro ou le yen.

Ce graphique de l’assureur allemand Allianz montre bien la quantité de monnaie qui a été créée… et le rythme auquel elle est censée disparaître au vu des projections actuelles.

Mais comme chacun le sait, après les guerres des monnaies arrivent les guerres commerciales. C’est ainsi que cela s’est passé dans les années 1930 et c’est ainsi que cela se passera sans doute aujourd’hui.

Les Etats-Unis sont le premier pays à changer de cap concernant le resserrement monétaire (en bleu foncé dans le graphique). Les Américains ouvrent aussi les hostilités concernant la Guerre commerciale.

Le président Donald Trump a déjà imposé des taxes douanières sur le papier aluminium, les lave-linge et les panneaux solaires. L’acier et l’aluminium devraient être les prochains sur la liste.

Ce qui inquiète tout le monde, c’est que Trump, en tant que président, a tous pouvoirs sur la politique commerciale. Il n’a pas besoin du soutien du Congrès, comme c’est le cas pour d’autres sujets. Il peut se permettre de n’en faire qu’à sa tête.

Bien sûr, Trump affirme qu’il n’agit que par représailles – comme l’avait expliqué Barack Obama lorsqu’il a imposé des taxes douanières sur les panneaux solaires chinois en 2012. Pendant trop longtemps, les Etats-Unis ont toléré les subventions d’autres pays aux dépens de l’industrie américaine. A présent, les Américains veulent lutter à armes égales.

Il a raison bien sûr. L’Europe, la Chine et d’autres ont abusé de la politique de libre-échange des Etats-Unis en imposant leurs propres barrières douanières et subventions. Mais Trump a également tort s’il pense qu’une situation équitable rendra le monde plus riche. Pas seulement parce que réduire le commerce est une mauvaise chose. Mais parce qu’il va déclencher des mesures de riposte.

Des représailles pour frapper les Etats dans lesquels Trump bénéficie d’un soutien

La réaction des Chinois et des Européens ne s’est pas faite attendre : ils ont immédiatement menacé d’imposer leurs propres droits de douane sur les biens en provenance des Etats-Unis si Trump poursuit son projet.

La beauté de ce type d’impasse est que les deux parties peuvent affirmer prendre une mesure de représailles. C’est la configuration parfaite pour qu’une situation parte en vrille.

Les Européens savent où frapper pour faire le plus mal aux Américains : sur Harley-Davidson et sur Jack Daniels. Ils veulent imposer des barrières douanières d’une manière ciblée. Ce sont là des industries majeures dans les Etats d’origine des plus importants responsables politiques américains et soutiens de Trump.

Cibler des entreprises par des barrières douanières pour influencer la politique américaine est, naturellement, déraisonnable. Mais c’est normal dans une guerre commerciale.

Cependant, il n’y a pas que Trump qui est à l’origine de problèmes. Le Brexit est lui aussi en passe de déclencher une guerre commerciale.

Vive le whisky libre !

Le Royaume-Uni n’arrive toujours pas à déterminer ce qu’il attend du Brexit, parce que personne ne parvient à se mettre d’accord. Sans parler du peuple, qui change sans cesse d’avis. L’Union européenne (UE) a pourtant été claire. Elle veut punir la Grande-Bretagne de son faux pas politique par des sanctions économiques sur le commerce.

Le résultat de tout cela est une confusion totale.

Le journal allemand Der Spiegel a publié un article hilarant sur l’industrie écossaise du whisky. 90% de la production de whisky est destinée à l’étranger, soit un cinquième des exportations alimentaires de la Grande-Bretagne. En outre, cette industrie emploie 40 000 personnes, ce qui a fait d’elle un acteur de premier plan dans la campagne du « Remain ».

Jusqu’à récemment, il en était ainsi. Aujourd’hui, les producteurs de whisky écossais ne veulent plus rien avoir à faire avec l’UE, ni même avec l’union douanière. Croyez-le ou pas, ils ne veulent même pas d’un accord commercial ! La raison en est simple – et elle montre bien la nature bizarre du Brexit et de l’UE.

Sans un accord commercial au sujet du Brexit, la Grande-Bretagne et l’UE tomberaient sous les règles de l’OMC. Or, celles-ci spécifient que les droits douaniers sur le whisky sont de 0% ! Ce qui signifie que l’industrie du whisky s’en sort saine et sauve – et même plutôt pas mal vu la chute de la livre sterling. Peu importe où finira le Brexit, les importations de whisky ne craindront rien.

Aujourd’hui l’industrie du whisky soutien un Brexit dur. Rester au sein de l’union douanière mais hors de l’UE laisserait les producteurs britanniques à la merci des régulateurs européens sans le pouvoir d’influer sur ces réglementations à Bruxelles. Une perspective « terrifiante, » selon les termes d’un représentant de l’industrie du whisky.

Amusant de voir comment une industrie qui a mené une campagne fervente pour le « Remain » est devenue l’un des plus grands bénéficiaires du Brexit. Cela devrait remettre en question tout ce qu’on pense savoir à propos du Brexit.

Une guerre douanière s’annoncerait entre Pékin et Washington Conflit sino-américain: le risque numéro un pour l’économie mondiale

En Inde, le décalage entre la rhétorique et la politique, s’agissant de guerres commerciales, est rapportée par Bloomberg :

« A Davos en janvier, le Premier ministre indien Narendra Modi a déclaré que l’Inde ouvrait ses frontières au commerce et il a même comparé le protectionnisme au terrorisme. Ce mois-ci, son gouvernement a relevé les droits de douane sur une cinquantaine de groupes de produits, des montres aux cerfs-volants en passant par les téléviseurs et les pièces automobiles. Ces mesures font suite à de nouvelles taxes imposées en décembre sur les biens électroniques comme les téléphones mobiles et les fours micro-ondes. »

Même les défenseurs du libre-échange trahissent la cause.

Où cela mènera-t-il le monde ?

Guerres monétaires, guerres commerciales, guerres armées

Depuis 2008, nous avons assisté à des dévaluations monétaires concurrentielles. Ce n’est qu’une façon de mettre en oeuvre une politique mercantiliste. Les barrières douanières en sont une autre. Nous en sommes à ce stade aujourd’hui.

Le problème n’est pas seulement l’effet sur l’économie mondiale. L’échange commercial fonctionne en nous permettant de produire plus avec moins. Aller contre le commerce signifie privilégier le fait de produire moins avec plus.

Pour un personnage politique, être inefficace est censé entraîner une hausse du taux d’emploi…

Le problème est que cela ne conduit pas à une augmentation de la richesse matérielle. Aucun pays qui a tenté l’autarcie ne s’en est jamais sorti.

Le vrai problème est politique. Si la richesse économique se réduit et que les politiques économiques entre pays sont combatives, on a les conditions d’une guerre – véritable.

C’est là où Trump aux commandes devient réellement inquiétant.

Pour plus d’informations et de conseils, c’est ici et c’est gratuit

Source: la-chronique-agora


Je vous conseille vivement d’écouter ci-dessous la mise en garde d’Egon Von Greyerz sur la situation actuelle et sur l’énorme crise qui se profile.

Fabrice Drouin Ristori: Egon, pouvez-vous nous dire comment vous voyez la situation évoluer à l’avenir ?

Egon Von Greyerz: “Il n’y a pas de solution à ce problème. Le problème est trop grave, comme je l’ai dit; les gouvernements sont en faillite, les dettes augmentent maintenant à un rythme exponentiel, et il n’y a aucune possibilité de réduire les dettes. Tout gouvernement qui essaie de lancer des plans d’austérité se fait immédiatement renvoyer, et même s’il pouvait instaurer ces mesures d’austérité, il est aujourd’hui trop tard. Alors la prochaine étape que je vois, et je crois que cela commencera très bientôt, est que les déficits vont s’accélérer, et donc l’impression monétaire va s’accélérer, et on sera en route vers une dépression hyperinflationniste.

La dette mondiale vient d’atteindre un nouveau sommet historique à 233.000 milliards de dollars Egon Von Greyerz: d’ici peu, les banques centrales vont paniquer et commencer à imprimer plus de monnaie que jamais

Bien sûr, cela pourrait prendre des années, mais je crois que cela va aller plus vite que prévu, parce que le système est très fragile… alors l’impression monétaire, comme je l’ai dit, détruira les monnaies, qui sont toutes à la baisse depuis cent ans; elles ont perdu 97 à 99% par rapport à l’or ces cent dernières années, et elles ont perdu 80% par rapport à l’or ces douze dernières années. Il ne reste plus beaucoup de chemin à parcourir pour atteindre 100%, ce qui arrivera, et alors l’impression monétaire aura entièrement détruit la valeur des monnaies papier, et c’est ce qui créera de l’hyperinflation.

Egon Von Greyerz: « L’état réel de l’économie mondiale est inquiétant ! » 1971: 100$ permettaient d’acheter un lingot d’Or de 100g – 2016: ces 100$ permettent d’acheter 3g de ce même lingot

Fabrice Drouin Ristori: Dans ce contexte, peut-on dire que l’Or est dans une bulle ?

Egon Von Greyerz: L’or n’est pas dans une bulle. Tout ce que fait l’or, c’est refléter la destruction des monnaies papier. Vous devez regarder la courbe à l’envers : alors, au lieu de voir l’or monter, vous verrez les monnaies se déprécier. Ce n’est pas l’or qui monte, c’est le dollar, l’euro et la livre sterling qui baissent. Et cela va continuer.

Face à l’Or, le dollar a perdu plus de 98 % de sa valeur d’origine Egon Von Greyerz: « L’Amérique doit se réveiller – le dollar va vers zéro ! »

Seulement 1% des actifs mondiaux sont alloués à l’or aujourd’hui, presque personne ne possède de l’or en réalité, et l’or a quand même monté ces douze dernières années, il a quintuplé, sextuplé, selon la monnaie. Et, comme je l’ai dit, à peine 1% des investisseurs possèdent de l’or. Cela va changer dans les années à venir, ce qui signifiera que la demande d’or va augmenter et, vu qu’il n’y a pas assez d’offre, cette offre additionnelle ne peut se manifester qu’avec des prix plus élevés. Et c’est ce qui va arriver.

Réveillez-vous !!!!

Goldbroker propose une solution simple et sûre pour acheter de l’or physique et parer à la criseUne offre unique et sûre pour investir dans l'or et l'argentGoldBroker, pour un stockage sécurisé en nom propre hors du système bancaire de vos métaux précieux.

Source: goldbrokerGoldBroker.fr tous droits réservés

3
Poster un Commentaire

avatar
 
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
3 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
Article 50channy Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
Article 50
Invité
Article 50

Ouf !
Heureusement pour les 1%, le fric continue à circuler à la vitesse de la lumière et sans trop d’entraves.
Pour les 99 autres ça va forcément moins bien se passer …
Effectivement le passage consacré au Whisky est hilarant, mais les institutions malfaisantes de l’UE vont bien nous trouver un truc pour qu’on le paie plus cher.
A nouveau ouf ! Je ne bois que du whisky irlandais lol lol lol

channy
Invité
channy

Marcel dommage que vous n’ayez pas trouvé une version indienne de votre dessin…Bon après les cours de Chinois de Ma ke long on surement été dispensé par “El Gringo” Raffarin @A Davos en janvier, le Premier ministre indien Narendra Modi a déclaré que l’Inde ouvrait ses frontières au commerce et il a même comparé le protectionnisme au terrorisme. Ce mois-ci, son gouvernement a relevé les droits de douane sur une cinquantaine de groupes de produits, des montres aux cerfs-volants en passant par les téléviseurs et les pièces automobiles. Ces mesures font suite à de nouvelles taxes imposées en décembre sur… Read more »

channy
Invité
channy

@’Union européenne (UE) a pourtant été claire. Elle veut punir la Grande-Bretagne de son faux pas politique par des sanctions économiques sur le commerce.”

Magnifique ce passage, cela en dit long sur le respect des élites Européennes quand à respecter le vote des peuples..tu votes mal t’es puni, tu votes bien tu te fais mettre