« Vous y croyez à la reprise de la croissance française ? »

Si vous pensez que les ignorants sont bénis, il est peut-être préférable que vous ne lisiez pas cet article. Non seulement je vais balayer la croyance de la soi-disant reprise économique française mais prouver en fait que la situation actuelle est bien pire que celle qui avait précédé la crise de 2008.

Depuis 24h, l’ensemble de la presse parle de reprise, d’une hausse de la croissance française… Pour étayer ce qui ne se voit toujours pas, la presse reprend l’Insee qui vient de relever sa prévision de croissance en France pour 2017. Mais une prévision reste toujours hypothétique tant qu’elle n’a pas été vérifiée.

Ci-dessous, au travers de 7 graphiques, vous allez constater qu’en réalité, la reprise n’existe pas. Au contraire, la situation a plutôt tendance à s’aggraver malheureusement.

1 – Nombre de demandeurs d’emploi toute catégories confondues

Bien que le gouvernement ne s’intéresse qu’à la catégorie A, il faut regarder l’ensemble des catégories et qu’on le veuille ou non, le chômage n’arrête pas de progresser depuis la crise de 2008. Il n’y a jamais eu d’accalmie sur le front de l’emploi et comme vous pouvez le constater ci-dessous, le nombre de chômeurs toutes catégories confondues dans notre pays bat record sur record selon l’insee.

Source: insee

2 – Travail à temps partiel

Regardez bien le graphique ci-dessous provenant du site tradingeconomics. Le travail à temps partiel n’arrête pas de progresser. On constate de plus en plus de contrats à durée limitée, des contrats très courts, parfois d’une seule journée… le lien entre salarié et employeur se fragilise.

Source: tradingeconomics

3 – La dette publique française

La dette publique de la France a augmenté de 22 milliards d’euros au second trimestre pour atteindre 2231,7 milliards fin juin 2017, soit 99,2 % du PIB. Lorsque l’on regarde le graphique ci-dessous, elle semble être devenue hors de contrôle. En 2007, Juste avant la crise de 2008, la dette publique française s’élevait à 1 252 milliards d’euros. Depuis, elle a augmenté de plus de 78%. Est-ce positif ou négatif ? La réponse est évidente.

Source: insee

La France n’a pas fini de voir sa dette enfler puisque selon Olivier Delamarche, si la France ne fait pas 4,2% de croissance par an, elle ne rembourse pas les intérêts de la dette.

France: L’OCDE voit la dette dépasser 100% du PIB en 2018 France: le nouveau gouvernement va accélérer la vente des bijoux de famille

Afin de compléter ce sujet, sachez que la dette publique française n’est pas de 99,2% comme le relate régulièrement la presse mais se situe entre 140 et 150% si l’on prend en compte l’endettement des régions comme l’explique clairement le journaliste Pierre Jovanovic.

4 – Solde de la balance commerciale

Le solde commercial avait atteint un point bas à -74,5 milliards d’euros il y a cinq ans… entre temps, il s’était redressé bien qu’étant resté en territoire négatif ce qui est tout sauf bon. Mais depuis, le solde est malheureusement reparti à la baisse.

Source: insee

France: le déficit commercial devrait se creuser en 2017 Le déficit français devrait connaître une forte dégradation en 2018. Le dernier budget excédentaire remonte à… 1974

5 – La croissance en France depuis 1960

Alors pour la croissance, comme vous pouvez le vérifier ci-dessous, elle ne cesse de chuter tous les 10 ans. Rappelons qu’une prévision sur 3 mois ne donne pas une tendance à 10 ans.

Source: wikipedia

6 – Près de 150 Millions de repas distribués par les restos du coeur

La pauvreté n’arrête pas d’augmenter en France et on peut le vérifier avec le nombre de repas distribués aux restos du coeur. Le chiffre est en constante augmentation. Vous pouvez le constater sur le graphique ci-dessous.

Source: wikipedia

Restos du cœur – Août 2017: le nombre de repas distribués en augmentation cet été France: Aujourd’hui, un Français sur sept vit sous le seuil de pauvreté et 143 000 personnes sont sans domicile fixe

7 – Indice des prix à la consommation

On vous dit que les prix sont stables, qu’il n’y a quasiment pas d’inflation mais en réalité, les prix n’arrêtent pas de grimper. Par exemple, actuellement le prix du beurre a plus que doublé en 1 an mais attention, les marques camouflent les hausses de prix en jouant sur les quantités. En réalité, depuis le passage à l’euro, les prix ont explosé et votre salaire n’a pas suivi cette hausse malheureusement. Prenez le prix d’une maison à 300 000 francs avant 2002, elle en vaut entre 350 000 et 500 000 aujourd’hui. Quasiment X 10. Tout va bien ! D’ailleurs, ce n’est pas la crise, les Français achètent de plus en plus d’occasion car c’est tendance…

Source: tradingeconomics

Emmanuel Lechypre: Ce sont les meilleurs chiffres de croissance depuis 2006-2007

38 commentaires

  1. bien qu’étant conscient et informé, les graphiques manques d’explications précises afin que le lecteur puisse interpréter ( en fonction de ses propres connaissances ) l’info qui lui est donnée. possible de fournir des sources exactes ? sinon bonne article ! mais triste réalitée :'(

  2. @En 2007, Juste avant la crise de 2008, la dette publique française s’élevait à 1 252 milliards d’euros. Depuis, elle a augmenté de plus de 78%. Est-ce positif ou négatif  »

    Presque tous les gouvernements dans le monde ont lancés des plans de relance gigantesques en 2009, Tous n’ont servis qu’à acheter du temps et créer une croissance artificielle, dans certains pays ces plans de relances ont représentés entre 5 et 10 % de leur pib
    Les politocards ont préférés sauver leurs banques(assurances etc)pourries(et leurs fesses) plutôt que d’affronter une crise économique très sévère

  3. Si on enlève les 60 milliards injectés par la BCE chaque mois,quelle est la croissance restante?De plus on compte une partie de la richesse produite par la fonction publique dans notre PIb.Or la fonction publique se porte de mieux en mieux,ce qui est bon pour la croissance!LOL

  4. La crise la mondialisation, toutes ces entités ont des conséquences que nous payons maintenant mais elles ont aussi noms et des responsables s’appellent Giscard avec sa loi 1973, Mitterrand avec son immigration de masse a but électoral, Sarko avec son karcher et son retour a l’OTAN la Lybie, Hollande avec sa fainéantise, ses hésitations, son incompétence, ses guerres, par contre une seule victime le peuple, sans faire de politique il suffit de faire la comparaison du niveau et de la qualité de vie dans les années 1970 et maintenant
    Enfin juste un avis

  5. Abasourdie quand j’ai entendu ça aux infos parceque moi elle y est pas la croissance dans mon porte monnaie ni dans mon frigo d’ailleurs faut qu’on m’explique là encore un tour de passe passe des journalistes ???

  6. En réalité, ces indicateurs traduisent le drame du socialisme imposé progressivement à la France depuis bientôt 5 décennies : smic, cmu, 35h, taxes délirantes, réglementations ubuesques, haine anticapitaliste, subventions, santé et retraites collectivisées, dépenses, déficits et dettes publics, nombre de fonctionnaires deux fois trop élevé, croyances escrologiques absurdes…

    Dans ce marasme complet, il peut arriver qu’une reprise apparaisse, fonction des cycles d’investissements. Elle ne durera pas, puisque Macron ne détruit pas le socialisme mais cherche seulement à le sauver en réformant à la marge.

    Cependant, le marasme n’est pas inéluctable et le retour d’une croissance forte est possible. Il n’est jamais trop tard pour se débarrasser complètement du socialisme. Mais plus on attend pour assainir le pays, plus ce sera douloureux.

    1. Que le socialisme et le collectivisme, voire le stalinisme sous-jacent ne soit pas la panacée (je ne fais là que reprendre les propos de chroniqueurs à la sauce Brunet), on peut en convenir au vu de la situation actuelle …
      Mais le libéralisme (économique et financier, pas celui des gens) à tout crin ne l’est pas non plus.
      Il suffit de regarder la situation des US, qui eux sont loin d’être socialistes n’est ce pas, pour en être également pleinement convaincu.
      Alors a part être ultra-libéral (ce qui est tout de même une tendance affichée) ou stalinien, on fait quoi ?
      There is no alternative.

    2. Quel rapport avec le socialisme? On a bien eu Chirac et Sarkozy comme président de la droite, et cela n’a rien rien changé.

      Qu’on soit de droite ou de gauche, maintenant, cela ne change rien. Car toute cette politique désastreuse vient de l’UE. Plus précisément de l’article 121 du Traité de l’UE qui indique clairement que les gouvernements des pays membres doivent suivre les directives de la Commission de l’UE. Ces directives sont assemblées sous une feuille de route nommée les GOPE (Grandes Orientations Politiques Européennes), signés en 2015 par la France.

      Dans ces GOPE, on trouve étonnement les projets que Macron met justement en place: Suppression du CDI, Baisse des Allocations Familiales, Privatisation des Services Publics, et j’en passe….

      Donc que les choses soient clairs: Il n’y a eu plus de politique de gauche ou de droite en France: uniquement une politique européenne.

      D’ailleurs, la Commissaire de l’UE a bien précisé: « Les gouvernements doivent maintenant comprendre qu’il n’y a plus de politique nationale. Mais uniquement une politique européenne. »

      Et terminons avec la déclaration de Macron devant les ambassadeurs de France, qui semble ne pas avoir fait tilte dans la tète des français: « Il n’y a plus de souveraineté nationale au sein de l’UE. »

    3. Donc si on veut choisir sa politique (Droite ou Gauche) par NOTRE volonté, et non la leurs: On doit quitter l’UE par l’Article 50. Y rester, rien ne changera, que ce soit dans 10,20, 50 ans…….

  7. La croissance, en France ou ailleurs, c’est terminé, définitivement terminé.
    Le monde d’après est déjà là et il n’y a que deux possibilités : s’adapter ou mourir.

  8. Au pays des promesses on crève de faim, faut il rappeler Lagarde avec sa crise est derrière nous en 2010, Hollande avec l’alignement des planètes et son retournement de la courbe du chomage? on ne revient pas sur toutes les billevesées des Sapin, Mosco and co
    Enfin juste un avis

  9. Quand la FED (réserve fédérale américaine) donnera un bon coup de tournevis pour relever ses taux, on chantera : « C’est la Fed » de Michel Fuite Gain.

    « Tiens tout a changé ce matin
    Je n’y comprends rien
    C’est la FED, la FED
    Jeunes et vieux grands et petits
    On est tous ruiné
    C’est la FED, la FED.
    https://www.youtube.com/watch?v=8Lt60FcQZ7I

  10. Je ne crois plus à tous ces menteurs ,manipulateurs ,qui font dans la désinformation la plus grossière.11 millions de chômeurs!!!

  11. La croissance, c’est transformée la nature en poubelle alors si elle ne revient pas trop vite ce n’est pas plus mal…

  12. Souvent nous lisons des statistiques dans les articles. Il ne s’agit pas de remettre en cause leurs utilités pour bien comprendre l’article. Mais parfois, on peut préciser la force de la corrélation entre les chiffres et ce qui est démontré dans l’article. S’il la corrélation est assez faible, au minimum, il faudrait le dire pour informer le lecteur.

    Par exemple, le nombre de repas distribués par les restaurant du coeur a une corrélation assez lointaine avec le taux de pauvreté en France : la réputation de la marque, le montant des dons, les moyens alloués par l’association sont les premiers facteurs du développement de repas servis. Si l’association décide d’allouer de nouveaux moyens humains ou matériels, ou si elle reçoit davantage de dons, et bien le nombre de repas peut mécaniquement augmenter sans être en lien avec le nombre de bénéficiaires.

    Evidemment, s’il n’y avait pas de pauvreté du tout, il n’y aurait pas de repas servi. Il y a bien un besoin existant que l’association supplée et c’est tant mieux. Cependant, sans remettre en cause la pauvreté en France, il faudrait prendre avec précaution cette statistique pour dire combien il y a de pauvreté. C’est pas un lien direct. On ne peut pas dire combien ca fait de pauvres en France à partir de cette seule donnée.

  13. Certains de ces chiffres sont éloquents sur une tendance forte depuis 4 décennies. Cela me fait penser à la société Kodak : ils produisaient des pellicules quand le numérique a tout envahi sur les marchés, mais ils ne se sont jamais remis en question… jusqu’à la faillite en 2013, avant de tout vendre pour ne garder qu’une toute petite partie de leur activité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page