Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Après la BNP, vlà que c’est le tour de la Société Générale: Les banques françaises subissent d’énormes pertes à mesure que la négociation sur produits dérivés explosent
 

Normalement, ces trois choses sont garanties: la mort, l’impôt et les banques françaises. Les soi-disant gourous des activités sur dérivés actions dans le monde, sont en train de perdre des tonnes d’argent à chaque fois que le VIX (indice de la peur) grimpe.

Pour rappel, il y a à peine deux semaines, nous avions annoncé que la banque BNP Paribas, la plus grande française, avait perdu des centaines de millions de dollars sur des transactions boursières complexes suite à l’effondrement des marchés en mars.

Et c’est donc sans surprise, que les traders de la banque parisienne, de pair avec leur plus grand concurrent à savoir la Société Générale, avaient depuis longtemps créées une niche de produits dérivés sophistiqués, qui fonctionnaient parfaitement bien tant que le marché lévitait sans être perturbé. Malheureusement, lorsque le VIX s’envole, ces placements subissent d’énormes pertes, soit environ 200€ sur chaque dérivé actions dès lors que le marché plonge. Selon Bloomberg, les transactions qui ont connu des problèmes comprenaient des contrats à terme sur dividendes et produits structurés. Comme nous l’avons noté, la BNP a perdu environ 100 millions d’euros sur les produits structurés, apparemment en prenant les autres côtés des transactions qu’ils ont vendues aux investisseurs au détail à travers le Japon et la Corée du Sud, les transactions étaient liées à des paniers d’actions et autres actifs. La banque a également perdu environ 100 millions d’euros sur les contrats à terme sur dividendes, les pertes augmentant à un moment donné jusqu’à environ 300 millions d’euros avant que la situation ne s’améliore.

Il fallait s’y attendre aujourd’hui, cet axiome selon lequel les banques françaises explosent toujours lorsque la volatilité augmente, a de nouveau été confirmé, après que Bloomberg ait rapporté que la deuxième banque française, à savoir la Société Générale, avait également perdu des centaines de millions d’euros en actions lors des turbulences boursières, qui ont été déclenchées par la pandémie de coronavirus, et tout comme la BNP, la majeure partie de cette perte concernait également les futures sur dividendes.

Les pertes sur l’unité action – qui se situaient entre 150 et 200 millions d’euros – ont eu lieu au premier trimestre et avant la déroute pétrolière d’avril, et devraient être amorties par la performance des valeurs à revenu fixe et devises de la Banque, alors que la division marché mondiale de La Société Générale a vu les volumes de négociation trois ou quatre fois plus élevés que d’habitude en mars pour les actions et revenus FICC, a-t-on appris.

La BNP et la Société Générale sont devenues les principaux acteurs de négoce de contrats à terme sur dividendes qui ont dégringolé depuis l’émergence du coronavirus alors que les entreprises du monde entier suspendent leurs dividendes en faveur des actionnaires.

Dans une note du 14 avril, les analystes de la JPMorgan – qui ont averti que les banques françaises sont les plus exposées à de tels produits dérivés sophistiqués – ont estimé que la Société Générale avait perdu jusqu’à 300 millions d’euros au premier trimestre sur des contrats à terme sur dividendes. Ils étaient dessus.

Le président directeur général, Frédéric Oudea, a déclaré dans un appel aux résultats de février que les dérivés sur actions avaient contribué à une augmentation de 9% des revenus de l’activité actions au quatrième trimestre ; dans quelques jours, nous saurons quelle a été leur contribution à la perte du premier trimestre. La SocGen se classe au troisième rang mondial pour les produits dérivés sur actions, selon les données .

Source: zerohedge

A l’attention des lecteurs du site BusinessBourse

Nous sommes à la veille d’un tournant majeur dans l’économie mondiale. Le moment est venu d’acheter de l’Or avant qu’il ne soit trop tard. Pour les très rares personnes qui ont des actifs à protéger, il devient urgent de sortir des bulles d’actifs(marché boursier, obligataire, immobilier, etc…), comme je le recommande depuis longtemps. Il est également temps de détenir de l’or et de l’argent physique comme assurance pour son patrimoine. Les métaux précieux atteindront des niveaux sans précédents, voire non envisageables aujourd’hui avec l’hyperinflation. Débancarisez-vous ⟶ Service Premium

Pour ceux qui pensent que c’est le moment d’investir dans l’or ou l’argent, nous vous recommandons de contacter le site « l’once d’or ». Leurs prix, le service et le conseil vous aideront à prendre votre décision. Livraison gratuite dans toute la France métropolitaine, et territoires d’outre-mer. Pour d’importants achats, si vous venez de la part du site BusinessBourse, vous aurez de meilleures conditions en prix et en service. (En cas de besoin – Tel portable: 06 85 94 73 13)

               
Le retour au Standard Or d’Antal Fekete                            Dernière intervention de P.Herlin sur l’or
                      
         Nicolas Perrin: Investir sur le marché de l’or                                           Histoire de l’argent
               
0 0 vote
Article Rating
Subscribe
Me notifier des
guest
4 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
jbr
jbr
1 mois plus tôt

300 millions = 0.06 Kerviel. C’est loin d’être mortel. D’ailleurs, comme les grandes banques spéculent sur le VIX qui s’enrhume (sic), tout cela ne veut rien dire.

Bayle
Bayle
1 mois plus tôt

Je plaindrais pas la Société Générale elle m’a refuse et fait perdre 15000 € d’assurance à la mort de mon mari parce qu’il était malade…..
De toute façon les banques et les assurances sont des profiteurs avec l’argent des petits quand c’est vous qui êtes gênés ils vous enfoncent encore plus

Fab
Fab
1 mois plus tôt

« Après la BNP, vlà que … »
Mon fils qui est en primaire, sait que l’on écrit pas « vla » mais « voila ».
Ça fait pitié ce manque de respect pour la langue française.

Poujade51
Poujade51
1 mois plus tôt

Si comme en 2008, il faut à nouveau sauver ces gens, je pense qu’on est parti pour une guerre civile !

4
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x