Ce site est entièrement dédié à l'analyse technique sans pour autant dédaigner l'analyse fondamentale. Nous avons voulu ce site interactif et convivial où vous pouvez poster vos commentaires et études dans les différents forums.
Bill Bonner: “Le travail rapporte de moins en moins”

Les emplois industriels – et qui rapportent bien – baissent, tandis que les emplois de service – moins bien payés – augmentent : ne vous laissez pas tromper par les statistiques.

Déception sur les marchés : Donald Trump est resté plutôt vague dans ses dernières annonces concernant la fin potentielle de la guerre commerciale opposant les Etats-Unis et la Chine.

La folle hausse de ces derniers jours a donc marqué une pause.

En ce qui nous concerne, nous nous demandons qui peut encore prendre au sérieux les chiffres et les gros titres financiers actuels…

Aventures financières

Si Le Donald finit par annoncer une victoire, les actions grimperont probablement. Cependant, aucune victoire dans la guerre commerciale n’augmenterait appréciablement le capital boursier de l’Amérique.

Sans oublier que le marché est déjà à des sommets historiques (le conseiller au Commerce de Trump, Peter Navarro, affirme que le Dow pourrait atteindre les 30 000 points en 2020 !).

Achetez, achetez, achetez !

Le chômage est à des planchers historiques. L’économie US continue de bien se tenir – au même rythme de croissance de 2,5% que sous Obama.

Maintenant, plissons les yeux et regardons un peu au-delà des gros titres.

Pour commencer, le dollar et le marché boursier n’enregistrent plus avec exactitude la valeur réelle des industries américaines. Si l’on se base sur la devise américaine la plus fiable – le dollar avant 1971 –, même avec les récents gains, l’actionnaire moyen a moitié moins de richesse réelle qu’en 1999.

Même cela est plus une caractéristique des politiques d’argent facile de la Fed, des rachats et autres aventures financières qu’une véritable mesure de la valeur des entreprises américaines.

Le taux de chômage n’est pas non plus une bonne mesure de ce que le travailleur américain doit affronter. Depuis le début du siècle, on assiste au déclin continu des secteurs manufacturiers US à hauts salaires… tandis que les emplois de services à bas salaires se sont énormément développés.

Le taux de chômage calculé par le Bureau américain des statistiques de l’emploi ne fait pas de distinction – mais il y a une différence considérable entre un emploi payé 58 000 $ à l’année et un emploi qui ne rapporte que 25 000 $.

La classe laborieuse vend du temps. Si un travailleur vend son temps à une entreprise industrielle, il gagne en moyenne 28 $ de l’heure environ. S’il gare plutôt des voitures, ou débarrasse des tables, il recevra probablement 14 $ de l’heure.

Cette tendance à une diminution des emplois industriels et une augmentation des emplois de service dure depuis longtemps. Il y avait 21 millions d’emplois « producteurs de biens » aux Etats-Unis en 1965. Aujourd’hui, il y en a… 21 millions ! Pas un seul emploi industriel lucratif n’a été créé depuis 54 ans.

Au bord du désastre: 59% des américains vivent d’un chèque de paie à l’autre. Etats-Unis: On a jamais vu un tel ralentissement industriel depuis la dernière crise financière !

Cela signifie que quiconque vient faire trempette pour la première fois dans le bassin de l’emploi a bien plus de chances de trouver un poste dans le secteur des services… et de toucher 25 000 $ par an plutôt que 58 000 $. Dans la mesure où, chaque jour, 10 000 têtards « milléniaux » fêtent leurs 21 ans… cela fait beaucoup de nouvelles personnes ayant « un travail » mais guère d’argent.

Et il nous semble que les difficultés ne font que commencer…

De mauvais signes en Europe et en Chine

Notre homme en Chine et à Hong Kong, Tom Dyson, rapporte de mauvais signes pour les deux économies :

 « Des statistiques officielles publiées il y a deux semaines montrent que Hong Kong est entrée en récession. Les capitaux fuient. Le tourisme a chuté de 50%. Les ventes au détail ont baissé de 18% en septembre, la pire chute jamais enregistrée… 

En Chine, une banque pourrait être sur le point de s’effondrer dans la province de Henan. Le Wall Street Journal rapportait fin octobre que des déposants en colère exigeaient de récupérer leur argent. Trois banques ont déjà coulé en Chine cette année.
La semaine dernière, j’ai également lu qu’une entreprise sidérurgique – Xiwang Group – avait fait défaut sur ses obligations. Ensuite, les prix des obligations de deux autres sociétés de la même région se sont effondrées par réaction…  

A quoi vient s’ajouter le fait que les indices des directeurs d’achat (PMI) chinois sont sur le point de renouer avec des planchers qu’on n’avait plus vus depuis la crise financière. Ces PMI indiquent l’activité économique. »

Pendant ce temps, en Europe, l’Allemagne « se dirige en boitant vers la récession », tandis que la Grande-Bretagne n’est pas loin derrière. Le Financial Times nous en dit plus :

« L’économie britannique a évité une récession technique au troisième trimestre cette année, mais la croissance annuelle a chuté à son taux le plus bas depuis 2010. » 

Le Brexit serait la cause de la croissance paresseuse en Europe. Les entreprises et les investisseurs seraient hésitants à se lancer dans de nouveaux projets alors qu’ils ne savent pas quand ou comment la Grande-Bretagne quittera l’Union européenne.

Aux Etats-Unis, on pointe du doigt la « guerre commerciale » lorsqu’on a besoin d’un coupable. Cependant, les dommages causés à l’économie par les attaques commerciales de Trump sont discutables. Après tout, la croissance sous Obama – sans guerres commerciales – était identique.

Attendez un peu… l’un des principaux composants du PIB, ce sont les dépenses gouvernementales. Durant les années Obama, le PIB augmentait de 2,5% par an avec l’aide de 75 Mds$ de dépenses fédérales annuelles supplémentaires.

Trump a fait passer la composante gouvernementale à 185 Mds$. Ces dépenses fédérales – 110 Mds$ de plus que le total d’Obama – représentent environ un demi pourcent de PIB.

Déduisez ces dépenses gouvernementales (empruntées… imprimées… gaspillées), et la croissance du PIB sous Trump chute à 2% seulement. La Fed d’Atlanta prévoit qu’elle tombera à 1% au quatrième trimestre.

A suivre…

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit


bonnerBill Bonner est le fondateur d’AGORA, le plus large réseau d’entreprises indépendantes de presse spécialisée au monde.
En 1978, depuis sa ville natale, Baltimore (Maryland, Etats-Unis), Bill Bonner a voulu développer un « marché » (« Agora » en grec) des idées. Pas de l’information homogénéisée telle que les médias grand public relayent sur nos écrans et journaux, mais une source d’idées diverses avec des opinions et des avis originaux, alternatifs et surtout utiles. Bill a à cœur d’aider les lecteurs à mieux comprendre le monde dans lequel ils vivent, et à agir dans en conséquence. Que ce soit en matière de géopolitique, de macro-économie ou tout simplement le domaine de l’épargne, Bill incite ses lecteurs à cultiver un esprit vif et anticonformiste.
Bill a également co-écrit des livres qui ont tous figuré dans la liste des best-sellers du New York Times et du Wall Street Journal : L’inéluctable faillite de l’économie américaine (2004), L’Empire des dettes. À l’aube d’une crise économique épique (2006) et Le Nouvel Empire des dettes. Grandeur et décadence d’une bulle financière épique (2010).

A l’attention des lecteurs du site BusinessBourse

Nous sommes à la veille d’un tournant majeur dans l’économie mondiale. Le moment est venu d’acheter de l’Or avant qu’il ne soit trop tard. Pour les très rares personnes qui ont des actifs à protéger, il devient urgent de sortir des bulles d’actifs(marché boursier, obligataire, immobilier, etc…), comme je le recommande depuis longtemps. Il est également temps de détenir de l’or et de l’argent physique comme assurance pour son patrimoine. Les métaux précieux atteindront des niveaux sans précédents, voire non envisageables aujourd’hui avec l’hyperinflation.

Pour ceux qui pensent que c’est le moment d’investir dans l’or ou l’argent, nous vous recommandons de contacter le site “l’once d’or”. Leurs prix, le service et le conseil vous aideront à prendre votre décision. Livraison gratuite dans toute la France métropolitaine, et territoires d’outre-mer. Pour d’importants achats, si vous venez de la part du site BusinessBourse, vous aurez de meilleures conditions en prix et en service. (En cas de besoin – Tel portable: 06 85 94 73 13)

               
Le retour au Standard Or d’Antal Fekete                            Dernière intervention de P.Herlin sur l’or
                      
         Nicolas Perrin: Investir sur le marché de l’or                                           Histoire de l’argent
               

L’Or des Fous (Broché)


Prix habituel EUR 24,00
Neuf: EUR 24,00 EUR En stock
Used from: EUR 24,00 En stock
buy now

Guide de l’Investissement en Or et autres métaux précieux (Broché)


Prix habituel Price Not Listed
Neuf: 0 Non disponible
Used from: 0 En stock
buy now

L’effondrement du dollar et de l’euro et comment en profiter (Broché)


Prix habituel EUR 22,00
Neuf: EUR 22,00 EUR En stock
Used from: EUR 22,00 En stock
buy now

Guide d’investissement sur le marché de l’Or (Broché)


Prix habituel EUR 26,35
Neuf: EUR 26,35 EUR En stock
Used from: EUR 26,35 En stock
buy now

avatar
 
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
3 Comment threads
2 Thread replies
5 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
5 Comment authors
Carpe diemVincent MilletFracasseAlainJeanD Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
Fracasse
Invité
Fracasse

La fainéantise est-elle payante?

Carpe diem
Invité
Carpe diem

Tout dépend du pays…

Alain
Invité
Alain

Le vrai salaire en France, c’est le “coût total employeur”. Le salaire brut ne veut rien dire. Donc quand on voit notre vrai salaire de départ, et ce qu’il reste en net, y a déjà de quoi être dégouté. Mais ça ne s’arrête pas là. Ensuite il y a la tva qui vient nous pomper lorsque l’on a l’audace de vouloir dépenser notre argent honnêtement gagné. Puis toute la ribambelle des autres taxes : tipp, tom, taxe foncière, etc. J’avais calculé qu’au final, il ne reste au salarié français qu’environ 25 à 30 % du fruit de son travail. 70… Read more »

Vincent Millet
Invité
Vincent Millet

@Alain. Et oui c’est bien cela…et quand le salarié en retard pour se rendre à son travail se prend une amende radars ou deux pour excès de vitesse de 3 Km/heure, il lui reste presque rien. Alors autant qu’il reste chez lui. Suis étonné qu’il n’y ait pas deux millions de gilets jaunes dans les rues !

JeanD
Invité
JeanD

Oui, quand on a des Pays comme la Chine, qui font du DUMPING économique ! Il ne restera aux autres pays, que des chômeurs, puis la ruine économique !!! Bienvenue dans le Nouvel Ordre Mondial Chinois… Et Oui, quand on es Cons, on est CONS ! Car rien n’est gratuit, et donc un jour, tout se paye… Les Occidentaux et le reste du Monde dans leur logique suicidaire, face à la Chine et ses objectifs, l’Impérialisme Chinois !!! N’oubliez jamais, que la Chine a déjà gagné, car elle produit plus de 50% de la production Mondiale, et que le jour… Read more »