Ce site est entièrement dédié à l'analyse technique sans pour autant dédaigner l'analyse fondamentale. Nous avons voulu ce site interactif et convivial où vous pouvez poster vos commentaires et études dans les différents forums.
Philippe Herlin: La fake news du redressement de la Grèce: après les taux-zéro, la “dette-zéro” ?

La fin de la “mise sous tutelle” de la Grèce par Bruxelles, la BCE et le FMI le lundi 20 août a été célébrée comme une victoire dans les médias. La crise grecque serait donc terminée, selon eux, si l’on en juge par leurs titres : “Comment la Grèce s’en est sortie”, “Grèce : le retour de la croissance”, “La Grèce tourne la page de huit ans de crise”, “La Grèce n’est plus sous perfusion”, etc. Le commissaire européen aux Affaires économiques et financières, Pierre Moscovici, “juge la Grèce sur la voie d’une croissance durable”. Il faut donc croire que tout va donc pour le mieux ?

Mais lorsque l’on se penche d’un peu plus près sur la réalité économique, on se rend compte que tout ceci n’est qu’une énorme fake news. La Grèce a reçu au total, avec ses trois plans de sauvetage, 289 milliards d’euros. Qui peut croire qu’elle parviendra un jour à les rembourser ? L’essentiel de cette somme provient de l’Union Européenne, c’est-à-dire de nous tous, les contribuables européens, qui devront au final assumer cette perte. Pour la France, on estime qu’un peu plus de 40 milliards d’euros ont été prêtés à la Grèce, via des fonds d’aide comme le MES. Nous pouvons faire un trait dessus.

La dette publique grecque représente presque le double de son PIB (180% exactement), ce qui veut dire que payer 1% d’intérêt représente une ponction de 2% de son PIB, sa création de richesse annuelle, 2% représente 4%, etc. C’est difficilement soutenable. Et on ne parle ici que de la charge des intérêts, pas du remboursement du principal. D’autre part, son système bancaire est en faillite complète si l’on en juge par les chiffres officiels de l’EBA (Autorité bancaire européenne), puisque 44,9% des créances bancaires sont “douteuses” (NPL, non performing loans). Comment prétendre que le pays s’est redressé ? Ou qu’il pourrait le faire ?

Mais les créanciers de la Grèce (UE, BCE, FMI) ont discrètement usé d’un subterfuge : le 22 juin dernier, ils ont repoussé de 10 ans la date à partir de laquelle la Grèce devra commencer à rembourser sa dette, en la passant de 2022 à 2032 ! Dix ans d’un coup, par une simple signature en bas d’un document, mais cette fois sans le claironner dans les médias bien sûr. L’Union européenne et le FMI inventent un nouveau concept : la “dette-zéro”. Après les taux-zéro qui – à force de QE et de déluge de liquidités – ramènent la charge de la dette à rien ou presque, voici la dette-zéro qui fait disparaître le remboursement du capital dans un futur indéfini. En 2031, quand on se rendra évidemment compte que la Grèce ne peut pas commencer à rembourser sa dette, et certainement pas non plus à payer la totalité de ses intérêts, il suffira de repousser encore de 10 ans son remboursement en affirmant que “la Grèce se relève”, “la croissance revient”, etc.

Grèce: Au pays de l’ultra-crise Grèce: les retraités en colère contre la 12ème baisse de leurs pensions

La dette-zéro permet de sauver les apparences : la Grèce ne fait pas défaut, les créanciers n’enregistrent pas de pertes, la fiction du remboursement est maintenue, la zone euro va bien. Bienvenue dans le village Potemkine de la dette ! Gageons que cette idée de dette-zéro va essaimer, au moment où les taux commencent à timidement remonter, étranglant nombre d’emprunteurs, des pays ou des grandes entreprises. Le report dans le temps du remboursement du principal permettra de maintenir les illusions pour quelques temps encore. Décidément, les hautes instances internationales ne manquent pas d’imagination pour repousser sans cesse la menace de la dette, sauf pour s’attaquer à la racine du mal (assainir les comptes publics et les banques). C’est sans doute trop simple pour ces brillants esprits.

Le FMI doute toujours de la viabilité de la dette grecque sur le long terme… Sans dec ? En Grèce, la casse du Code du travail jette les chômeurs à la rue. 1 Grec sur 3 a basculé dans la misère.

Source: goldbrokerGoldBroker.fr tous droits réservés

A l’intention des lecteurs du site BusinessBourse

Nous sommes à la veille d’un tournant majeur dans l’économie mondiale. Pour les très rares personnes qui ont des actifs à protéger, le moment est venu de sortir des bulles d’actifs, comme je le recommande depuis longtemps. Il est également temps de détenir de l’or et de l’argent physique comme assurance pour son patrimoine. Les métaux précieux atteindront des niveaux sans précédents, voire non envisageables aujourd’hui avec l’hyperinflation.

Pour ceux qui pensent avoir peu de moyens, rappelez-vous que vous pourriez acheter 1 gramme d’or par mois, ou plus, ce qui coûte aujourd’hui 43 $. Au fil du temps, cela vous permettra d’accumuler un important pécule.

Goldbroker propose une solution simple et sûre pour acheter de l’or physique et parer à la criseUne offre unique et sûre pour investir dans l'or et l'argentGoldBroker, pour un stockage sécurisé en nom propre hors du système bancaire de vos métaux précieux.

avatar
 
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
2 Comment threads
0 Thread replies
2 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
VictorEmon Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
Victor
Invité
Victor

Moscovici….Il n’a pas honte de raconter des balivernes . Qui peut croire que la Grèce est tirée d’affaire ?? Au fond de lui-même il sait très bien que la Grèce est un désastre et il voudrait nous faire croire le contraire ! On est gouverné par des imposteurs.

Emon
Invité
Emon

Quand la bulle du crédit va éclater, la Grèce ne devra plus rien rembourser car toutes les dettes seront annulées.
Ce qui différencie la Grèce des autres pays européens c’est qu’elle s’est réformée et que le peuple grec en a beaucoup souffert alors que les autres pays continuaient de s’empiffrer avec l’argent des banques.
Je pense réellement que la Grèce est sur le chemin de la croissance tandis que les autres pays dont la France vont sombrer dans la misère car AUCUNE réforme n’a été prise depuis la crise financière de 2008.