Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
ALERTE – INQUIÉTUDES: Les Premiers effets de la crise bancaire sur les épargnants et les salariés – Avec Charles Sannat

Nous assistons à la gestation d’une crise bancaire en raison de la situation actuelle de l’épidémie et de la crise économique qui en découle. Très rapidement, la BCE a demandé aux banques commerciales de ne pas verser de dividendes et de garder ces milliards pour renforcer leurs réserves et leurs fonds propres afin de pouvoir encaisser plus de pertes et de défauts de crédits de la part de leur clients pour lesquels de nombreuses faillites personnelles comme professionnelles sont à attendre.

Cette mesure qui peut sembler adaptée, simple et de bon sens, commence pourtant à avoir des répercussions aussi bien sur les épargnants que sur les salariés. Si les actionnaires des grandes banques cotées en bourse n’ont pas reçu de dividendes, il en va de même pour les sociétaires des banques mutualistes pour lesquels la souscription des parts sociales est aussi un placement alternatif permettant de toucher des compléments de revenus peu risqués. C’est aussi pour l’ensemble des salariés concerné la fin des intéressements et participations, qui ne peuvent-être versés que par la “participation” aux bénéfices et donc aux dividendes. La situation la pire est celle des salariés des banques cotées et dont l’action a chuté lourdement et bénéficiant de PEE (plan d’épargne entreprise) et profitant d’abondements importants en actions de leurs employeurs. Enfin, plus grave, en ne rémunérant plus les sociétaires, les banques mutualistes pourraient se retrouver encore plus fragilisées, car de nombreux sociétaires pourraient être tenté de reprendre leur parts ce qui ferait un trou dans les fonds propres des banques, et le nombre de nouveaux sociétaires volontaire risque également de se réduire… Ici, encore une fois, aucune vérité absolue, mais des pistes de réflexions pour prendre de la hauteur et anticiper ce qui pourrait arriver et en l’occurrence de ce qu’i n’arrivera probablement pas.

Charles Gave: 70% des banques européennes en état de quasi faillite Gaël Giraud: “Si une grande banque française faisait faillite, l’état serait incapable d’honorer la garantie des dépôts de 100 000 € !!”

Source: insolentiaeVoir les précédentes interventions de Charles Sannat

0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
5 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
generalchanzy
generalchanzy
29 jours plus tôt

“Les banques pourront mettre à contribution les créanciers et les actionnaires NON PRIORITAIRES”. Ca été voté par notre parlement en juillet 2016 sur recommandation de la BCE. Nous y sommes.

Poujade51
Poujade51
29 jours plus tôt

Pas de problème : comme pour SAPIN2, ils voteront en urgence à 3h du matin dans l’hémicycle avec 3 députés présents pour interdire aux sociétaires la sortie et imposeront l’obligation de ne plus rien verser à personne ! Les gens dans le déni se feront tondre comme dans les ghettos en 40 si vous voyez ce que je veux dire !

matrice
29 jours plus tôt

et ce n’est qu’un début..!

Poujade51
Poujade51
29 jours plus tôt
Reply to  matrice

oui , je crois qu’ils n’ont absolument pas mesurer ce à quoi ils vont avoir à faire d’ici très peu de temps….

Jean le bon
Jean le bon
28 jours plus tôt
Reply to  Poujade51

Soiyez rassuré, même impactés ils nieront !

5
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x