Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
L’Italie maintient son budget et joue la montre… Explications
 

L’Italie refuse de changer son budget et elle n’a aucune raison de le faire.

Explications trouvées dans cet article d’Euractiv.fr qui revient sur les rapports de force en Europe et le fait que les élections européennes pourraient mal se passer pour les partis classiques.

« Matteo Salvini, patron de la Ligue, n’en a cure. Il a appelé à manifester le 8 décembre à Rome pour dire «pacifiquement» aux «messieurs de Bruxelles : laissez-nous travailler, vivre et respirer».

Il n’y a en effet pas de quoi s’inquiéter dans l’immédiat, confirme Lorenzo Codogno, fondateur du cabinet LC Macro Advisors. «La Commission fera un premier pas pour mener l’Italie vers la procédure de déficit excessif (PDE) avec la publication d’une mise à jour du rapport sur la dette attendue le 21 novembre.»

«D’ici fin janvier, l’Italie sera en PDE mais le délai prévu pour préparer des plans de correction (environ trois à six mois) permettra à l’Italie d’atteindre les élections européennes sans obstacle», a précisé l’ancien économiste en chef du Trésor italien. Et «rien ne se passera avant que la nouvelle Commission soit en place» à l’automne 2019.

D’après Lorenzo Codogno, faute d’action rapide au niveau européen, les marchés financiers seront, «comme d’habitude, les vrais gardiens de la discipline budgétaire».

Depuis mi-mai, date du début des discussions pour la formation de la coalition populiste, le spread, l’écart très surveillé entre les taux d’emprunt italien et allemand, a doublé, oscillant désormais autour de 300 points. Selon la Banque d’Italie, cela représente un coût supplémentaire de 1,5 milliard d’euros en intérêts sur six mois. »

L’Italie est déjà considérée comme un “investissement pourri” (junk) sur les marchés des dettes ! Olivier Delamarche: Italie: “si les taux montent, vous risquez d’avoir des banques qui sautent !”

Reste à voir si les marchés feront véritablement pression sur l’Italie avant les élections de l’année prochaine.

Rien n’est moins sûr…

À suivre.

Charles SANNAT

Source: insolentiaeVoir les précédentes interventions de Charles Sannat

0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
2 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
patrick tiso
patrick tiso
1 année plus tôt

De toute manière avant la fin de l’année 2019 tout s’écroulera.

GardeCH
GardeCH
1 année plus tôt

Y en a 1 qui va faire 1 crise de sciatique après avoir noyé son chagrin dans le Chianti .

2
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x