Ici, la seule chose qui doit vous guider, c'est votre esprit critique et la manière dont vous devez comprendre et vous servir de l'information. Voilà pourquoi l'aide et l'utilité de BusinessBourse, organe à 100% libre et indépendant. En savoir plus...
Peter Schiff: “Pendant que Main Street (Vous) souffre, Wall Street jubile !”
 

Le Nasdaq et le S&P500 ont atteint de nouveaux sommets historiques la semaine dernière. Cela amène de nombreuses personnes à croire que l’économie se porte bien. Mais comme Peter Schiff l’a expliqué dans son podcast ci-dessous, ce qui fait monter Wall street est en train de détruire l’économie réelle.Si on y réfléchit sérieusement, la hausse continue du marché boursier devrait en rendre perplexe plus d’un. Après tout, l’économie a été mise à l’arrêt durant des semaines et les gouvernements continuent encore d’imposer de nombreuses restrictions. Le chômage est monté en flèche et nous sommes en pleine récession. Et pourtant, nous avons un marché boursier en plein essor. Peter a déclaré que l’envolée des marchés financiers induisait beaucoup de gens en erreur en leur faisant croire que l’économie est plus forte qu’elle ne l’est en réalité.

Peter Schiff: “D’une certaine manière, ce solide marché boursier doit en quelque sorte refléter le fait que nous ayons cette reprise en forme de V. Or, ça n’est absolument pas le cas. La seule reprise en forme de V s’observe uniquement sur le marché boursier. Nous n’avons pas vraiment de reprise dans l’économie réelle.”

En fait, de nombreuses données nous indiquent que l’économie va connaître des difficultés à long terme. Nous venons d’assister à la plus forte hausse trimestrielle jamais enregistrée des défaillances sur les prêts hypothécaires. Parallèlement, on assiste à une envolée du nombre de fermetures définitives d’entreprises et le le nombre de faillites est sur le point de battre un record qui datait de 10 ans. En outre, les Américains doivent plus de 21 milliards de dollars d’arriérés de loyers.. Il y a un nombre croissant d’entreprises zombies surendettées. Et pour finir, un un tsunami de défaillances et d’expulsions se profile à l’horizon.

Et pourtant, les analystes nous expliquent que nous venons de vivre le marché baissier le plus court de l’histoire. En d’autres termes, c’était la période la plus courte entre un marché baissier et les sommets records que nous touchons de nouveau.

Peter Schiff: “Il s’agissait donc du marché baissier le plus court de tous les temps, mais il s’est opéré dans l’économie la plus faible de tous les temps. Donc, vous avez vraiment une divergence entre Wall Street et Main Street.”

Certains ont émis l’hypothèse que le marché boursier en plein essor avait atténué le besoin de mesures de relance budgétaire. Mais pourquoi avons-nous besoin d’un marché boursier en baisse pour mettre une pression politique en faveur d’une relance gouvernementale ? Comme Peter l’a expliqué, la seule chose que le gouvernement peut réellement stimuler, c’est le marché boursier.

Peter Schiff: “C’est le seul endroit où ça marche. Ce stimulus n’aide pas Main Street. En réalité, ça fait mal à Main Street. La seule chose qu’ils peuvent stimuler, ce sont les marchés. Parce que ce qui se passe, c’est que le stimulus ne fait qu’imprimer de l’argent. Ce ne sont que des taux d’intérêt artificiellement bas. Cela ne fait rien pour l’économie réelle, mais cela fonctionne à la perfection pour Wall Street. C’est ce qui fait grimper le cours des actions. Donc, la seule chose qu’ils peuvent stimuler, c’est la bourse. C’est pourquoi le stimulus entre en action lorsque le marché boursier baisse.”

Les politiciens aiment stimuler le marché boursier parce qu’ils peuvent le pointer du doigt comme s’il s’agissait d’une sorte de phare. Ils peuvent faire croire que l’économie se porte bien en soutenant le cours des actions avec de l’argent fraîchement imprimé – l’inflation.

Le stimulus crée également un effet de richesse. Cela crée des bulles d’actifs. En augmentant artificiellement les prix des actions et de l’immobilier, cela rend les Américains plus riches – du moins sur le papier.

Peter Schiff: “Mais ce n’est pas seulement cette richesse en papier qui se traduit par un meilleur sentiment ou plus de dépenses. C’est que la richesse en papier garantit toutes sortes de prêts. Ainsi, lorsque vous avez plus d’actifs, vous pouvez emprunter plus d’argent contre ces actifs, en utilisant ces actifs comme garantie, et cette dette supplémentaire génère des dépenses qui font artificiellement croître le PIB.”

Mais comme le souligne Peter, l’effet n’est que temporaire.

Peter Schiff: “Mais bien sûr, il y a un compromis à faire. Nous sacrifions simplement l’avenir pour nous livrer au présent. Donc, il n’y a pas de réel gain. Nous faisons simplement progresser la consommation afin de pouvoir la compter maintenant, mais au détriment de la consommation future lorsque la facture se présentera.”

En réalité, ce qui renforce la vigueur du marché boursier affaiblit l’économie. Mais comment cela est-il possible ? Le marché boursier ne reflète-t-il pas la croissance économique ?

Peter Schiff: “Et bien non. Il reflète les bénéfices des entreprises qui font partie du marché boursier. En réalité, la grande majorité des entreprises américaines ne sont pas cotées en bourse. Elles ne sont pas dans le Dow 30. Elles ne sont même pas dans le S&P500 ou le Wilshire 5000. Ce sont des entreprises privées.”

Considérez les entreprises qui se portent vraiment bien en ce moment. Beaucoup d’entre elles bénéficient en réalité de la faiblesse générale de l’économie. Les gens achètent sur Amazon parce qu’ils ne veulent pas sortir. Les gens regardent Netflix parce qu’ils restent à la maison et que les cinémas sont fermés. Pendant ce temps là, les petites entreprises familiales sont décimées.

Peter Schiff: “Étant donné que ces grandes entreprises n’ont pas la concurrence des petites entreprises, cela profite au marché boursier. En outre, les taux d’intérêt artificiellement bas profitent à ces grandes sociétés cotées en bourse qui peuvent accéder au marché obligataire. Ces petites entreprises – elles n’ont pas la capacité de puiser sur le marché obligataire. Peu importe la faiblesse des taux d’intérêt, puisqu’elles ne peuvent pas emprunter. Elles n’ont pas la solvabilité. Elles n’ont pas les relations. Elles ne sont pas en mesure d’emprunter de l’argent comme peuvent le faire les 500 plus grandes entreprises. Ainsi, les taux d’intérêt artificiellement bas qui soutiennent les marchés favorisent fortement ces grandes entreprises qui détiennent toute cette dette. En fait, Elles peuvent poursuivre leurs activités en vendant de la dette et en vendant des actions.”

Les marchés sont dans une exubérance irrationnelle tandis que tout s’écroule autour d’eux ! Décorrélation entre l’économie réelle et les marchés… résumée en une image !!

En réalité, le marché boursier est n’est plus lié à l’économie réelle. Et comme Peter l’a dit, l’image opposée de l’économie réelle. Plus Main Street souffre, et plus Wall Street dégage des bénéfices.

Peter Schiff: “Tout cela profite à Wall Street, uniquement à ces grandes entreprises, et absolument pas à Main Street. Alors quand vous entendez dire: “Oh, regardez, le marché boursier est en plein essor. Est-ce que cela signifie que nous avons une économie forte ? eh bien non, c’est tout l’inverse. C’est bien la faiblesse de l’économie qui profite au marché boursier. Et plus l’économie s’affaiblit, mieux ce sera pour le marché boursier. Car que se passe-t-il lorsque l’économie est faible ? Eh bien la Fed imprime encore davantage d’argent. Nous obtenons de plus grands stimulus. Ce qui n’a aucun impact pour Main Street. Cela ne fait qu’endormir Main Street. Et cela ne fait que continuer à faire enfler cette gigantesque bulle boursière.”

Source: schiffgoldVoir les précédentes interventions de Peter Schiff

A l’attention des lecteurs du site BusinessBourse

Nous sommes à la veille d’un tournant majeur dans l’économie mondiale. Le moment est venu d’acheter de l’Or avant qu’il ne soit trop tard. Pour les très rares personnes qui ont des actifs à protéger, il devient urgent de sortir des bulles d’actifs(marché boursier, obligataire, immobilier, etc…), comme je le recommande depuis longtemps. Il est également temps de détenir de l’or et de l’argent physique comme assurance pour son patrimoine. Les métaux précieux atteindront des niveaux sans précédents, voire non envisageables aujourd’hui avec l’hyperinflation. Débancarisez-vous ⟶ Service Premium

Pour ceux qui pensent que c’est le moment d’investir dans l’or ou l’argent, nous vous recommandons de contacter le site “l’once d’or”. Leurs prix, le service et le conseil vous aideront à prendre votre décision. Livraison gratuite dans toute la France métropolitaine, et territoires d’outre-mer. Pour d’importants achats, si vous venez de la part du site BusinessBourse, vous aurez de meilleures conditions en prix et en service. (En cas de besoin – Tel portable: 06 85 94 73 13)

               
Le retour au Standard Or d’Antal Fekete                            Dernière intervention de P.Herlin sur l’or
                      
         Nicolas Perrin: Investir sur le marché de l’or                                           Histoire de l’argent
               
0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
2 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Jeff Le Petit Marché
22 jours plus tôt

pour preuve, cette dope ne sert qu’une minorité, jeff bezos qui double sa fortune en seulement quelques mois, passant de 100 milliards à 200 milliards, une aberration

Jeff Le Petit Marché
22 jours plus tôt

la dope coule à flot, attention à l’overdose

2
0
Vous souhaitez réagir ? N'hésitez pas à laisser un commentairex
()
x