Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Le mystère de la basse inflation malgré une dette publique énorme résolu
 

Stephanie Kelton, professeur de l’université de Stony Brook de New York, est l’une des partisanes les plus enthousiastes de la théorie monétaire moderne. Cette théorie radicale estime qu’il n’y a pas de limite à la dette publique tant qu’un pays est capable de la rembourser avec sa propre devise. Elle a lancé une controverse lorsqu’elle a cité l’exemple du Japon en tant que preuve du bien-fondé de cette théorie.

La critique la plus courante de la TMM est que l’inflation va grimper alors que les déficits dérapent. Pour la réfuter, Kelton cite l’exemple du Japon, où l’inflation est inexistante malgré des déficits qui se succèdent et qui ont propulsé la dette du pays à plus de 200 % de son PIB.Le but de cet article n’est pas de discuter de la solidité de la théorie monétaire moderne. Il a pour objectif d’expliquer pourquoi le Japon a été en mesure d’accumuler les déficits. Ou, pour aller encore plus loin, l’environnement qui a d’une certaine manière rendu ces déficits inévitables.

L’épargne japonaise contrebalance la dette publique

En bref, cela est dû aux excédents d’épargne du secteur privé. Le graphique de la Banque du Japon ci-dessus, qui représente les fluctuations des fonds, montre les évolutions annuelles des fonds des secteurs principaux du Japon, à savoir les ménages, les entreprises non financières, les institutions financières, le secteur public, les acteurs étrangers et autres. Un chiffre négatif signifie que le secteur en question emprunte à d’autres secteurs afin de couvrir le trou. Un chiffre positif signifie que le secteur épargne ou a des fonds excédentaires.

Les évolutions de ces balances nous permettent de percevoir les changements structurels qui ont eu lieu dans l’économie japonaise à partir des années 90.Par exemple, les entreprises non financières sont passées de déficitaires à un excédent d’épargne. C’est au même moment que le secteur public est devenu déficitaire. Cette situation perdure depuis.Du côté des ménages, l’excédent d’épargne qui a perduré jusque dans les années 90 a baissé, mais il y a toujours un excédent. Les acteurs étrangers sont toujours déficitaires, ce qui signifie que la balance commerciale du Japon est positive.Globalement, les déficits et les excédents s’annulent. Le crédit n’est pas une mauvaise chose par nature. (…)

Philippe Béchade: Japon: “50% des japonais n’ont plus d’épargne !” Olivier Delamarche: “On nous dit régulièrement que la dette japonaise est détenue par les japonais eux-mêmes… C’est faux !”

Lire la suite sur or-argent.eu

Si vous ne comprenez toujours pas ce qui se passe, eh bien les banques centrales n’arrêtent pas d’imprimer. C’est à qui dépréciera le plus sa propre devise. Une compétition sans fin ! C’est ce qui provoque des bulles sur quasiment l’ensemble des actifs de la planète. Bulle obligataire, bulle boursière, bulle immobilière, etc… et c’est ce qui engendre parallèlement les réformes actuelles qui ne sont rien d’autre que des mesures d’austérité qui s’empilent les unes sur les autres. Malheureusement, tout ceci n’est pas prêt de s’arrêter puisque nous assistons désormais à une fuite en avant dans l’endettement. Ce ne sont pas les prix qui augmentent mais la monnaie qui ne cesse de se déprécier du fait des politiques monétaires accommodantes et irresponsables des banques centrales. A ce sujet, c’est reparti pour un tour entre une baisse des taux à zéro voire négatifs et de futurs probables quantitative easing(Planche à billets). Les banques centrales sont prises à leur propre piège. Afin de protéger votre capital de cette dépréciation monétaire sans fin, l’Or est une assurance.. Par exemple, et pour vous montrer à quel point votre pouvoir d’achat s’effondre, sachez que l’Euro a déjà perdu 75% de sa valeur face à l’Or depuis l’an 2000. De plus, une énorme crise financière se profile et comme l’expliquait Egon Von Greyerz il y a quelques semaines, seul l’Or résiste à l’effondrement final.

A l’attention des lecteurs du site BusinessBourse

Nous sommes à la veille d’un tournant majeur dans l’économie mondiale. Le moment est venu d’acheter de l’Or avant qu’il ne soit trop tard. Pour les très rares personnes qui ont des actifs à protéger, il devient urgent de sortir des bulles d’actifs(marché boursier, obligataire, immobilier, etc…), comme je le recommande depuis longtemps. Il est également temps de détenir de l’or et de l’argent physique comme assurance pour son patrimoine. Les métaux précieux atteindront des niveaux sans précédents, voire non envisageables aujourd’hui avec l’hyperinflation.

Pour ceux qui pensent que c’est le moment d’investir dans l’or ou l’argent, nous vous recommandons de contacter le site « l’once d’or ». Leurs prix, le service et le conseil vous aideront à prendre votre décision. Livraison gratuite dans toute la France métropolitaine, et territoires d’outre-mer.(En cas de besoin – Tel portable: 06 85 94 73 13)

               
Le retour au Standard Or d’Antal Fekete                            Dernière intervention de P.Herlin sur l’or
                      
         Nicolas Perrin: Investir sur le marché de l’or                                           Histoire de l’argent
               
0 0 vote
Article Rating
Subscribe
Me notifier des
guest
2 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Garofula
Garofula
9 mois plus tôt

Une balance n’est pas utile pour expliquer l’absence d’inflation en présence d’injections massives par la BoJ et de déficits publics non moins importants. En revanche, on constate l’appauvrissement relatifs des ménages japonais, tandis que les entreprises sont lancées dans une course à la destruction de leur productivité en accumulant une épargne inutile au lieu de l’investir. La BoJ a inscrit le Japon dans un cercle vicieux : moins d’investissements, moins de productivité, moins de richesses, moins d’emplois, plus de pauvreté, moins de consommation, moins d’investissements, etc. Ce graphique démontre que les injections monétaires et les déficits publics (relances par la… Read more »

jbr
jbr
9 mois plus tôt
Reply to  Garofula

Bien résumé. Il me semble que nous sommes déjà dans la même situation en Europe où nous assistons à la « japonisation » de l’économie. Ça risque de durer longtemps.