Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Simone Wapler: L’épingle susceptible de crever la « bulle universelle »

L’expression « everything bubble » (« bulle de tout » ou « bulle universelle ») fait son chemin. Mais tout bulle finit tôt ou tard par rencontrer son épingle.

L’idée de la « bulle de tout » est que tous les actifs se retrouvent simultanément surévalués partout dans le monde : actions, obligations, immobilier.

La cause est bien entendu la multiplication du crédit – des liquidités – par les grandes banques centrales. Les capitaux circulent, par conséquent, des actifs qui avaient autrefois une corrélation inverse se retrouvent à l’unisson. Ainsi les prix des obligations, des actions, de l’immobilier, du foncier, du pétrole augmentent de concert partout dans le monde.

D’autres, comme ceux des valeurs technologiques américaines, sont gonflés avec une pression jamais égalée par le passé. Le prix de certains actifs, comme les matières premières financiarisées faisant l’objet de contrats à terme négociables, sont un peu moins gonflés. Mais tout est surcoté.

En toute logique, l’épingle susceptible de crever cette bulle universelle devrait être la hausse des taux. Celle-ci a commencé aux Etats-Unis. Les taux directeurs de la Fed sont à 2,25% et l’emprunt à 10 ans de l’Etat fédéral américain est à 3,10%.

Ce n’est pas encore beaucoup et ce rendement est sous la moyenne historique de long terme qui se situe autour de 5%. Mais c’est énorme dans un monde surendetté vivant à crédit.

Même avec le filtre à bande passante étroite des grands médias conventionnels – qui ne laisse passer que le très financièrement correct – on peut entendre et lire des choses de plus en plus troublantes.

Aux Etats-Unis, Jerome Powell annonçant hier sa nouvelle hausse de taux :

« Nous avons emprunté un chemin fiscalement non soutenable pendant trop longtemps. Nous ne pouvons plus nous le cacher, nous devons l’affronter et je pense que le plus tôt est le mieux. »

« Fiscalement non soutenable » veut dire : trop de dette fédérale, trop de dépenses fédérales financées à crédit dont le remboursement devient sujet à caution. En revanche, Powell estime que la dette privée n’est pas un danger, les ménages restant solvables :

« Les taux d’intérêt d’un large spectre d’emprunts des ménages montent… mais ils restent assez faibles par rapport à la moyenne historique. »

En Italie se discute le budget de la troisième puissance économique de l’Eurozone. L’Italie est un pays surendetté à titre privé et public, aux banques bourrées de créances douteuses, protégé par le taux bas fixé par la Banque centrale européenne et les opérations monétaires.

Charles Gave: “Le système bancaire italien est en faillite !” Nick Hubble: En Italie, la plus grande faillite de l’Histoire couve

Luigi Di Maio, vice-président du conseil des ministres, chef du parti M5S :

« Nous n’allons pas sacrifier les citoyens sur l’autel de la dette. »

Matteo Salvini, vice-président du conseil des ministres, chef de la Ligue du Nord :

« Le budget 2019 doit être courageux, dépensier […] Si l’Italie veut de la croissance, elle doit investir. »

Rocco Casalino, porte-parole du premier ministre Giuseppe Conti, fervent partisan du revenu universel dans une vidéo non-officielle qui a fuité sur internet :

« Si, à la fin, on nous dit ‘ah, nous n’avons pas pu trouver l’argent’, alors nous emploierons toute l’année 2019 à nous débarrasser de tous ces enfoirés du ministère des Finances. »

Notons que Le Point retient une version plus léchée :

« S’ils ne trouvent pas les financements pour le revenu de citoyenneté, on virera tous les hauts fonctionnaires du ministère des Finances. Ça sera une nuit des longs couteaux, notre vengeance sera terrible. »

Le « revenu de citoyenneté » coûterait entre 10 et 17 milliards d’euros et est donc incompatible avec le déficit de 1,6% du PIB autorisé par la Commission européenne.

Résumons.

La première devise au monde, le dollar, est émise par un Etat dont les finances publiques sont insoutenables. Le banquier central à la manœuvre est déterminé à poursuivre sa hausse des taux.

La deuxième devise au monde n’est garantie que par une volonté politique de convergence des finances publiques de pays adhérents à une union monétaire. Cette volonté politique perd son soutien populaire dans de nombreux pays où la politique de la planche à billets se vend bien. Le banquier central à la manœuvre n’a pas commencé à augmenter les taux.

Egon Von Greyerz: “L’effroyable crise de 2008 s’apprête à revenir en force !” Egon Von Greyerz: “les dettes augmentent maintenant à un rythme exponentiel, et il n’y a aucune possibilité de les réduire !”

Dans la « bulle universelle », la bulle de la dette souveraine tient une place prépondérante. Les investisseurs étrangers qui détiennent de la dette en euro seront-ils tentés de se tourner vers la dette en dollar, dont la survie semble malgré tout moins incertaine que celle de l’euro ?

Dans tous les cas, un jour, il faudra bien admettre que ces dettes d’Etat garanties par les contribuables des deux côtés de l’Atlantique, ne seront pas remboursées. Pour faire défaut, il y a deux chemins possibles : l’inflation ou le jubilé.

Il est grand temps de vous préparer au jour J du jubilé, de la grande remise de dettes.

Dans le prochain article, nous verrons si l’or fait ou non partie de cette « bulle universelle ».

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit


simone-waplerSimone Wapler est directrice éditoriale des publications Agora, spécialisées dans les analyses et conseils financiers. Ingénieur de formation, elle a quitté les laboratoires pour les marchés financiers et vécu l’éclatement de la bulle internet. Grâce à son expertise, elle sert aujourd’hui, non pas la cause des multinationales ou des banquiers, mais celle des particuliers.

Elle a publié « Pourquoi la France va faire faillite » (2012), « Comment l’État va faire main basse sur votre argent » (2013), « Pouvez-vous faire confiance à votre banque ? » (2014) et « La fabrique de pauvres » (2015) aux Éditions Ixelles.

0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
cdou
cdou
2 années plus tôt

Pourquoi les actifs seraient-ils nécessairement surévalués ? En 2000 tout avait un prix, mais la quantité de monnaie s’étant multipliée, le prix s’est multiplié aussi. Donc rien n’est surévalué par rapport à l’an 2000. Maintenant si certaines choses étaient surévaluées en 2000 et que le rapport de prix est conservé, alors elles sont surévaluées aussi aujourd’hui, cf la bourse par exemple. Par contre je ne pense pas du tout qu’en général l’immobilier était surévalué en 2000… Maintenant si les crédits sont accordés moins facilement les prix vont chuter, mais est-ce réaliste ? Car si tout chute les états ne vont… Read more »

1
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x