Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
L’économie continue de s’effilocher malgré toutes les mesures de relance

Depuis que les mesures de confinement de la pandémie ont été mises en place aux États-Unis, je me suis davantage préoccupé de la réaction du gouvernement et de la banque centrale que du virus lui-même. Comme je l’ai noté dans des articles précédents, les restrictions pandémiques et les crises économiques et sociales qu’elles contribuent à créer causeront bien plus de décès que le Covid-19 ne le fera jamais. De plus, les actions de la Réserve fédérale continuent à faire croire au public américain qu’il existe une sorte de « plan » pour arrêter le crash qu’ils ont conçu.

Le seul objectif de la Fed est d’accroître la douleur à long terme ; elle n’a aucune intention d’empêcher une catastrophe.

C’est ce que montrent les commentaires des membres votants de la Fed, dont Neel Kashkari, qui a récemment plaidé pour l’application de mesures de confinement strictes pendant au moins six semaines aux États-Unis, tout cela parce que le taux d’épargne américain était en hausse. Cela signifie que, parce que les Américains épargnent davantage pour se protéger des retombées économiques, Kashkari pense que nous devrions être punis par un arrêt économique qui nous obligerait à dépenser tout ce que nous avons pu épargner.

Voyez-vous la logique ?

Les membres de la Fed et les responsables du gouvernement exigent un confinement total, qui épuiserait l’épargne publique et détruirait les petites entreprises. Ensuite, le grand public devra supplier la Fed, et le gouvernement, de prendre de plus en plus de mesures de relance afin de pouvoir survivre. La population et le système deviennent dépendants d’un seul soutien : la création d’argent fictif et l’aide sociale. Pourtant, les faits suggèrent que cette stratégie ne parvient pas à faire grand-chose, si ce n’est retarder l’inévitable pendant une très courte période.

Si le but était vraiment de réduire autant que possible la douleur de la pandémie, alors la stratégie devrait être de garder l’économie aussi ouverte que possible et laisser le virus suivre son cours. En déclenchant des mesures de confinement, nous ne faisons qu’étendre les dommages économiques sur plusieurs années au lieu de plusieurs mois. Nous pouvons faire face aux nombre de décès, relativement minime, associé au virus ; nous ne pouvons pas faire face au désastre qui est sur le point de s’abattre sur le système financier.

Le secteur des petites entreprises semble être l’élément le plus fragile de l’économie en ce moment. Les prêts PPP qui étaient censés soutenir les petites entreprises ont échoué lamentablement, les données montrant que seuls 13 à 19% des demandeurs obtiennent un prêt, quel qu’il soit. Plus de 64 % des petites entreprises qui ont reçu un prêt s’inquiètent également d’être approuvées pour une reconduite du prêt. En d’autres termes, parmi les quelques propriétaires de petites entreprises qui ont obtenu un prêt PPP, plus de la moitié n’ont pas la capacité de rembourser le prêt s’ils ne peuvent pas bénéficier d’un moratoire.

Ce problème ne semble toutefois pas affecter le secteur des grandes entreprises internationales. Celles-ci bénéficient d’incroyables injections de liquidités de la part de la Fed grâce aux prêts au jour le jour et aux mesures de relance de la Fed qui soutiennent les marchés boursiers – du moins pour l’instant. Les entreprises technologiques, en particulier, bénéficient d’une ruée vers les investissements car, dans le monde du trading au jour le jour, on suppose que la banque centrale ne permettra pas à ces entreprises de faire faillite.

Ils ont peut-être raison, mais les marchés boursiers actuels ne reflètent en aucune façon la santé de notre système. Les actifs boursiers sont un placebo, un déclencheur de réflexe pavlovien pour le public, un outil pour faire croire aux gens que la situation s’améliore simplement parce que la valeur des actions augmente. Ce n’est pas le cas.

Aux États-Unis, les petites entreprises représentent environ 50 % de l’ensemble des emplois, et de l’embauche. Elles sont un élément vital de l’économie. Pourtant, les mesures prises par le gouvernement et la banque centrale semblent les avoir laissées mourir de froid.

Il est certain que l’augmentation e l’allocation chômage hebdomadaire de 600 dollars créée par la loi CARES votée en mars a effectivement stimulé les dépenses de consommation, principalement pour les biens durables tels que les ordinateurs, les téléviseurs, les téléphones portables, etc. Les dépenses en services ont cependant diminué, et c’est là que la majorité des petites entreprises gagnent leur argent. Et, compte tenu du fait que la plupart des biens durables sont fabriqués à l’étranger, cela signifie que la majorité des fonds de relance destinés aux consommateurs ne sont pas allés à l’économie américaine, mais à des exportateurs étrangers comme la Chine.

Aujourd’hui, l’augmentation du chômage est terminée et son recul est remis en question. Il sera intéressant de voir si la hausse des achats de biens se poursuivra sans cette stimulation hebdomadaire supplémentaire de 600 dollars. Les dépenses de consommation ont augmenté de 1,9 % en juillet, mais c’était déjà une faible empreinte par rapport aux augmentations des deux mois précédents.

Le nombre de chômeurs a diminué en raison des réouvertures progressives dans de nombreux États et, à tout le moins, certains emplois à temps partiel semblent revenir, mais ils sont loin d’atteindre le niveau nécessaire pour effacer les millions d’emplois perdus depuis février, après les fermetures initiales. Si l’on compte les U-6 et les chômeurs qui ont été rayés des listes pour être restés trop longtemps sans emploi, le vrai taux de chômage est plus proche de 30 % des Américains en âge de travailler. Il s’agit presque des niveaux de chômage de la Grande Dépression.

Le PIB américain a continué à baisser de 32 % selon le Bureau d’analyse économique – malgré le truquage statistique de la Fed et des agences gouvernementales –  et s’il est possible que les mesures de relance aient ralenti les effets de la perte du PIB, rien n’indique ce que les milliers de milliards de dollars créés par la Fed ont réellement acheté, si ce n’est quelques mois de répit et une bulle massive sur le marché boursier.

L’économie ne peut pas survivre à des conditions extrêmes de verrouillage pendant une longue période, et encore moins pendant près de deux mois. Et, si vous voulez savoir ce que cela signifie lorsque les élites du gouvernement et de la banque centrale réclament un « confinement dur », il suffit de regarder les restrictions de niveau 4 dans des endroits comme l’Australie et la Nouvelle-Zélande, où une seule personne peut quitter son domicile à un moment donné, ne peut s’éloigner que de 5 km de chez elle et uniquement pour se nourrir et se ravitailler, et toute personne surprise à ne pas porter de masque est passible d’une arrestation ou d’une amende de 10 000 dollars.

Cette mère de Melbourne, en Australie, a été arrêtée à cause d’un post sur Facebook appelant à des protestations contre les restrictions du confinement. Elle a ensuite dû retirer ce message et présenter des excuses, disant qu’elle ne savait pas qu’il était illégal de publier de telles déclarations sur les médias sociaux.

Oui, ce genre de réponse orwellienne fera des « merveilles » pour toute reprise économique, et c’est ce que Kashkari appelle de ses vœux aux États-Unis. C’est presque comme si la Fed et certains politiciens voulaient un effondrement financier en Amérique…

La vraie solution est de mettre un terme aux restrictions du confinement. Si le but est vraiment de protéger autant de vies américaines que possible pour le « plus grand bien », alors cette réponse à la pandémie doit cesser. Heureusement, il semble que de plus en plus de gens commencent à voir clair et rejettent les restrictions. Même en Europe et en Australie, il y a eu quelques signes de protestation et de rébellion. Le problème est que, du moins en termes économique, il est peut-être trop tard.

Nous devons tenir compte du fait qu’une fois qu’une grande partie du secteur des entreprises – comme les petites entreprises – aura subi un coup dur comme celui qu’elles ont subi au cours des derniers mois, nombre de ces entreprises et de ces emplois ne reviendront tout simplement pas. Il y a de nombreuses raisons à cela, mais c’est avant tout une question d’endettement. Le propriétaire d’une petite entreprise moyenne est endetté de près de 200 000 dollars pendant 3 à 5 ans avant d’atteindre le seuil de rentabilité. Cela suppose qu’il n’y ait pas de catastrophe économique majeure pendant cette période.

Greyerz: La plupart des gens ne réalisent pas l’ampleur de l’effondrement qui nous attend Gerald Celente: “Peu importe qui sera élu en novembre, nous allons tous devoir faire face à la plus grande dépression économique de tous les temps !”

Avec la pandémie, les émeutes, les restrictions, etc., les entreprises devront s’endetter beaucoup plus avec peu de garantie de reprise dans les prochaines années et encore moins dans les prochains mois. Aux États-Unis, les faillites d’entreprises relevant du chapitre 11 ont augmenté de plus de 26 % au cours du seul premier semestre 2020.

Même si les restrictions en matière de verrouillage étaient complètement éliminées demain, un grand nombre d’entreprises feraient de toute façon faillite. L’« apocalypse du commerce de détail » s’est développée au cours de la dernière décennie, longtemps avant que le coronavirus ne soit en cause. Des milliers d’entreprises ont fermé l’année dernière et des dizaines de milliers d’autres devraient fermer cette année. Le virus et les fermetures ont simplement accéléré le déclin existant.

C’est pourquoi les grandes banques coupent actuellement les prêts aux propriétaires d’entreprises et aux consommateurs ; elles savent exactement où tout cela mène.

Les banques servent d’intermédiaires pour les prêts PPP financés par la Fed, mais ces prêts ne parviennent pas à la plupart des entreprises. Les banques ont également réduit les prêts par carte de crédit au cours des derniers mois, et les prêts, en général, se sont effondrés. Tout cela malgré les faibles taux d’intérêt pour les banques qui reçoivent des injections de la Fed. Où va tout l’argent ? Ils le gardent pour eux, achètent des actifs physiques et soutiennent le marché boursier. Comme indiqué ci-dessus, les élites n’ont aucune intention de sauver l’économie, seulement elles-mêmes.

Si le stimulus n’atteint pas l’économie grand public, alors le seul but qu’il sert est de donner au public un faux sentiment de confort. Les personnes qui profitent le plus du chaos actuel de la pandémie sont les élites de l’establishment qui veulent des restrictions sévères des libertés individuelles. Sans compter que le virus et les mesures de confinement constituent un bouc émissaire commode pour la crise financière qui se préparait déjà en raison de la mauvaise gestion des banques centrales en matière de relance, d’inflation et de taux d’intérêt. En fin de compte, les banques ne veulent pas que la crise se termine. Pourquoi le feraient-elles ? Plus la panique persiste, plus elles en profitent.

Brandon Smith

Traduit par Hervé, relu par jj pour le Saker Francophone

Source: LE SAKER FRANCOPHONESource bis: planetes360

A l’attention des lecteurs du site BusinessBourse

Nous sommes à la veille d’un tournant majeur dans l’économie mondiale. Le moment est venu d’acheter de l’Or avant qu’il ne soit trop tard. Pour les très rares personnes qui ont des actifs à protéger, il devient urgent de sortir des bulles d’actifs(marché boursier, obligataire, immobilier, etc…), comme je le recommande depuis longtemps. Il est également temps de détenir de l’or et de l’argent physique comme assurance pour son patrimoine. Les métaux précieux atteindront des niveaux sans précédents, voire non envisageables aujourd’hui avec l’hyperinflation. Débancarisez-vous ⟶ Service Premium

Pour ceux qui pensent que c’est le moment d’investir dans l’or ou l’argent, nous vous recommandons de contacter le site “l’once d’or”. Leurs prix, le service et le conseil vous aideront à prendre votre décision. Livraison gratuite dans toute la France métropolitaine, et territoires d’outre-mer. Pour d’importants achats, si vous venez de la part du site BusinessBourse, vous aurez de meilleures conditions en prix et en service. (En cas de besoin – Tel portable: 06 85 94 73 13)

               
Le retour au Standard Or d’Antal Fekete                            Dernière intervention de P.Herlin sur l’or
                      
         Nicolas Perrin: Investir sur le marché de l’or                                           Histoire de l’argent
               
0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x