Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Baisse des marchés: Le piège se referme sur votre argent !… Avec Guy de La Fortelle

Pendant que l’on regarde les actions, ce sont les obligations qui tanguent et mettent votre épargne en danger

Mon cher lecteur,

Le 8 septembre, la compagnie aerienne à bas coûts Ryanair émettait 850 millions d’euros d’obligations à moins de 3%.

Ce fut une véritable ruée, il y eut pour 4,4 milliards de demande : 5 fois plus que l’offre.

Moins de 15 jours plus tard, ils s’en mordent les doigts… Voilà les banquiers et assureurs qui ont la responsabilité du trésor de votre épargne : ils jouent avec comme des enfants à la dinette.

Mais tout le monde s’en fout, on ne regarde que les Bourses, et pourtant : il est probable que l’essentiel de votre patrimoine financier soit placé en obligations et pluôt d’entreprises que souveraines – pas en actions, en obligations – que ce soit au travers d’une assurance vie ou d’un fonds de placement.

Ryanair : le Graal de papier

Ryanair est une des compagnies aériennes européennes les mieux gérées.

Avec EasyJet, RayanAir est la seule compagnie aérienne à être encore considérée en catégorie d’investissement en Europe.

Le Graal !

Dans le monde de l’investissement, il y a la catégorie d’investissement et la catégorie spéculative. Les premiers ont leur place dans les produits d’investissement réputés sûrs et les seconds ont la faveur des investisseurs qui cherchent du rendement avec moins de volatilité qu’en Bourse.

Les obligations de qualité investissement constituent 80% de nos fonds euros d’assurances vie.

Implosion des obligations à venir Warning: Selon Martin Armstrong, de nombreuses obligations européennes ne seront jamais entièrement remboursées !

Le problème est que les coupons de ces obligations ne rapportent plus rien : il suffit de regarder les rendements de vos assurances vie pour vous en rendre compte.

Alors de la qualité investissement qui sert du 3%… Il y a de quoi se jeter dessus !

Vraiment ?

Combien de temps va-t-il falloir avant que nous reprenions nos déplacements en avions ? Est-ce seulement souhaitable ? Combien d’étudiants et jeunes actifs vont arrêter de voyager faute d’argent ou par conviction ? Combien d’entreprises vont durablement massacrer leurs budgets de déplacements ?

Aussi pleins que soient les coffres de Ryanair, que peuvent-ils dans un marché à genoux et pour longtemps ?

Mais qu’importe, Ryanair est éligible aux portefeuilles les plus sûrs et ils servent du 3%.

Le Graal, vous dis-je !

Ils se sont tous jetés dessus.

Ça c’était le 8 septembre dernier, c’est-à-dire le déluge !

Depuis tout s’est tendu.

Le chaos prévu de septembre

En une semaine la valeur de l’obligation Ryanair a perdu – 2% : c’est énorme pour un placement sûr qui ne varie normalement pas d’autant en un an… Un placement typique de ce que vous retrouvez dans vos fonds euros d’assurance vie À CAPITAL GARANTI.

Que s’est-il passé ?

Est-ce la résurgence du virus ? La crise économique ?

Que nenni cher ami.

Je vous parle depuis le mois de mai du mouvement caché des Bourses.

En mai je vous parlais de l’accident de juin et en juin de la crise de septembre.

Je vous ai tout dit, tout expliqué dans ma longue chronique du mouvement caché des Bourses, tout prévu dès le 19 juin :

« Si vous avez encore un portefeuille actions ou des Unités de Compte en actions – et le cœur bien accroché — vous pouvez attendre la première semaine de septembre pour les vendre.

Si vous êtes très joueur, vous pouvez faire une petite spéculation le temps d’un trimestre sur les indices américains.

Mais attention, septembre risque d’être beaucoup moins tendre. »

C’est beau comme cela marche.

La spéculation que je vous proposais vous aurais rendu 15% le temps d’un été et vous seriez sorti juste avant les chaos de septembre.

Ce n’est pourtant pas sorcier.

Il n’y a là aucune place pour la chance.

L’économie n’est pour rien dans les mouvements financiers.

C’est extraordinaire comme les journalistes économiques sont imbéciles à penser que les Bourses montent et baissent au gré de la conjoncture économique : Qu’est-ce qui a changé entre le 8 et le 20 septembre ?

Économiquement presque rien. Monétairement presque tout : il a fallu renouveler les crédits, repasser à la caisse et naturellement les angoisses et les tensions sont remontées d’un coup.

C’est le crédit qui fait le marché.

C’est le crédit qui fait le marché et cela change tout : dans un cas on essaie de donner une valeur économique à un pommier en estimant sa production de pommes dans le temps ; dans l’autre, on essaie de deviner le désir des autres pour ce pommier afin d’en trouver la valeur de marché.

Bien sûr, en temps normal, le désir que nous avons de posséder un pommier dépend de sa production de pommes.

Mais c’est oublier le crédit : si je peux acheter le pommier sans sortir un sou de ma poche et espérer le revendre plus cher parce qu’entre temps plus de crédit encore aura été fabriqué, plus de fausse monnaie, qu’importe le nombre de pommes que l’arbre donne ?

Voilà comment un actif prend une valeur de marché démentielle pendant que sa valeur économique au contraire s’effondre : ce que nous observons et documentons de manière spectaculaire depuis février mais que presque personne ne daigne voir tant les gens sont rechignent à se remettre en cause.

Mais le désir est un sentiment volatil.

Le 8 septembre, Ryanair flambait, le 20, ils chutaient lourdement comme tout le marché obligataire.

Tout le monde se fiche des obligations. Nous n’avons d’yeux que pour les Bourses.

Mais nos épargnes ne sont pas en Bourse, elles sont en obligations que ce soit nos assurances vie ou même les fonds diversifiés presque toujours à majorité obligataire.

À la différence des actions, la valeur des obligations d’entreprises est plus difficile à définir car celles-ci s’échangent moins, elles sont moins liquides. Les prix des anciennes obligations évoluent généralement en fonction des taux d’émission des nouvelles.

Or il y a peu d’émissions en Europe en ce moment ce qui rend la découverte du prix plus difficile.

Les indices obligataires résistent avec des pertes minces mais les indicateurs avancés (CDS notamment comme e 2007, tiens) sont inquiétants. Le feu couve.

Vos épargnes en danger

C’est une question cruciale mon cher lecteur !

Car à la fin de l’année les assureurs et les banques dont les caisses sont remplies jusqu’à la gorge d’obligations (y compris les votres si vous avez une assurance vie), vont devoir corriger leurs bilans et rectifier les valorisations.

Et si la décollecte s’amplifie, les ventes d’actifs occasionnées pourraient très bien forcer une valorisation au réel et avec l’instabilité actuelle, cela pourrait se finir par des pertes excédant les réserves des assureurs, c’est-à-dire la grosse catastrophe, la fin du capial garanti de votre fonds euros, l’illusion perdue, la fin de la confiance.

Peut-être ou peut-être pas, l’important est que nous sommes entrées dans une phase d’incertitude totalement incompatible avec un investissement à capital garanti.

Bien évidemment tout le monde va TOUT faire pour éviter cela.

Et comme je vous l’expliquais déjà en juin, pour éviter le drame, il va falloir baisser les taux. Il n’y a pas d’alternative.

Baisse des taux et taux profondément négtifs : un risque, une opportunité

Il va falloir entrer en territoire profondément négatif. Ces taux se répercuteront aussi sur vos assurances vie qui finiront par passer elles aussi en taux négatif.

Votre capital sera toujours garanti, on lui appliquera simplement un rendement négatif : il est tellement facile de jouer sur les mots.

Bien sûr, le jour où cela arrivera, vous n’aurez plus la liberté de débancariser pour éviter cette ponction.

C’est la première raison impérieuse pour laquelle il faut maintenant sortir votre capital de vos assurances vie.

Il y en a une seconde : les taux négatifs sont une opportunité d’investissement en or massif.

Précision importante, notez cher lecteur que je vous incite de manière impérieuse à sortir votre capital de vos fonds euros… Mais vous n’avez pas nécessairement à abandonner les avantages fiscaux qui y sont rattachés.

Dans la dernière édition de Risque & Profit sur le mur de l’Argent, nous vous expliquons :

  • Comment sortir votre capital de votre assurance vie, y compris les démarches pratiques et les entourloupes des banquiers ;
  • Dans quels cas (rares) les avantages fiscaux restent attractifs et comment les conserver tout en mettant votre capital à l’abri ;
  • Comment vous positionner sur les taux négatifs pour générer du rendement avec l’actif le plus sûr après l’or ;

Nous entrons dans la saison des grandes manœuvres de l’assurance vie.

Les grandes manœuvres sur l’assurance vie

Généralement, un gestionnaire vous conseillera d’attendre février et le versement de votre rendement pour fermer votre assurance vie.

Mon conseil aujourd’hui : n’attendez pas, en janver le piège se sera peut-être déjà refermé et pour quoi ?

Je ne crois pas que les assureurs seront en capacité à verser ne serait-ce qu’un petit pourcent de rendement net.

Sortez et sortez maintenant.

Faites-le avec ou sans moi.

Et si vous voulez le faire avec notre accompagnement, cliquez ici pour découvrir Risque & Profit, je vous enverrai le numéro en cours sur le Mur de l’Argent en cadeau.

C’est trop important.

À votre bonne fortune,

Guy de La Fortelle

Source: planetes360Voir les précédentes interventions de Guy de La Fortelle

A l’attention des lecteurs du site BusinessBourse

Nous sommes à la veille d’un tournant majeur dans l’économie mondiale. Le moment est venu d’acheter de l’Or avant qu’il ne soit trop tard. Pour les très rares personnes qui ont des actifs à protéger, il devient urgent de sortir des bulles d’actifs(marché boursier, obligataire, immobilier, etc…), comme je le recommande depuis longtemps. Il est également temps de détenir de l’or et de l’argent physique comme assurance pour son patrimoine. Les métaux précieux atteindront des niveaux sans précédents, voire non envisageables aujourd’hui avec l’hyperinflation. Débancarisez-vous ⟶ Service Premium

Pour ceux qui pensent que c’est le moment d’investir dans l’or ou l’argent, nous vous recommandons de contacter le site “l’once d’or”. Leurs prix, le service et le conseil vous aideront à prendre votre décision. Livraison gratuite dans toute la France métropolitaine, et territoires d’outre-mer. Pour d’importants achats, si vous venez de la part du site BusinessBourse, vous aurez de meilleures conditions en prix et en service. (En cas de besoin – Tel portable: 06 85 94 73 13)

               
Le retour au Standard Or d’Antal Fekete                            Dernière intervention de P.Herlin sur l’or
                      
         Nicolas Perrin: Investir sur le marché de l’or                                           Histoire de l’argent
               
0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
generalchanzy
generalchanzy
24 jours plus tôt

“La fourmi ayant trimé tout l’été se trouva for dépourvu quand la bise fut venue.” Bien sûr, je résume.

1
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x