Ce site est entièrement dédié à l'analyse technique sans pour autant dédaigner l'analyse fondamentale. Nous avons voulu ce site interactif et convivial où vous pouvez poster vos commentaires et études dans les différents forums.
Philippe Herlin: “Alerte sur la Deutsche Bank ? La BCE s’inquiète…”

C’est une première : la Banque centrale européenne (BCE) demande à la Deutsche Bank de calculer l’impact d’une vente de ses positions de trading, alors qu’elle envisage un retrait de la banque d’investissement. Il s’agit de voir si la première banque allemande peut sortir de cette activité sans recourir à la garantie de l’État ou à l’argent des contribuables allemands. Ce sont en particulier les risques liés au débouclage des produits dérivés qui inquiètent le plus : nous en avons parlé dès 2013, la Deutsche Bank est la banque la plus exposée aux produits dérivés dans le monde, avec un montant estimé à 64.000 milliards de dollars, soit 16 fois le PIB de l’Allemagne…

Mais n’est-il pas déjà trop tard ? La Tribune cite un analyste reconnu, Stuart Graham d’Autonomous Research, qui estime que la banque allemande est probablement “au-delà du réparable”. Selon la Süddeutsche Zeitung, “la Deutsche Bank est l’une des institutions financières les plus dangereuses du monde en raison de son activité complexe.”

La banque de Francfort collectionne en outre les litiges et les procès : depuis 2012, elle a dépensé plus de 20 milliards d’euros en frais juridiques, soit bien plus que les capitaux apportés par les investisseurs sur la même durée… En janvier 2017, elle a payé une amende de 7,2 milliards de dollars aux autorités américaines pour solder la crise des subprimes. Avec des condamnations liées à la manipulation du LIBOR et des métaux précieux, la banque allemande se retrouve dans tous les mauvais coups.

L’accumulation de ces mauvaises nouvelles a amené Standard & Poor’s, le 13 avril, à placer la note à long terme (A-) sous “surveillance avec implication négative”. Le cours de l’action marque une défiance massive des investisseurs : à environ 11 euros, il se situe à peine au-dessus de celui de septembre 2016, une époque où le spectre de Lehman Brothers planait au-dessus de l’institution financière. Déjà en 2015, la banque avait échoué aux stress tests de la Fed… décidément la Deutsche Bank ne parvient pas à se sortir de la crise.

Comment réagit la Deutsche Bank ? Comme une banque normale, c’est-à-dire sans rien céder à la structure oligarchique et aux détestables habitudes de la haute finance internationale : le patron, incapable de redresser la situation, le Britannique John Cryan, est licencié le 9 avril, mais avec une indemnité de départ de 9 millions d’euros, bien sûr. Il est remplacé par l’Allemand Christian Sewing, un pur produit de la banque, qui y a fait toute sa carrière… on peut donc compter sur lui pour révolutionner les comportements… Comme pour rajouter au grotesque de la situation, l’Américain John Thain, nommé au Conseil de surveillance ; est celui qui dirigeait et a coulé Merrill Lynch au moment de la crise des subprimes en 2008, avant d’être viré de Bank of America, l’acquéreur, pour sous-estimation des pertes et attribution de gros bonus. Un connaisseur, donc.

La Deutsche Bank survivra t-elle à cette vague de difficultés ou sera t-elle la prochaine Lehman ? Egon Von Greyerz: la Deutsche Bank et l’Allemagne vont-ils s’effondrer ?

À la place des clients de la Deutsche Bank, on s’inquiéterait. De nombreuses banques européennes sont malades, notamment en Italie, en Grèce, en Espagne, mais la Deutsche Bank, qui se trouve au cœur de l’économie la plus importante et la plus compétitive d’Europe, est LA bombe atomique qui pourrait provoquer une crise financière mondiale, comme Lehman Brothers à son époque. Si même le placide et nonchalant Mario Draghi commence à s’inquiéter…

Source: goldbrokerGoldBroker.fr tous droits réservés

A l’intention des lecteurs du site BusinessBourse

Nous sommes à la veille d’un tournant majeur dans l’économie mondiale. Pour les très rares personnes qui ont des actifs à protéger, le moment est venu de sortir des bulles d’actifs, comme je le recommande depuis longtemps. Il est également temps de détenir de l’or et de l’argent physique comme assurance pour son patrimoine. Les métaux précieux atteindront des niveaux sans précédents, voire non envisageables aujourd’hui avec l’hyperinflation.

Pour ceux qui pensent avoir peu de moyens, rappelez-vous que vous pourriez acheter 1 gramme d’or par mois, ou plus, ce qui coûte aujourd’hui 43 $. Au fil du temps, cela vous permettra d’accumuler un important pécule.

Goldbroker propose une solution simple et sûre pour acheter de l’or physique et parer à la criseUne offre unique et sûre pour investir dans l'or et l'argentGoldBroker, pour un stockage sécurisé en nom propre hors du système bancaire de vos métaux précieux.

avatar
 
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
4 Comment threads
2 Thread replies
4 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
5 Comment authors
Article 50882Sebastian Salmon882armando Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
882
Invité
882

Plutôt que de se vanter, expliquez comment est financé votre retraite actuel.

Sebastian Salmon
Membre

Le jour où cette banque saute ça sera un enfer sur terre:

882
Invité
882

plutôt que plutôt que de se vanter, expliquez comment est financé votre retraite actuel.

882
Invité
882

Ça m’arrive de parler comme ça aussi… :-/

armando
Invité
armando

deutsch bank KAPUT

Article 50
Invité
Article 50

Intéressant mais incomplet (comme souvent avec l’info à la sauce libérale).
La Belgique est réduite à la partie “flamande”.
Et apparemment la Suisse ne sait pas compter vu qu’elle est absente de la liste lol
Et pourtant la majeure partie de la Suisse parle la langue de Goethe.
Zauraient pu au moins mettre cette partie là … pour faire comme la Belgique wink