Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Philippe Herlin: « Ravages des taux zéro: la valeur de HSBC France passe de 11 milliards € à zéro ! »

Voici une illustration supplémentaire des dégâts que provoquent les taux zéro sur la banque de détail, en France et dans le monde. En 2000, lorsque le mastodonte bancaire sino-britannique HSBC veut acheter le Crédit Commercial de France (CCF), il est en concurrence avec le néerlandais ING et doit mettre 11 milliards d’euros sur la table. Vingt ans plus tard, alors qu’il cherche à s’en défaire, le prix de cession est « proche de zéro » selon Les Echos.

Rebaptisé HSBC France, on parle tout de même de 800.000 clients d’un niveau de revenu et de patrimoine supérieur à la moyenne, de grands industriels, de 300 agences et de 5.000 salariés. À l’époque sixième banque française, le CCF se positionnait sur le haut de gamme, bien plus rémunérateur que les gros bataillons des banques de réseau.

Mais l’acquéreur devra commencer par engager des frais de restructuration devenus nécessaires pour le réseau et pour un plan de départ de 500 salariés (200 à 300 millions d’euros), ainsi que pour la migration informatique (100 millions d’euros). Certes, mais cette clientèle rapporte de l’argent ? Mais ça c’était avant, à l’époque où les taux d’intérêt réels étaient positifs et où des clients aisés et fortunés apportaient des montagnes de liquidités que la banque replaçait sur les marchés pour empocher de substantiels revenus. À l’époque où le crédit rapportait, quand les emprunteurs payaient 5, 6, ou 7% d’intérêt annuels pour un argent que la banque trouvait dans ses comptes, ou sur le marché à 2 ou 3%, ce qui lui faisait une belle marge d’intérêt, comme on dit. Celle-ci a disparu désormais avec les taux zéro qui ont envahi notre monde financier. HSBC France a annoncé une perte de 39 millions d’euros pour 2019.

Toutes les banques françaises ont regardé le dossier mais seulement deux d’entre elles se sont montrées intéressées, la Société Générale et la Banque Postale. La première s’est pourtant engagée dans un programme de cession de plusieurs filiales (Norvège, Bulgarie, Serbie, Pologne, Afrique du Sud), à moins qu’il s’agisse d’un recentrage sur le territoire national. La seconde trouverait là un réseau bancaire en propre et une clientèle haut de gamme, en parfaite complémentarité de ses bureaux de poste. C’est bien sûr l’offre qui est privilégiée par les salariés de l’ex-CCF, alors que la Société Générale est déjà engagée dans un programme de restructuration de son propre réseau (fermeture de 500 agences entre 2015 et 2020).

Ce cas emblématique ne concerne pas que la France, bien sûr, et le groupe HSBC vient d’ailleurs d’annoncer sa volonté de supprimer 35.000 emplois dans le monde, soit 15% de ses effectifs, après une chute de 53% de son bénéfice net en 2019. Toutes les banques sont touchées par cet écrasement de leur marge d’intérêt, toutes souffrent et dégraissent leurs effectifs.

Charles Gave: 70% des banques européennes en état de quasi faillite Gaël Giraud: “Si on a une nouvelle crise de même ampleur que celle de 2008, une majorité des grands groupes bancaires européens fait faillite !”

Suggérons une idée aux banques pour sortir, au moins en partie, de cet étau des taux zéro : proposer et encourager l’acquisition d’or physique par leurs clients, ce qui leur procurera des commissions de vente, et débarrassera dans le même temps leurs clients d’une partie de leurs liquidités dont elles ne savent que faire et qui finissent par leur coûter. Mais c’est sans doute trop disruptif pour qu’elles y pensent…

Source: or.fr

A l’attention des lecteurs du site BusinessBourse

Nous sommes à la veille d’un tournant majeur dans l’économie mondiale. Le moment est venu d’acheter de l’Or avant qu’il ne soit trop tard. Pour les très rares personnes qui ont des actifs à protéger, il devient urgent de sortir des bulles d’actifs(marché boursier, obligataire, immobilier, etc…), comme je le recommande depuis longtemps. Il est également temps de détenir de l’or et de l’argent physique comme assurance pour son patrimoine. Les métaux précieux atteindront des niveaux sans précédents, voire non envisageables aujourd’hui avec l’hyperinflation.

Pour ceux qui pensent que c’est le moment d’investir dans l’or ou l’argent, nous vous recommandons de contacter le site « l’once d’or ». Leurs prix, le service et le conseil vous aideront à prendre votre décision. Livraison gratuite dans toute la France métropolitaine, et territoires d’outre-mer. Pour d’importants achats, si vous venez de la part du site BusinessBourse, vous aurez de meilleures conditions en prix et en service. (En cas de besoin – Tel portable: 06 85 94 73 13)

               
Le retour au Standard Or d’Antal Fekete                            Dernière intervention de P.Herlin sur l’or
                      
         Nicolas Perrin: Investir sur le marché de l’or                                           Histoire de l’argent
               
avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
1 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Mattler Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
Mattler
Invité

« un argent que la banque trouvait dans ses comptes, ou sur le marché à 2 ou 3% » Ah bon. Ne savez-vous pas que la banque créé la monnaie « ex nihilo » ? Extrait de la brochure de la Banque de France : « Ainsi, quand une banque commerciale accorde un crédit à un particulier ou à une entreprise, le montant de ce crédit est inscrit sur le compte en banque du client : de la monnaie est ainsi créée (voir Schéma comptable simplifié). C’est pourquoi on dit que « les crédits font les dépôts ». » Il serait peut-être intéressant de sortir des… Read more »