Ce site est entièrement dédié à l'analyse technique sans pour autant dédaigner l'analyse fondamentale. Nous avons voulu ce site interactif et convivial où vous pouvez poster vos commentaires et études dans les différents forums.
La situation économique américaine actuelle, est bien pire qu’elle ne l’était en 2016. En « Onze » points !
 

Quand on pense que les médias disent qu’Obama a réussi à relancer l’économie américaine et que les Etats-Unis sont au plein emploi… A ce niveau là, ce n’est plus de l’information mais bien de la propagande

Actuellement, il y a beaucoup de débats autour de la trajectoire qu’est en train de prendre l’économie américaine, mais tout le monde devrait pouvoir s’accorder sur le fait que la situation économique est nettement plus mauvaise cette année qu’elle ne l’était l’an dernier.

La croissance économique américaine devrait être quasiment nulle pour le 1er trimestre 2017, des milliers de commerces de détail ferment leurs portes, la production manufacturière baisse et les restaurants ainsi que les constructeurs automobiles traversent une période extrêmement difficile. A mesure que l’activité économique américaine ralentit, les faillites d’entreprises et personnelles augmentent à des niveaux que nous n’avons pas vu depuis la dernière crise financière. Partout où vous pouvez regarder, la situation ressemble à celle de 2008, et pourtant en fonction de ce qui se passe actuellement, la plupart des gens semblent vouloir rester dans le déni. Voici 11 faits qui prouvent que la situation économique américaine est bien pire en 2017 qu’elle ne l’était en 2016…

# 1 – On s’attend à ce qu’il y ait plus de 8.000 fermetures de commerces de détail aux Etats-Unis en 2017, ce qui dépassera largement l’ancien record qui avait été atteint en 2008 avec 6.163 fermetures de commerces.

# 2 – Le nombre de détaillants qui ont déposé le bilan jusqu’à présent en 2017 a déjà dépassé le total des dépôts de bilan qui avaient été comptabilisés sur l’ensemble de l’année 2016.

# 3 – Jusqu’à présent, en 2017, 4,5 millions de m2 (49 millions de pieds carrés) de surfaces commerciales ont été fermées aux Etats-Unis. A ce rythme, environ 13,66 millions de m2 (147 millions de pieds carrés) seront fermés d’ici la fin de l’année 2017, ce qui correspondrait à un nouveau sommet historique en termes de fermetures puisque l’ancien record date de 2001 où 10,68 millions de m2 (115 millions de pieds carrés) de surfaces commerciales avaient été fermées.

# 4 – La Fed d’Atlanta vient d’annoncer que la croissance américaine pour le 1er trimestre 2017 ne dépassera pas les 0,5%. Si l’on conserve ce rythme sur le reste de 2017, ce sera la pire année pour les Etats-Unis en termes de croissance économique depuis la dernière récession.

# 5 – Les restaurants connaissent leur pire période depuis la dernière récession, et en mars, les choses se sont encore aggravées

L’affluence dans les chaînes de restaurants a chuté de 3,4% par rapport à la même de l’année précédente. L’augmentation du prix des menus n’a pas pu compenser cette chute, et les ventes de ces mêmes magasins ont reculé de 1,1%. C’est la région Ouest des Etats-Unis qui s’en est le mieux sortie, où les ventes ont progressé de 1,2% par rapport à l’an dernier et l’affluence n’a baissé que de 1,7%, selon TDn2K’s Restaurant Industry Snapshot. Les pires résultats se situent dans le New Jersey à New York, où les ventes ont chuté de 4,6% et l’affluence a plongé de 6,3%.

Ces résultats s’ajoutent au mauvais chiffres du mois de février, lorsque le pétrole avait chuté de 5% par rapport à la même période de l’année précédente et où les ventes de ces mêmes restaurants avaient baissé de 3,7%.

# 6 – En mars, la production manufacturière américaine n’a jamais baissé aussi rapidement depuis plus de deux ans. Elle accuse son plus fort repli en sept mois sous l’effet notamment d’un recul de production automobile, selon ce qu’a annoncé la Réserve fédérale le mardi 18 Avril 2017.

# 7 – Selon le département du travail américain, dans 20 % des familles américaines, plus personne ne travaille

# 8 – Les recettes fiscales du gouvernement américain ont tout simplement connu leur plus forte baisse depuis la dernière récession.

# 9 – Presque tous les grands constructeurs automobiles américains ont publié des ventes décevantes pour le mois de mars 2017, et maintenant, le nombre de véhicules stockés chez les concessionnaires se situe à son plus haut niveau depuis la dernière récession.

# 10 – Les prix des véhicules d’occasion s’effondrent littéralement, et les pertes sur les prêts automobiles de type Subprime (crédit à haut risque) se sont envolées et viennent d’atteindre leur plus haut niveau depuis la dernière crise financière, et le taux de défaillance sur les prêts automobiles vient également de grimper à son plus haut niveau depuis la dernière crise financière. Maintenant, je suis persuadé que vous commencez à comprendre quelle trajectoire prend ce secteur en fonction de ces informations. je vais être clair, la prochaine crise des subprimes est déjà là. 12 faits montrent que le secteur automobile U.S est au bord du gouffre.

# 11 – Actuellement, la plupart des consommateurs américains sont complètement fauchés. Selon CNN, près de six Américains sur dix ne sont même plus en capacité de sortir 500 dollars pour couvrir un imprévu.

Tout comme en 2008, l’endettement progresse à un rythme extrêmement inquiétant. En réalité, la situation est tellement effrayante que le FMI vient de lancé un avertissement majeur

Aux Etats-Unis uniquement, les créances irrécouvrables détenues par les entreprises pourraient atteindre 4.000 milliards de dollars, soit « près d’1/4 des actifs des entreprises analysées », selon le FMI. Ces entreprises pourraient avoir des difficultés à honorer le service de leur dette. Cette dette « pourrait nuire à la stabilité financière » si elle continuait d’augmenter, selon le FMI.

Le pourcentage des créances à risque détenues par les entreprises américaines est presque revenu au même niveau qu’avant la crise de 2008.

On peut faire énormement de parallèles avec la dernière crise financière, et pourtant énormément de gens espèrent que nos politiciens à Washington pourront résoudre les problèmes avant qu’il ne soit trop tard.

Cette semaine qui vient de débuter lundi est la plus importante voire la plus critique de la toute jeune présidence Trump. L’administration continuera de travailler sur la réforme fiscale et sur le remplacement de l’Obamacare, mais il y a bien plus important encore puisque si un accord sur le budget et donc sur le déplafonnement de la dette américaine n’est pas adopté d’ici le vendredi 28 Avril 2017 minuit, alors nous assisterons à l’arrêt brutal des activités gouvernementales

Trump a expliqué qu’il souhaitait s’attaquer à l’abrogation puis au remplacement de l’Obamacare et enfin présenter son important plan fiscal la semaine prochaine, alors que l’on risque d’assister à l’arrêt brutal de certaines activités du gouvernement fédéral et ce dès vendredi minuit.

En essayant d’appliquer trois de ses importantes promesses politiques en une semaine, les investisseurs sauront si Trump sera ou non en mesure de respecter des politiques favorables en termes de croissance et qui seraient bénéfiques pour les marchés.

Si Trump convainc le parti républicain, il pourrait restaurer la confiance pour que des propositions politiques telles que des réductions d’impôt et des dépenses d’infrastructure voient le jour. S’il n’y arrive pas, alors là… Attention !

Les membres du congrès reviennent de leurs vacances prolongées de deux semaines et maintenant ils n’auront que quatre jours ouvrables pour faire quelque chose.

Et je ne crois pas qu’ils y arriveront en 4 jours seulement (Michael Snyder ne s’est pas trompé puisque les présidents républicains des commissions des dépenses de la Chambre des représentants et du Sénat ont présenté dans la nuit de mercredi à jeudi un texte finançant l’État fédéral jusqu’au 5 mai, alors que les financements actuels expiraient vendredi 28 Avril 2017 à minuit). Au congrès, les républicains, les démocrates et l’administration Trump n’ont jamais été aussi divisés et ont tous des attentes bien différentes, et gommer toutes ces différences ne sera pas facile.

Par exemple, l’administration Trump insiste sur le financement d’un mur frontalier avec le Mexique, et pour les démocrates, il n’en est pas question. Ce qui suit provient du Washington Post

Le président Trump et ses hauts fonctionnaires ont à nouveau mis la pression dimanche sur les législateurs afin d’inclure un financement pour la construction d’un mur à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique dans le projet de loi de financement des dépenses fédérales, ce qui laisse entrevoir l’arrêt des activités gouvernementales cette semaine.

A travers deux tweets, Trump a attaqué les démocrates qui s’opposent au mur et a insisté pour que le Mexique paye sa construction « ultérieurement », alors qu’il avait promis durant sa campagne que ce devait être le Mexique qui le financerait et non l’Amérique. L’administration Trump est revenu mettre à nouveau la pression dimanche matin pour qu’un financement du mur soit adopté, et y compris le directeur du budget de la Maison Blanche, Mick Mulvaney, qui a déclaré que Trump pourrait refuser de signer le projet de loi de dépenses si le financement du Mur n’en faisait pas partie.

Et bien entendu, Ce mur à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis n’est qu’un des nombreux désaccords empêchant la signature du projet de loi sur les dépenses. Ceux qui pensent que toutes les points qui posent problème trouveront une réponse d’ici à vendredi minuit ne sont que de doux rêveurs. Et même si l’administration Trump essaie de faire bonne figure, en réalité, l’arrêt des activités gouvernementales a déjà commencé.

Le décor cauchemardesque que j’avais dépeint dans mon roman The Beginning Of The End se met en place. La bulle boursière semble prête à éclater, et l’arrêt prolongé des activités gouvernementales pourrait provoquer son implosion.

Bulle boursière… Tensions géopolitiques… Les investisseurs se bousculent pour sortir !

A quoi ressembleront les USA quand les actions, l’immobilier et les voitures d’occasions auront chuté de plus de 50%

Espérons que l’arrêt des activités gouvernementales ne dure que pendant une période limitée, car un arrêt prolongé pourrait être catastrophique. En fin de compte, l’administration Trump ou les démocrates devront céder sur des points tels que le financement d’Obamacare, le mur frontalier, le planning familial, l’augmentation des dépenses militaires, etc…

Nous allons assister à un véritable rapport de force, et nous allons bien voir qui pliera d’abord.

Source: theeconomiccollapseblogLire les précédents articles de Michael Snyder

Get Prepared Now!: Why A Great Crisis Is Coming & How You Can Survive It (Broché)


De: Michael Snyder, Barbara Fix

Neuf à partir de: EUR 11,45 En stock
D’occasion à partir de: EUR 30,43 En stock

The Rapture Verdict (Broché)


De: Michael Snyder

Neuf à partir de: EUR 16,00 En stock
D’occasion à partir de: EUR 20,16 En stock

The Beginning Of The End by Michael Snyder (2013-05-15) (Broché)


De: Michael Snyder

Neuf à partir de: EUR 116,87 En stock
D’occasion à partir de: EUR 49,58 En stock

7 Commentaires pour l'article La situation économique américaine actuelle, est bien pire qu’elle ne l’était en 2016. En « Onze » points !

  1.  

    Preoccupons nous de la France il y a de quoi faire, les US on s’en tape qu’ils se demerdent ils foutent assez le bordel partout ou ils vont

    •  

      2008 ne t’as pas fait comprendre que ce qui se passe aux US fini par toucher le monde entier??

      •  

        Perso je n’ai pas attendu 2008 pour comprendre , mais faut croire que la leçon n’a pas servie, ce qui arrive fera passer 2008 pour un piquenique, les US n’ont pas d’amis que des interets, quand on sait ça on agit en consequence, on evite surtout d’etre leur succursale,

    •  

      lol… @ clerc michel: les US sont juste la première puissance mondiale ( et de loin…) se foutre d’ eux en viens donc à agir dangereusement…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*