Ce site est entièrement dédié à l'analyse technique sans pour autant dédaigner l'analyse fondamentale. Nous avons voulu ce site interactif et convivial où vous pouvez poster vos commentaires et études dans les différents forums.
C’est une véritable hémorragie: les Etats-Unis n’ont jamais vu autant de commerces de détail fermer aussi vite
 

Le secteur du commerce de détail américain a été sévèrement malmené cette semaine. Enormément de magasins s’apprêtent à fermer leurs portes.

Pour commencer, l’entreprise américaine Payless ShoeSource a annoncé, mardi, qu’elle se plaçait sous la protection de la Loi fédérale sur les faillites des États-Unis, afin d’amorcer une importante restructuration qui inclura des centaines de fermetures de magasins. Quant au groupe de prêt-à-porter américain Ralph Lauren, il vient d’annoncer qu’il fermera la boutique vitrine de sa marque Polo sur la 5ème avenue à New York, dans le cadre d’un plan d’économies – un symbole du luxe à l’ancienne qui ne fait plus recette aujourd’hui parmi les acheteurs.

Et le détaillant de vêtements pour adolescents rue21 pourrait être la prochaine victime. La chaîne, qui compte environ 1000 magasins situés dans les centres commerciaux régionaux des petites et moyennes villes des américaines, se prépare à déposer le bilan dès ce mois-ci, selon des sources proches du dossier. Il y a quelques années, ce détaillant avait été vendu à la firme de private equity Apax Partners pour environ 1,1 milliard de dollars.

« C’est un secteur qui est toujours à la recherche de solutions », a déclaré Noel Hebert, analyste chez Bloomberg Intelligence. « Je ne sais pas combien de centres commerciaux peuvent se réinventer. »
Cette descente aux enfers fait qu’une multitude de détaillants quittent les centres commerciaux et laissent d’innombrables espaces vides, et cette crise ne fait que commencer. Plus de 10% des surfaces commerciales (près de 100 millions de m²), pourraient être contraints de fermer, et être affectées à d’autres utilisations ou voir leur loyer renégocier à la baisse dans les années à venir, selon les données fournies par Bloomberg CoStar Group.

Les difficultés rencontrées dans ce secteur impactent également sévèrement le marché de l’emploi. Selon les derniers chiffres du département du Travail américain publié vendredi, les détaillants ont supprimé près de 30.000 postes sur le seul mois de Mars 2017. Au mois de Février 2017, nous avions eu affaire à la même quantité de suppressions d’emplois. En conséquence, nous venons d’assister au plus mauvais résultat jamais enregistré depuis 2009 sur 2 mois consécutifs.

Richard Hayne, le directeur général de Urban Outfitters ne mâche pas ses mots quand il jaugeait la situation le mois dernier. Les Centres commerciaux avaient créé trop de magasins durant les dernières années – et beaucoup trop d’entre eux vendent la même chose à savoir de l’habillement.

« Cela a créé une bulle, et comme ce que nous avions connu pour l’immobilier, cette bulle a fini par éclater, » a t-il expliqué. « On en voit les résultats: les fermetures de magasins et la baisse des loyers. Cette tendance se poursuivra dans un proche avenir et cela pourrait même s’accélérer « .

A ce jour pour l’année 2017, les fermetures de magasins devancent déjà celles de 2008, lorsque la dernière récession américaine faisait rage, selon Christian Buss, analyste dans le secteur de l’habillement, des chaussures et de l’accessoires au Credit Suisse. 2880 fermetures de magasins ont été annoncés jusqu’à présent cette année, face aux 1153 qui avaient été annoncées en 2016 sur la même période, a t-il expliqué dans un rapport.

Nouveau pic

En extrapolant sur l’année, nous pourrions assister à 8640 fermetures de magasins en 2017 (voir le graphique précédent), a déclaré Buss. Ce serait plus élevé que le pic qui avait été atteint en 2008 pendant la crise financière avec près de 6.200 fermetures.

Les faillites de commerces de détail ont contribué à cette tendance. Mardi, dans un communiqué, Payless ShoeSource a annoncé avoir l’intention de fermer 400 magasins «sous performants» aux États-Unis et à Porto Rico. Cette gigantesque chaîne comptait environ 4000 emplacements et 22.000 employés – beaucoup trop pour gérer une demande plus qu’atone.

L’effondrement du commerce de détail s’accélère aux Etats-Unis

Eatst-Unis: Cataclysme sur le commerce de détail. « SEARS » en faillite annoncée, et « PAYLESS » bientôt en « dépôt de bilan »

Hhgregg, les Magasins Gordmans et Gander Mountain se sont placés sous le régime des faillites cette année. Et RadioShack vient de se placer sous la protection du chapitre 11 de la Loi sur les faillites aux États-Unis pour la 2nde fois en 2 ans.

D’autres grands magasins américains comme Sears n’excluent plus de mourir. A elle trois, Sears, Macy’s et JC Penney sont en train de fermer des centaines de magasins, du fait de cette crise qui impacte sévèrement le secteur du commerce de détail.

De plus, Dave Kranzler, ancien collaborateur de Paul Craig Roberts au Trésor américain, s’inquiète beaucoup de l’énorme exposition des fonds de pension sur les hypothèques commerciales. Et du coup, pour les fonds de pension américains, on peut parler de Bombe à retardement !

Janvier 2017: Olivier Delamarche: Si tout va si bien aux Etats-Unis, alors pourquoi les distributeurs annoncent des résultats en baisse ? Pourquoi les distributeurs licencient et ferment des magasins ? Pourquoi le Fret interne aux Etats-Unis(Ferroviaire, camion, etc…) est au plus bas historique ? POURQUOI ? POURQUOI ????



D’autres tentent de réémerger avec le commerce en ligne. Kenneth Cole Productions a déclaré en Novembre qu’elle allait fermer la quasi-totalité de ses magasins. Bebe Stores, une chaîne de vêtements pour femmes, envisage de prendre une mesure similaire, selon ce qu’ont déclaré des sources proches du dossier le mois dernier.

« Aujourd’hui, les gens commandent de chez eux via leur téléphone portable ou iPad », a déclaré Buss. « La relation et les habitudes que vous aviez avec les centres commerciaux vont changer »

Plus faible hausse des ventes au détail en six mois aux Etats-Unis
Mais même les marques de ventes en ligne ont du mal à lutter face à la croissance du leader du marché qu’est Amazon.

L’an dernier, la société Amazon qui est basée à Seattle a représenté 53% de la croissance des ventes en ligne, et les autres se sont partagés les 47% restants, selon eMarketer.

Alors que cela se passe toujours bien pour les centres commerciaux dits de « haut de gamme », c’est plutôt l’enfer pour les centres commerciaux de classe C et D, selon Oliver Chen, analyste chez Cowen and Company. Ces 2 classes représentent environ 1 200 centres commerciaux aux Etats-Unis, soit à peu près 30 % du total, a t-il expliqué.

La surabondance de magasins est bien plus importante aux Etats-Unis que dans d’autres pays.

« Le nombre de m² de surfaces commerciales par habitant aux États-Unis est six fois plus important qu’en Europe ou au Japon », selon ce qu’a déclaré le mois dernier Richard Hayne, le directeur général de Urban Outfitters. « Et ce chiffre ne prend pas en compte le commerce numérique. »

Pourtant, les centres commerciaux de classe A continuent de prospérer, selon ce qu’a expliqué Chen. Et la plupart des Américains continuent de se déplacer physiquement pour faire leurs courses: d’ailleurs selon l’enquête réalisée par Cowen and Company, 75% du temps, les clients préfèrent les magasins physiques.

Les détaillants devraient « se recentrer sur les clients », a déclaré Chen. « La direction doit se focaliser sur la rapidité des livraisons, la vitesse de la chaîne d’approvisionnement, et être en mesure de réagir aux différentes nouvelles tendances.»

Source: bloomberg

17 Commentaires pour l'article C’est une véritable hémorragie: les Etats-Unis n’ont jamais vu autant de commerces de détail fermer aussi vite

  1.  

    Tant mieux ! Pourvu que ça révolte les gens et qu’ils se bougent un peu le …

  2.  

    le vol des travaux de la FEMME DEINSTEIN, par EINSTEIN …. LES LAURIERS NE CORRESPONDENT JAMAIS LA A CE QUE LON CROIT https://www.youtube.com/watch?v=6V8EK5FDJV8

  3.  

    tout a fait!!!!!!!!!!!!!!!, en 1999, les exces de la financiarisation, au bureau ovale de clinton,ss signe de « GLOBALISATION/ MONDIA(B)LISATION signant la suppression du glass steagal pour permettre aux banques us, de escroquer ses habitants, et de detoiurner les pbs economiques ds lesquelles les banskters ont mis leurs populaion, GOldman sachs, JP morgan, ou bank of Amerika, avec laffaire MOnica Lewinsky, pour detourner leurs pbs, en BOMBARDANT SANS RESPECTER LONU, LONU????!!!! de maniere AGRESSIVE , toutes les infrasrucrures d’un pays SOUVERAIN… http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/serbie-1999-calomnies-trahisons-et-123236!!!!! la financiarisation a OURANCE EST UNE POLITIQUE DE VOL DES CERVEAUX SOUVERAINS .. PAR LA MONNAIE//// DETTE , https://www.youtube.com/watch?v=dfHmdRfvwcU, NE NOUS TROMPONS PAS DENNEMIS

  4.  

    Continuez à frapper la Syrie et à répondre le chaos

  5.  

    La surabondance de magasins est bien plus importante que dans d’autres pays.

    « Le nombre de m² de surfaces commerciales par habitant aux États-Unis est six fois plus important qu’en Europe ou au Japon », selon ce qu’a déclaré le mois dernier Richard Hayne, le directeur général de Urban Outfitters. « Et ce chiffre ne prend pas en compte le commerce numérique. »

    Pourtant, les centres commerciaux de classe A continuent de prospérer, selon ce qu’a expliqué Chen. Et la plupart des Américains continuent de se déplacer physiquement pour faire leurs courses: d’ailleurs selon l’enquête réalisée par Cowen and Company, 75% du temps, les clients préfèrent les magasins physiques.

    Les détaillants devraient « se recentrer sur les clients », a déclaré Chen. « La direction doit se focaliser sur la rapidité des livraisons, la vitesse de la chaîne d’approvisionnement, et être en mesure de réagir aux différentes nouvelles tendances.»

    Je peux confirmer que travailler dans un magasin à la pointe est rénumérateur.
    Mais il faut être compétent et ne pas compter ses heures.
    http://h16free.com/2017/03/05/57625-redite-lincalculable-contribution-des-syndicats-francais-au-chomage

    •  

      @Je peux confirmer que travailler dans un magasin à la pointe est rénumérateur.
      Mais il faut être compétent et ne pas compter ses heures. »
      C est quoi pour vous à la pointe Marcel?
      Pour l’alimentaire je peut vous dire que faire de la qualité avec des produits régionaux cela marche très fort, c est pas le made in France que le consommateur recherche le plus mais le made in Paris, made in Lyon..;le principal problème étant de se faire payer par les distributeurs ..ceux ci payent plus à 60-90 jours qu’à 30,Et seule la qualité fait encore se déplacer le client dans votre boutique..même si beaucoup vous passe des commandes à l avance ou par téléphone qu’ils viennent juste retirer en magasin…dans ce cas à nous de déclencher chez eux un nouvel achat d impulsion. une fois celui ci dans la boutique
      Ou je vous rejoins c est qu il ne faut pas compter ses heures..

  6.  

    Hihihi que ca continue seulement

  7.  

    Et si… On avait deux monnaies en Europe ou autres, une intra-muros ne servant qu’aux échanges de marchandises produites sur place, à l’immobilier, l’industrie (transition énergétique, autres…) et l’autre « l’Euro » pour tout ce qui est importations/exportation.

    on pourrait ainsi créer un mix salarial ajustable, % des deux monnaies à définir donc un levier pour promouvoir le produit sur place.
    Il va de soit que la monnaie intérieure n’aurait pas cours hors territoire et ne serait pas convertible…
    Une façon originale de converger intra et extra-muros et de retrouver la compétitivité (harmonisation des couts salariaux au niveau planétaire) par le talent tout en réservant un bon niveau de vie, protection sociale, emplois à la population.

    Il me semble qu’un banquier Allemand a usé de cette méthode pour financer le réarmement de son pays après 14/18 alors qu’il fallait user à l’époque d’une brouette pour aller acheter son pain (vue sur RMC la semaine dernière: l’incroyable banquier d’Hitler).

    En fait payer en monnaie de singe (façon de parler) pour tout ce qui est articles produits intra-muros ne me dérangerais pas… Idem si on me demandait de payer un article dans les deux monnaies ce qui serait justifié par le fait que ce dernier contienne une ressource(s), un talent voir plus, dont nous ne disposons pas…

    Après cela encore besoin de séparation banque d’affaire, banque d’état?
    Encore besoin de ces traités contraignants?
    Encore besoin de libéré ce qui sera libéré (les entreprises et les citoyens)?
    N’assisterions nous pas d’un coup par la consomation du produit sur place (à chaque fois que cela est possible) à une baisse conséquente de notre empreinte carbonne?
    … mais même si cela a été déjà fait une fois par le passé, après tout aujourd’hui, peut-être que « ce n’est pas possible »./?

  8.  

    40 à 47% de chômeurs aux U.S.A., reprenez les chiffres fournis ici et refaites le calcul.
    Et encore, en ne prenant pas en compte les travailleurs pauvres.
    Ce ne sont pas les ventes en ligne qui font fermer les magasins mais c’est la fermeture des magasins qui profite aux ventes en ligne, nuance, qui va acheter un vêtement ou, mieux encore, des chaussures sur internet s’il peut faire autrement?
    Soyons un peut logique.
    Maintenant, à tout moment, le système peut cesser son fonctionnement par arrêt du commerce international et de la circulation monétaire.
    Et si les banques nous piquent notre argent, cela ne fera qu’accentuer le processus, donc l’accélérer.
    Alors, faites vos réserves.

    •  

      Et votez Asselineau, le seul ayant les capacités de réagir rapidement à un effondrement rapide de l’économie-monde.

    •  

      Pour être plus précis sur ce sujet, il suffit d’aller consulter le site de Johns william: shadowstats.com sur lequel on peut suivre de près le réel taux de chômage aux Etats-Unis. Au 31 Mars 2017, il se situait autour des 22,5% selon sa méthode.

    •  

      Qui va acheter un vêtement, des chaussures, un livre etc au magasin quand celui ci les vends 20% plus cher que les sites en ligne, qui va se taper 1 ou 2 heures de trajet en centre ville ou centre commercial pour trouver un choix réduit(le plus gros problème ) ou des ruptures de stock…sic  » La direction doit se focaliser sur la rapidité des livraisons, la vitesse de la chaîne d’approvisionnement, et être en mesure de réagir aux différentes nouvelles tendances.»
      Pourquoi les drives( pour l’instant axés sur l’alimentaire) ont un tel succès si les magasins existent ? pourquoi le client ne veut pas y rentrer? pourtant ceux ci ont fait beaucoup d’effort au niveau confort d’achat avec des « zones marchés »
      Les centres commerciaux, supermarchés etc ont balayés le petit commerce dans les années 60-70, avec l’effet prix,offre produit importante,parking, pour attirer à eux les consommateurs, puis quand ils ont eu fait le vide autour d’eux, qui avait encore le choix hein? l’histoire bégaie à nouveau et il va y avoir des mort..
      Le temps ou les boutiques en ligne étaient un complément des magasins physiques c’est terminé
      les grands distributeurs ont rigolé en 2000 quand les pionniers de l’ère internet ont fait faillite, ce sentant ainsi conforté dans leur business modèle sédentaire,ils n’ont rien vu venir( , maintenant ils ont au bas mot 15 ans de retards, d ou le que fait que certains distributeurs rachètent des sites de vente ligne ex carrefour avec rue du commerce pour la france, ou pour certains des boites spécialisées dans la vente/livraison ex Metro avec pro a pro(par contre pour les secteur non alimentaire c’est pole emploi comme solution, mêmes les professionnels ne vont plus dans ces parties des magasins)

      L’immobilier commercial va aussi être un carnage en Asie ou la surabondance de centre commerciaux bas de gamme est importante, dans certains pays cela à déjà commencé.

  9.  

    Le pire des investissements tangibles: l’immobilier commercial, et cela ne fait effectivement que commencer… De même, les friches industrielles s’étendent également dans tous les anciens pays développés, donc pas mieux !
    Le meilleur investissement tangible du futur (avec l’or) : l’immobilier tourné vers l’autosuffisance ou autonomie dans des zones non sujettes à conflit évidemment…
    https://www.facebook.com/photo.php?https://www.facebook.com/photo.php?fbid=111415259387434&set=a.111403199388640.1073741827.100015568810276&type=3&theater

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*