L’économie réelle américaine n’est pas florissante

« Depuis ces 10 dernières années, l’économie américaine se redresse après l’effondrement de 2008. Ce come-back semble avoir accéléré depuis quelques années. Tous les indicateurs officiels signalent que nous sommes à nouveau dans une période d’expansion économique. La Bourse grimpe, le chômage est bas et la création d’emplois est solide. Mais si on se penche sur des indicateurs alternatifs, on découvre une Amérique différente, dans laquelle la majorité ignorée vivote de mois en mois.

The Nation a récemment publié un constat général étonnant concernant les travailleurs paupérisés et les salariés sous-payés. L’un des points abordés les plus frappants concerne la vacuité de la baisse du chômage : aujourd’hui, avoir un travail ne permet pas nécessairement d’échapper à la pauvreté. Environ 12 % des Américains sont considérés comme pauvres (43 millions) alors qu’ils ont un travail. Ces gens perçoivent des revenus annuels inférieurs à 12.140 $, ce montant est un peu supérieur pour les familles de 2. Si on prend en compte les coûts du logement et de santé dans le calcul, le pourcentage d’Américains vivants sous le seuil de pauvreté passe à 14 %. Il s’agit de 45 millions de personnes.

Avec de tels revenus, il est quasiment impossible de vivre dans toute ville américaine d’une taille respectable. Cela signifie que désormais, on peut être salarié et sans domicile fixe. Rajon Menon, de The Nation, a écrit :

«Dans les grandes villes américaines, principalement à cause de l’écart grandissant entre le prix des locations et les salaires, des milliers de salariés pauvres sont sans domicile. Ils vivent dans des centres d’accueil, dans la rue, dans leur voiture ou sont accueillis par la famille.»

De moins en moins de citoyens US disposent d’économies pour affronter les périodes de chômage ou pour faire face à des dépenses impromptues. Un tiers de la population américaine n’a pas d’épargne, tandis qu’un second tiers a moins de 1000 $ d’économies. Cela signifie donc que 2/3 de l’Amérique attend son chèque de fin de mois avec impatience. Presque 50 % de la population ne gagne pas suffisamment pour vivre confortablement :

Ces 15 points clés montrent que la classe moyenne américaine est en train de disparaître ! L’Amérique se dirige droit vers la plus grande crise d’endettement de l’histoire !

«1/3 des salariés gagne moins de 12 $ de l’heure, 42 % moins de 15 $. Il s’agit de revenus annuels de 24.960 $ et 31.200 dollars. Imaginez devoir supporter une famille avec de tels revenus vu les prix de l’alimentation, du logement, de la possession d’une voiture qui est quasi indispensable pour travailler, des soins de santé, etc.»

Lire la suite sur or-argent.eu

4 commentaires

    1. La dynamique d’un pays ne se résume pas au seul taux de croissance.
      Quel est le rapport entre les exportations et les importations, par exemple?
      Ou alors, quel est le taux d’achat des particuliers et des entreprises de biens fabriqués dans le pays même?
      Quel est la quantité de bien fabriqué dans le-dit pays?
      Alors, une autre question, infiniment plus dérangeante:
      Pourquoi aucun médiat ne se penche sur ces interrogations largement légitimes?
      Il y aurait-il, quelque chose à cacher et quoi?
      Moi, le P.I.B., je m’assoie dessus parce qu’il a aucun intérêt économique.
      Il est surprenant que ç’ait été quand la valeur du dollar ne fut plus indexé sur l’or que le P.I.B. remplaça le P.N.B., là encore, personne n’en parle.
      C’est marrant, l’empire U.S. nous fait prendre des vessie pour des lanternes depuis des décennies et il y a encore beaucoup de monde qui tente de s’éclairer avec.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page