Ce site est entièrement dédié à l'analyse technique sans pour autant dédaigner l'analyse fondamentale. Nous avons voulu ce site interactif et convivial où vous pouvez poster vos commentaires et études dans les différents forums.
Michael Snyder: Game Over ! Le remboursement de la dette américaine est mathématiquement impossible

money-dollarsSaviez-vous que si l’on prenait tout l’argent que possède les américains, ça ne serait toujours pas suffisant pour rembourser l’intégralité de la dette publique américaine ?

Aujourd’hui, cette dette publique dépasse 145.000 dollars par ménage, et elle ne fait qu’augmenter année après année. Beaucoup croient que si nous la remboursions petit à petit, nous pourrions finir par rembourser l’intégralité de cette dette, mais comme vous le verrez ci-dessous, cela ne marchera pas.

On anticipe déjà que les dépenses fédérales «obligatoires» liées à des programmes tels que la sécurité sociale, Medicaid et Medicare, plus les intérêts sur la dette publique, dépasseront la totalité des recettes fédérales en 2025. Et cela, avant même qu’un seul dollar ne soit dépensé pour l’armée américaine, pour la sécurité de la nation, pour le paiement des fonctionnaires fédéraux ou pour la construction de routes et de ponts. Donc non ! Ce n’est pas demain la veille que nous rembourserons cette dette. Et bien entendu, Ce n’est pas seulement la dette publique américaine de plus de 19.400 milliards de dollars qui devrait nous inquiéter (en hausse de 7,8% sur 1 an). Lorsque vous cumulez toutes formes de dettes, incluant la dette du gouvernement, du commerce, la dette des crédits immobiliers et la dette-consommateurs, nous atteignons 63.467 milliards de dollars (dette publique/privée cumulée) (Le graphique ci-dessous qui représente la dette totale des Etats-Unis n’est même plus mis à jour depuis le 31 decembre 2015 – Vous pouvez le vérifier ci-dessous puisque la FED de Saint louis partage gracieusement ces graphiques).
Il y a 36 ans, au début des années 1980, cette dette totale était de 4300 milliards de dollars, et depuis, elle a augmenté d’environ 1250% et atteint dorénavant 63.467 milliards de dollars. Il est absolument impossible de rembourser toute cette dette. Il ne nous reste plus qu’une seule chose à espérer maintenant, c’est que cette bulle d’endettement puisse durer aussi longtemps que possible avant qu’elle nous explose en pleine figure.

ALERTE: la dette sur les cartes de crédit aux Etats-Unis approche les 1.000 milliards de dollars


USA: 19.400 milliards de dollars de dette publique. Cette année, OBAMA vient d’en rajouter pour 1.100 milliards.

Beaucoup de gens seront surpris d’apprendre que notre dette est beaucoup plus importante que le montant total d’argent que nous possédons. Prenons donc quelques instants et passons en revue quelques chiffres.

Lorsque la plupart des gens pensent à “l’argent”, ils pensent aux pièces de monnaie, billets et ainsi qu’aux comptes à vue. Ces éléments font tous partie de la plus élémentaire unité de mesure de la masse monétaire connu sous la dénomination M1. La définition de M1 qui suit, provient du site lescrises.fr

un agrégat étroit M1, qu’on peut qualifier de «monnaie», qui regroupe les pièces et les billets en circulation dans le secteur non bancaire ainsi que les dépôts à vue des clients (comptes bancaires).

Comme vous pouvez le voir sur le graphique ci-dessous, Cette unité de mesure M1 a littéralement explosé ces dernières années grâce à de massifs assouplissements quantitatifs (planche à billets) menés par la Réserve fédérale américaine. A l’heure actuelle, la masse monétaire M1 est à un peu plus de 3200 milliards de dollars…Donc, si vous rassembliez toutes les pièces, tous les billets et tout l’argent des comptes à vue de chacun des américains, est-ce que cela aurait le moindre impact sur une diminution de l’endettement ?

Bien sûr que non !

il faudra trouver encore plus d’argent…

L’unité de mesure de masse monétaire M2 regroupe M1, plus d’autres éléments. La définition suivante de l’unité de mesure de masse monétaire M2 provient du site lescrises.fr

un agrégat intermédiaire M2, égal à M1 plus le «crédit à court terme» (essentiellement les comptes sur livrets et les dépôts à court terme – Livrets A, CODEVI, CEL…) ;

Comme vous pouvez l’observer sur le graphique ci-dessous, l’unité de mesure M2 se situe juste en deçà de 13.000 milliards de dollars en ce moment…

C’est peut-être beaucoup plus «argent», mais ça ne suffirait toujours pas à rembourser notre dette publique de plus de 19.400 milliards de dollars, et encore moins notre dette totale (publique/privée cumulée) de 63.467 milliards de dollars.

Alors est-ce qu’on peut encore trouver plus d’argent ?

Eh bien, la définition la plus large de “la masse monétaire” qui est couramment utilisée est l’unité de mesure M3. La définition de l’unité de mesure M3 qui suit, provient du site lescrises.fr

un agrégat large M3, qu’on peut qualifier de « masse monétaire », égal à M2 plus divers placement monétaires (dépôts à moyen et long terme, sicav monétaires…). Notons que la Fed a cessé de le publier en février 2006, certains y ayant vu le signe d’une volonté de masquer la dangereuse situation d’endettement du pays.

Effectivement, comme vous avez pu le vérifier sur le lien précédent, la Réserve fédérale américaine ne met plus à jour l’unité de mesure de masse monétaire M3, mais selon John Williams de shadowstats.com, l’unité de mesure M3 de masse monétaire la plus large se situe actuellement aux alentours des 17.000 milliards de dollars.

Ainsi, même avec la plus large mesure de la masse monétaire, nous ne pouvons tout simplement pas rembourser la dette publique de 19.400 milliards de dollars et encore moins la dette totale(publique/privée cumulée) de 63.467 milliards de dollars.

Et ça, c’est vraiment une mauvaise nouvelle.

Vous me direz qu’on pourrait peut-être commencer par dépenser moins que ce que l’on gagne afin de rembourser petit à petit notre dette totale ?

Sans doute que cela a fonctionné à une époque, mais maintenant nous sommes vraiment acculés et au pied du mur. Notre population vieillit rapidement et cela va mettre une énorme pression sur nos finances publiques dans les années à venir.

Selon Frank Wolf, député républicain de Virginie à la Chambre des représentants du Congrès des États-Unis: “les intérêts de la dette publique américaine combinée aux dépenses «obligatoires» liées à des programmes sociaux tels que la Sécurité sociale, Medicare et Medicaid dépasseront le montant total des recettes fédérales d’ici 2025. Et cela, avant même qu’un seul dollar ne soit dépensé pour l’armée américaine, pour la sécurité de la nation, pour le paiement des fonctionnaires fédéraux ou pour la construction de routes et de ponts, etc…”

Mais nous n’avons pas besoin d’attendre 2025 pour voir les problèmes arriver car c’est déjà un véritable désastre aujourd’hui. Par exemple, on nous dit que “les déficits sont sous contrôle”, mais c’est un énorme mensonge qui ne repose que sur des manipulations comptables. Au cours de l’exercice 2016, la dette publique des Etats-Unis va augmenter de plus de 1000 milliards de dollars. On ne peut absolument pas dire que la situation est sous contrôle – bien au contraire, elle est même devenue totalement incontrôlable.

Beaucoup de gens pensent que nous pourrions améliorer la situation en augmentant les impôts mais l’impact sur les finances publiques serait négligeable. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le montant des recettes fiscales encaissées par le gouvernement fédéral a fluctué dans une fourchette comprise entre 15 et 20 % du PIB, et peu importe ce que furent les taux fiscaux. Je crois qu’il est possible de lever le taux de prélèvement entre 20 et 25%, mais ce serait aussi très dommageable pour notre économie et l’opinion publique américaine pourrait vraiment se mettre en colère.

En réalité, notre véritable problème est notre contrôle des dépenses.

Au cours des deux dernières décennies, les dépenses du gouvernement fédéral ont augmenté 63 % plus vite que l’inflation, et les dépenses «obligatoires» liées à des programmes sociaux tels que la Sécurité sociale, Medicare et Medicaid ont doublé après avoir été ajustées à l’inflation.

Nous ne pouvons tout simplement plus nous permettre de continuer à dépenser de l’argent comme ça.

Et puis il y a la question des intérêts sur ​​la dette américaine. Pour le moment, le reste du monde nous prête de gigantesques montagnes d’argent à des taux d’intérêt ridiculement bas. Toutefois, si le taux d’intérêt de la dette publique américaine remontait juste au niveau moyen du taux à long terme, nous dépenserions plus de 1000 milliards de dollars par an uniquement dans le remboursement des intérêts de la dette publique.

Par conséquent, c’est le meilleur moment pour “rembourser notre dette” car ce n’est pas demain la veille que nous retrouverons un meilleur environnement que celui actuel avec d’aussi faibles taux d’intérêt. De toute manière et c’est inévitable, le taux d’intérêt de la dette publique américaine finira par augmenter, et notre population va continuer de vieillir et cela augmentera de facto les dépenses fédérales.

En attendant, notre dette totale est devenue complètement incontrôlable. Selon CNBC, les américains sont dorénavant redevables d’une dette totale de 63.467 milliards de dollars

dollarsAu tout début des années 1980, Les Etats-Unis avaient une dette relativement peu élevée de 4300 milliards de dollars ce qui représentait 1,5 fois la taille du PIB. Et tout d’un coup, quelque chose d’étrange est arrivé.

La dette a commencé à augmenter durant les années 80, puis la courbe d’endettement a pris une forme parabolique pendant les années 90 et enfin une forme exponentielle au début du 21ème siècle.

Bien que la dette totale(publique/privée cumulée) ait légèrement reculé en 2009 alors que les Etats-Unis peinaient à sortir de la crise financière, cette dette totale était ensuite repartie à la hausse et se situe dorénavant 63.467 milliards de dollars, ce qui représente 3,5 fois la taille du PIB et est aujourd’hui 14,8 fois plus importante qu’elle ne l’était au début des années 1980, selon les données fournies par la Fed de St.Louis. (Il ne faut pas confondre la dette totale(publique/privée cumulée) de 63.467 milliards de dollars, soit 346,8 % du Pib à la dette publique de plus de 19.400 milliards de dollars, qui équivaut à 106 % du PIB et qui fait partie de la dette totale.)

Comme je l’ai mentionné plus haut, il n’y a pas assez d’argent dans l’ensemble de notre système pour ne serait-ce que rembourser une petite partie de cette gigantesque dette totale.

Rappelons aussi qu’Olivier Delamarche avait expliqué que la Fed venait de retrouver 2700 milliards de dollars de dette au mois de novembre 2015 en soulevant un coin de moquette

Alors à votre avis, que se passe t-il lorsqu’un pays détient plus de dettes qu’il n’a argent et qu’il en découvre encore sous un coin de moquette ?

Pensez-vous qu’il y ait une autre issue qu’un effondrement ?

Source: theeconomiccollapseblogLire les précédents articles de Michael Snyder

avatar
 
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
18 Comment threads
2 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
4 Comment authors
Bernard PonsKris SubiliaRiquet MindsPatricia MourguesJacques Amstein Recent comment authors
  Subscribe  
Me notifier des
Bernard Pons
Invité

y’a même “intérêt-s” à ce qu’elle ne le soit pas, puisque tout le système est fondé sur lui depuis 1971 avec Nixon qui annule la parité dollars / or.

Kris Subilia
Invité

y’a même “intérêt-s” à ce qu’elle ne le soit pas, puisque tout le système est fondé sur lui depuis un bon moment….donc….l0l !

Riquet Minds
Invité

Y’a plus de ressources planétaire de toutes façons.

Patricia Mourgues
Invité

Euhhh celui de la dette française non plus je crois :/

plouf
Invité
plouf

J’ai pas bien compris, cela n’existe pas des dettes de guerres ?

Les dettes de guerres ne s’ajouteraient qu’aux autres…

Jean-Philippe Pariente
Invité

Les marchés s’en contre foutent du moment que les banques centrales leur filent du fric gratis

sgmsg
Invité
sgmsg

J’apprécie beaucoup votre site pour les traductions.

Il faudrait juste faire attention dans celles-ci de considérer que l’auteur s’adresse à ses concitoyens et dès lors, cela ne peut être notre dette. Même si on sait que 99.9% des pays ont des situations pires que les états-unis.

Norb
Invité
Norb

Le plus triste de l histoire c est que nous sommes tous les créanciers de la Dette par nos fonds de pension , nos assurances , nos impôts et bientôt par nos dépôts .

Jerome Croisille
Invité
Valérie Larouche
Invité

Enweille peser sul piton jen peux de vivre sur cette planete … y va tu finir par ce passer quelque chose ???