Cette dépression mondiale sera brutale ! Des dizaines de millions d’Américains ne peuvent plus payer leurs factures et risquent l’expulsion

La plupart d’entre nous n’avons jamais rien vécu de tel de toute notre vie. La peur du COVID-19, les troubles civils sans fin dans les grandes villes américaines et toute une série d’autres facteurs qui se sont combinés pour nous plonger dans la pire récession économique depuis la Grande Dépression des années 1930. Vendredi dernier, le département du travail américain a annoncé que le taux de chômage aux États-Unis était tombé à seulement 10,2% le mois dernier, et si ce chiffre était réellement exact, ce serait une très bonne nouvelle. Malheureusement, cela ne correspond tout simplement pas à tous les autres chiffres que nous avons observés. Selon l’économiste John Williams du site shadowstats.com, si les chiffres étaient utilisés de manière honnête, le taux de chômage serait en réalité de 30% actuellement, et pour être sincère, je crois que ce chiffre est beaucoup plus proche de la réalité à laquelle nous sommes confrontés. Au mois de février 2020, 152 millions d’Américains travaillaient et depuis, plus de 55 millions ont déposé de nouvelles demandes d’allocation chômage. À moins que des dizaines de millions de ces personnes n’aient déposé des demandes d’allocation frauduleuses, il est tout simplement impossible d’avoir un taux de chômage qui soit d’environ 10% actuellement.

D’autres chiffres montrent également que ce taux de chômage de 10% ne tient pas la route. Selon une étude récente, 24% de des américains se sont retrouvés dans l’incapacité de payer au moins une facture depuis le début de la pandémie de COVID-19 …

En effet, payer ses factures fait partie de la vie, même en période de pandémie. Malheureusement, une nouvelle enquête menée auprès de 2 000 Américains révèle qu’un sur quatre (24%) s’est retrouvé dans l’incapacité de payer au moins une facture depuis le début de la pandémie.

Parmi ce groupe, 26% déclarent ne pas avoir payé leurs factures de téléphone portable ou de câble. Un autre pourcentage de 25% n’a pas payé pour les services de streaming, et bien plus inquiétant encore, certaines de leurs  factures d’électricité ou de services publics .

Tout ceci ne ressemble absolument pas à une reprise.

Cela ressemble plutôt à une dépression économique.

D’ici peu, l’Amérique va sombrer dans un immense désespoir économique. USA: Les pertes d’emplois, les faillites et les fermetures de magasins sont à des niveaux apocalyptiques… L’effondrement de l’économie américaine a commencé !

Les Américains se retrouvent également dans l’incapacité de payer leur loyer, ainsi que leur prêt hypothécaire à un rythme effarant. En fait, plus d’un quart des américains n’ont pas payé leur loyer ou leur prêt hypothécaire au cours du mois de juillet…

Environ 27% des américains n’ont pas payé leur loyer ou leur prêt hypothécaire du mois de juillet, selon l’enquête nationale menée chaque semaine par le US Census Bureau sur les trois derniers mois. Quand on prend uniquement les locataires, un peu plus d’un tiers (34%) ont déclaré au cours des derniers jours de juillet qu’ils avaient peu ou pas confiance en leur capacité à payer le loyer du mois d’août, ce qui montre à quel point les ménages américains se trouvent au bord du gouffre en raison de cette pandémie de coronavirus.

Mais nous sommes censés croire que le taux de chômage n’est que d’environ 10%.

Ok…

Dans certains États, un tsunami d’expulsions menace et risque d’être absolument catastrophique.

Par exemple, on nous dit qu’en Caroline du Sud, 52% de l’ensemble des locataires «risquent d’être expulsés» …

Rien qu’en Caroline du Sud, 52% des locataires ne peuvent plus payer leur loyer et risquent d’être expulsés, selon une analyse des données du Census bureau réalisée par le cabinet de conseil Stout Risius Ross. Environ 185 000 demandes d’expulsion pourraient être déposées dans l’État au cours des quatre prochains mois.

Non, cela ne ressemble absolument pas à une reprise.

Cela ressemble plutôt à une dépression économique.

Nous n’avions encore jamais vu ça ! Une vague imminente d’expulsions dans tous les états américains Une “avalanche d’expulsions” sans précédent frappera bientôt l’Amérique… 2008 n’était rien face à l’énorme crise qui se profile

Et nous constatons des chiffres tout aussi catastrophiques lorsque nous observons les chefs d’entreprises à travers l’Amérique. C’est sans doute difficile à croire, mais 83% des restaurateurs New-yorkais n’ont pas payé la totalité de leur loyer en juillet…

L’état du secteur de la restauration à New York est dans une situation désespérée. Le mois de juillet s’est avéré être un nouveau mois désastreux pour les restaurants, les bars et les établissements nocturne de la ville, la majorité étant incapable de payer le loyer en juillet, selon une toute récente enquête.

NYC Hospitality Alliance a  interrogé environ 500 propriétaires et exploitants de restaurants new-yorkais, 83% des sondés ont indiqué être dans l’incapacité de payer la totalité du loyer en juillet, tandis que 37% n’ont pas payé de loyer du tout.

83%.

Prenez un instant afin de réfléchir à ce chiffre.

Cela ne ressemble pas à une reprise.

Cela ressemble à une dépression économique.

Etats-Unis: Envolée du nombre de fermetures définitives d’entreprises. USA – Cauchemar économique: Près de 50% de l’ensemble des emplois perdus lors de la pandémie pourraient disparaître définitivement

Et je ne suis certainement pas le seul à utiliser le mot « Dépression ». Ce qui suit provient d’un article du Time Magazine intitulé « La prochaine dépression mondiale arrive et l’optimisme ne la ralentira pas » …

Premièrement, le ralentissement actuel est sans aucun doute mondial. La plupart des récessions américaines d’après-guerre ont eu un effet limité sur l’économie nationale. La plupart d’entre elles résultaient de l’inflation intérieure ou d’un resserrement des marchés du crédit. Or avec le COVID-19 et le ralentissement mondial actuel, cela n’a plus rien à voir. Il s’agit d’une crise synchronisée, et les ralentissements en Chine, aux États-Unis et en Europe auront un impact mondial dans un monde globalisé. Ce coronavirus a ravagé toutes les grandes économies du monde. Son impact se fait sentir partout.

Vous avez probablement remarqué que les choses commencent vraiment à devenir dingues.

Les gens deviennent désespérés, et lorsque des gens sont dans ce cas, ils font des choses désespérées.

Dans une communauté du Texas, nous venons d’apprendre que quelqu’un tue des chevaux et les mange…

Au moins cinq chevaux ont été tués autour de Pearland, au Texas depuis la fin mai – mais c’est la façon dont ils sont tués et ce qui est fait à leurs carcasses qui dérange particulièrement les habitants.

La police de Pearland a fait sa première découverte le 10 juin. Répondant à un appel pour acte de cruauté envers les animaux le long du pâté de maisons au 14 000 Kirby Drive, ils ont trouvé un cheval, mort et découpé.

Il faut vraiment être incroyablement tordu pour commettre un tel acte, mais comme je le répète depuis très longtemps, nous allons voir des choses beaucoup plus dingues encore dans les années à venir.

Bien entendu, beaucoup d’américains ressentent que la société commence à dérailler, ce qui a contribué à alimenter une flambée sans précédent des ventes d’armes à feu

Les ventes d’armes à feu ont bondi de 135% au mois de juillet par rapport à la même période de l’année précédente, pour atteindre environ 2 millions d’armes et ont déjà battu tous les résultats de l’an dernier, selon un rapport publié plus tôt cette semaine par le cabinet de conseil Small Arms Analytics and Forecasting. Les ventes d’armes ont augmenté de 145% en juin, de 80% en mai et de 71% en avril.

Nous vivons à une époque où les émeutes, les pillages et la violence deviennent monnaie courante et où les taux de criminalité s’envolent dans les grandes villes américaines.

Et plus les conditions économiques se détériorent, plus le chaos va s’aggraver.

Je vous encourage donc vivement à mettre de l’ordre dans votre vie et à vous préparer à ce qui nous attend, car le temps est limité et donc précieux.

Source: theeconomiccollapseblogVoir les précédentes interventions de Michael Snyder

A l’attention des lecteurs du site BusinessBourse

Nous sommes à la veille d’un tournant majeur dans l’économie mondiale. Le moment est venu d’acheter de l’Or avant qu’il ne soit trop tard. Pour les très rares personnes qui ont des actifs à protéger, il devient urgent de sortir des bulles d’actifs(marché boursier, obligataire, immobilier, etc…), comme je le recommande depuis longtemps. Il est également temps de détenir de l’or et de l’argent physique comme assurance pour son patrimoine. Les métaux précieux atteindront des niveaux sans précédents, voire non envisageables aujourd’hui avec l’hyperinflation. Débancarisez-vous ⟶ Service Premium

Pour ceux qui pensent que c’est le moment d’investir dans l’or ou l’argent, nous vous recommandons de contacter le site « l’once d’or ». Leurs prix, le service et le conseil vous aideront à prendre votre décision. Livraison gratuite dans toute la France métropolitaine, et territoires d’outre-mer. Pour d’importants achats, si vous venez de la part du site BusinessBourse, vous aurez de meilleures conditions en prix et en service. (En cas de besoin – Tel portable: 06 85 94 73 13)

               
Le retour au Standard Or d’Antal Fekete                            Dernière intervention de P.Herlin sur l’or
                      
         Nicolas Perrin: Investir sur le marché de l’or                                           Histoire de l’argent
               

8 commentaires

  1. Les gens chassés de leur logement car ils ne paient plus leur loyer, ce n’est pas nouveau !
    Les gens qui consomment plus qu’ils ne gagnent ce n’est pas nouveau !
    Les gens qui veuelnt beaucoup d’installations inutiles et qui coûtent un bras, ce n’est pas nouveau !

    Alors tant que l’on ne réduira pas la voilure, tant que l’on distribuera des aides « sociales » à des gens en pleine santé qui ne veulent pas travailler, à des étrangers qui achètent de l’immobilier dans leur pays d’origine, …
    ce sera notre perte.

  2. La formation et l’éducation seront la clé de notre redémarrage économique. En serons-nous capables ? Si dans les prochains mois l’État persiste à entretenir ce modèle financé à crédit, sans former, éduquer ou reconvertir massivement ; nos dépenses sociales devront être très sérieusement réduites; chasse systématique à tous les gaspillages en matière de dépenses de santé et de vieillesse, limites en matière d’accueil
    .

    1. Les jeunes en formation on perdu leur année à cause du confinement, et ceux qui avaient un patron à la sortie ont finit au pôle emploi, le problème vient toujours d’ailleurs 😛

      Après quand on parle de formation, faudrait le faire dans les secteurs qui ne trouvent pas d’apprentis, parce que quand on voit le nombres de jeunes en plomberie, chauffagiste et frigoriste, c’est ridicule, on n’en manque pas dans ces secteurs.

      Ce pays est bien un musée où que l’on regarde, on patine pendant que nos voisins évoluent malgré les crises successives, pour fabriquer des chômeurs ça on est des champions.

    2. Fondamentalement, que vous le croiyez ou non, la crise mondiale actuelle ne vient pas du covid 19, mais bien de la raréfaction dans la disponibilité des énergies fossiles (pétrole et gaz, mais principalement pétrole brut).
      Tout le reste s’en suit, y compris ce COVID 19 insensé.
      Au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, TOUTES les guerres actuelles sont menées par des pays dont les ressources sont en voie d’épuisement rapide contre des pays qui n’ont pas les moyens technologiques d’exploiter les leurres.
      La difficulté vient de plus en plus du fait que TOUTES ces guerres coûtent de plus en plus cher car ces pays sont en mesure d’acheter des armes Efficaces et pas chères auprès de la Russie, de la Chine ou de la Corée du Nord par exemple.
      Il suffit de voir l’acharnement que mettent les usa pour tenter de prolonger l’interdiction faite par l’onu à l’Iran d’acheter ou de vendre des technologies militaires de pointe.
      Dès le mois d’octobre, l’Iran arrivera sur le marché international de l’armement comme client pour des armements sophistiqués pour les pays mentionnés plus haut, mais aussi comme exportateur de technologies militaires propres mises au point en interne malgré l’embargo us-otan, ET ÇA VA FAIRE MAL tout simplement parceque d’une part, eux seront encore mieux armés pour résister aux us-otan, mais EN PLUS, bien d’autres pays, qui à cette heure ne peuvent guère faire d’autres choses que de subir la botte us-otan vont rapidement pouvoir s’équiper d’armes iraniennes efficaces et pas chères.
      Croyez-moi: Le « COVID 19  » va faire un bond gigantesque à ce moment-là car il deviendra ENCORE PLUS DIFFICILE et même, petit à petit carrément impossible de les spolier des richesses de leurs sous-sols.
      Les pays « avancés » vont devoir rapidement apprendre à vivre sur leurres propres ressources énergétiques ou alors PAYER celles des pays dans les sous-sols desquels elles se trouvent.
      D’où croyez-vous que vienne « le nouveau green deal » au juste?
      Piller le Vénézuéla, le Yémen, l’Irak, la Syrie, la Libye, la Palestine ou le Niger et la République Centre Africaine deviendra plus dur tandis que l’Algérie est déjà trop bien armée pour être un « client » facile.
      Il ne restera alors (et ça a déjà commencé) aux « alliés » plus que de tenter de se piquer les ressources les uns-les-autres, et ça a déjà commencé entre la Turquie et la Grèce qui ne vont pas tarder à entrer en guerre ouverte.
      Le COVID 19, cette pandémie si étrange, sans hôpitaux ni morgues débordés, mais dont toute sorte de symptômes, depuis la goutte au nez, jusqu’aux yeux rouges, en passant par les symptômes de la grippe ou de toute autre maladie respiratoires, neurologiques et, même psychiques comme la dépression nerveuse, la perte de goût, les fourmillements des membres et Y COMPRIS SANS AUCUN SYMPTÔME DU TOUT ne peut qu’indiquer « qu’on en est atteint » (alors même que le médecin qui a testé mon fils lui a déclaré que les tests n’ont un taux de fiabilité réelle guère supérieure à 55% grd max. et que ça équivalait en fait à lancer une pièce de monnaie en l’air en tirant à pile-ou-face pour déterminer qui « est contaminé » et qui « ne l’est pas » n’est, en réalité, que le faux-nez de la crise énergétique mondiale et rien d’autre.
      On fait s’écrouler l’économie mondiale pour freiner massivement la demande d’énergie afin de conserver celle qui reste disponible POUR LA GUERRE et c’est tout!
      Comment voir ça? Et bien tout simplement parce que, dans le monde concret, 2+2 = toujours 4, quoiqu’on en dise.

      1. Malheureusement du pétrole il y en encore pour décennies à travers le monde qui dit pétrole dit plastique ,qui gangrène doucement les océans et ne sont qu’éphémèrement recyclés ! Pendant ce temps on vous fait croire qu’il faut recycler ….

  3. Il fut un temps ou les valeurs boursières reflétaient la bonne santé, des entreprises, on parle toujours du secteur réellement productif, loin des trop fameux GAFA, qui ne produisent rien du point de vue manufacturier.
    On nous dit que la cause du désastre est le covid19, c’est oublier un peu vite que la crise a débuté bien avant la pandémie et qu’on pourrait croire que le virus servirait de mise en jachère de la production.
    Destruction créatrice, à un moment donné on ne peut pas jeter des millions de véhicules au fond des océans, pourtant c’est ce qu’il faudrait faire.
    Le covid19 au travers de l’arrêt d’une partie de l’économie, nous ferait croire que le capitalisme se tire une balle dans le pied ?
    Certains penseraient qu’un reconfinement se prépare et ce, jusqu’à, qu’une certaine quantité d’entreprises mettent la clé sous la porte et qu’avec les nouveaux accords dits de performance collective (baisse de salaire) ça pourrait repartir ?
    Finalement rien n’a vraiment changé, c’est toujours le capital variable (le prolo) qui est la source même de la valeur !
    En fait l’épisode crisique débute avec la fin des accords de Bretton Woods, à partir de cette époque c’est surtout l’obligation d’augmenter notoirement la masse de crédit, d’où décorrélation $/Gold et curieusement c’est aussi la fin des 30 glorieuses, en effet c’est à partir de cette époque que débute l’éviction massive des travailleurs.
    Pour remettre les choses dans l’ordre, c’est l’éviction massive des ouvriers qui oblige à la création de crédit et qui rompt l’équilibre fordiste, ainsi que que la parité monétaire, depuis le crédit n’a fait que croître jusqu’à devenir gantesque et insolvable au fur et a mesure que les sociétés se passaient de plus en plus de travailleurs au profit de la robotisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page