Delamarche: En Europe, les carottes sont cuites, on a pas de croissance et on n’en aura pas plus l’année prochaine

Le face à face a opposé Olivier Delamarche, associé et gérant de Platinium Gestion, membre fondateur des Econoclastes, et Patrice Gautry, chef économiste chez Union Bancaire Privée. – Intégrale Placements, du lundi 19 décembre 2016, présenté par Guillaume Sommerer et Cédric Decoeur, sur BFM Business.

Partie 1/2: Quid de l’attractivité des actions européennes ?

Gaël Giraud: « Selon le FMI, 40% des banques de la zone euro sont non viables ! »

Charles Gave: 70% des banques européennes en état de quasi faillite

Partie 2/2: Quid de l’effet des banques centrales sur la croissance économique ?

L’économie mondiale est en feu – Les banques centrales ne savent pas comment éteindre l’incendie

Olivier Delamarche: Marchés: « Plus ça va mal et mieux ça va ! … et les banques centrales fixent les prix »

Olivier Delamarche a parfaitement raison et ce depuis des années. La situation économique aux Etats-Unis n’arrête pas de se détériorer.

Voir les précédentes interventions d’Olivier Delamarche

La guerre des monnaies                                         Pétrole, une guerre d’un siècle
     

27 commentaires

  1. Delamrche est certes très « Capitaine Haddock » mais pour ma part je trouve que cela fait du bien d’avoir un intervenant moins « politiquement correct » que tous ces « spécialistes économiques » bien propres sur eux et surtout au mode de pensée bien TINA !
    Le « marché » est totalement déconnecté de la réalité.
    Pas besoin d’avoir fait de hautes études pour constater la différence qu’il y a entre les indices des « marchés » et ceux de l’économie réelle (on devrait même dire de l’économie de Monsieur tout le monde)
    Car enfin quel est le pourcentage de la population qui intervient dans ces fameux « marchés » ?
    Alors qu’il y en ait un qui dise tout haut ce que nombreux (hélas pas assez) pensent tout bas, moi je suis pour.
    Continuez Monsieur Delamarche, au moins on ne pourra pas dire qu’on ne savait pas !

    1. Mais ouiiiiii. On le sait que c’est manipulé : l’économie s’enfonce, le chomage augmente, les dettes explosent, les taux bondissent, la planche à billets tourne à plein régime…
      Mais le marché monte. Alors, vous faites quoi ? Vous avez acheté de l’or à 1 400 USD l’once et vous avez perdu de l’argent so far… Vous avez shorté les indices, vous avez pleins de BX4 et vous êtes dans le bull squizz…
      Hé bien, moi je dis que c’est intéressant d’écouter ce que les autres ont à dire pour comprendre ce qui anime la bourse en ce moment, sans perdre de vue que c’est une bulle.
      Sauf que M. Delamarche beugle comme une cochon qu’on égorge, et qu’on ne peut pas entendre les arguments de son contradicteur, qui ferait utilement la balance sur ce qui se passe en ce moment.

      1. C’est simple,
        Vous savez que les actions sont surévaluées, alors achetez-en.
        Vous savez que les dettes des gouvernements ne seront pas remboursées, alors achetez-en.
        Vous savez ques les banques sont en faillites alors achetez-en.
        Vous savez que les États-unis sont en dépression alors achetez-en…

        Plus facile à dire qu’à faire…

        1. Vous êtes un peu timide dans votre commentaire.
          Soit admettons comme vous dites que les actions, les banques, les US etc. sont en faillites.
          Mais poursuivez le raisonnement alors :
          – Bon, Je vais pas prendre des bons du trésor car ils sont négatifs, et pourtant il y a toujours des acheteurs. Ha ben non, parce que je vais tout perdre dans la bulle obligataire.
          – Bon, les actifs financiers, c’est trop risqué, alors je vais augmenter ma part immobilier. Ha ben non, c’est une bulle aussi.
          – Bon, j’ai pas le choix, je vais augmenter ma part d’or… Ha ben non parce qu’avec la démonétisation ça ne vaudra bientôt plus rien. Et si ça remet a valoir quelque chose, les gouvernements vont venir me les confisquer et criminilasier la détention d’or…
          – Bon, je vais investir dans l’art mais je n’y connais pas grand chose. Ha ben non, parce que je vais me faire dépouiller par un fond ponzi dédié à l’art
          – Bon, finalement tout ca c’est pourri, je reste en cash comme ça je profiterais pour racheter après l’explosion des bulles boursières et immobilières. Ha ben non, parce qu’il y aura de l’hyper-inflation et bientôt mon cash ne pourra acheter qu’une boite de thon…

          On le sait que ça va mal, mais ce serait plus intéressant de lire des propositions plutôt que de faire le prophète de la fin du monde sur les marchés…

  2. Delamarche a raison a 100% , mais c’est pas pour autant que le marché s’effondrera demain, les marchés ne fonctionnent qu’avec l’argent des BC, tant que les BC degueuleront des mds le marché roulera, le jour (plus si eloigné que ça) ou les marchés consolideront ça ne sera que pour avoir plus de QE , une variation de 1000 points(500 en hausse 500 en baisse pour le cac) etalée sur l’annee leur suffit pour se goinfrer et donner le change,
    Delamarche sait mieux que personne que le marché est deconnecté de la realité, mais quoi de plus agaçant d’avoir sur BFM toujours les memes ‘gerants’ « experts en tous genres » « analystes » qui vous disent que tout va de mieux en mieux, qu’il est grand temps d’acheter, ne ratez pas le train , suffit de regardez la tete des « animateurs » quand WS perd 200 pions pour comprendre ou est leur interet, ils sont effondrés, ne comptez pas sur eux pour vous dire la vérité, ils ne sont la que pour rabattre du pigeon. Donc heureusement que des Delamarche, Bechade,Sapir, Berruyer sont la pour nous donner une autre vision de l’economie reelle. Ceci dit le jour ou ce qu’il predit depuis un moment arrivera vous ne pourrez pas dire que vous n’etiez pas prevenu, par contre ce n’est certainement pas BFM qui vous avertira. Disons qu’ils nous mettent en garde a nous d’en tenir compte ou pas. Enfin ce n’est que mon avis bien sur

  3. olivier delamarche a raison dans le fond, mais pas dans la forme… Oui le marche va s’ecrouler c’est evident… Mais ce qui compte en bourse c’est le timing, le reste c’est du vent….. Pour l’instant ilest dans le mauvais sens. Il va bien finir par avoir raison. Ce qui serait i teressant serait de savoir ce qu’il a fait comme pourcentage cette annee en PV. Le reste c’est bidon… Ce sont les resultats qui comptent…. Je suis aussi baissier en bourse et j’ai uniquement des actions dans le domaine medical ( inna pour votre info notamment…)… Apres Olivier n’est pas obligé d’etre desagreable avec son interlocuteur cela dit…. On peut debattre dans le respect…j’aime le personnage mais quid de son efficacite sur les marches… Ce serait interessant de savoir…bien a vous

  4. 1-toutes les orientations politiques et economiques sont deja fixées par bruxelles , quel que soit le president elu
    2-si le president désobéi il sera condamné par de lourdes sanctions financieres venant de la cour europeene de justice
    3-pour changer l UE et ses traités il faut l unanimité des 28 pays membres à l unanimité , 1 seul qui s y oppose et c est foutu
    la seule solution c est d en sortir ce que propose asselineau UPR qui est totalement censuré des medias depuis 9 ans malgré le fait qu il ai plus d adherents que melenchon EELV les verts , dupont aignan et le NPA uniquement grace à internet https://www.youtube.com/watch?v=ZZ5MZ5JnU3Y

    1. Ça, c’est tout le secret de l’agit-pop, vous savez, ce truc des gauchos de 68, en faire mais pas trop pour ne pas essouffler le lecteur et ne pas fatiguer le citoyen (ce que vous faites très bien , part ailleurs).
      Ceci dit, que je vous dise, moi, je vais voter Asselineau, mais pas pour les mêmes raisons que vous, en fait si vous écoutez entre les lignes, si je puis dire, ce qu’il se passe au niveau économique, vous comprendriez que le système économique globalisé dans son entier est déjà dans une phase d’effondrement.
      En fait, pour l’instant il s’agit d’une désindustrialisation mondiale, ce qui ne peut qu’affecter et déstabiliser tout cette globalisation joyeuse qui ne pourra que s’effondrer à un moment donné, lequel, je n’en sais rien, d’ailleurs personne ne peut le dire.
      Dès lors ce sera l’empire U.S. qui explosera en vol et l’Union-Européenne qui se liquéfiera sur place, suivant en cela l’empire dans ses tourments.
      La France et les autres pays européens de l’U.E. reprendront leurs billes contrains et forcés, certes ce sera une bonne chose, mais au vu de la situation industriel catastrophique de notre pays, nous auront quelques années d’immenses et multiples difficultés.
      En un mot comme en cent, ce sera un extraordinaire merdier que nous devrons affronter pour pouvoir refonder une économie pérenne et réorganiser notre nation.
      Sachant que quasiment plus rien n’est fabriqué en France comme chez nos proches voisins.
      Parce que, voyez-vous, si l’économie globalisée heureuse faillirait, et elle faillira, le commerce international la suivra inéluctablement.
      Donc nous n’aurons plus rien sur les étals, sans compter les monnaies électroniques qui risqueraient fort de cesser aussi leur fonctionnement puisque l’empire U.S. en détient tous les contrôles.
      Et les carburants n’arrivant plus jusqu’au conducteur-consommateur, les réserves stratégiques étant réservés aux véhicules prioritaires, à l’armée et aux agriculteurs, peut-être aussi aux mariniers des péniches (plus lents mais moins vorace en énergie que les camions).
      Enfin, vous voyez le topo, comme je le disais, le vrai merdier quoi: il faudra répartir le peu que le pays fabrique encore ou a en réserve, nourriture comprise.
      Donc, voyant les équipes de Tartempion et de bras cassés qui vont se présenter aux prochaines élections, nous pouvons être assurer qu’ils feront n’importe quoi sauf ce qu’il faudra faire, engoncés qu’ils sont dans leur doctrine néolibérale.
      Mis à part Monsieur Asselineau et son parti politique, l’U.P.R., qui a déjà prévu bon nombre de choses, comme une nouvelle monnaie par exemple, originellement pour la sortie de l’U.E.€./O.T.A.N..
      Sans compter l’équipe qu’il y a derrière, et la place qu’occupe le président de ce parti au sein de l’administration, en plus, des connaissances, provenant de tous horizons, de ses proches adjoins, ma foi, ils ont tous mon bulletin de vote dès maintenant pour les deux élections de l’année prochaine.
      De fait, le pays se retrouvera dans une situation semblable à 1945, peut-être en pire, et il en faudra des trésors d’organisation pour gérer une telle mouscaille, or je ne vois guère que Monsieur Asselineau et l’U.P.R. pour ce faire.
      Étend entendu que, quoi qu’il en soit et même si l’économie mondialisée ne se trouvait pas dans un tel état déplorable, j’aurais voté pour eux, pour vous, donc.
      Un petit conseil, faites les marchés avec tracts et tout le toutime, c’est un vieux truc communiste (j’ai baigné dedans tout petit), ça permet de se faire connaître, de se rencontrer, se connaître et de discuter, entre soi et avec les passants.
      Quand aux signatures, vous les aurez (j’espère ne pas faire erreur).
      Tout simplement parce qu’avec 200 adhérents par semaine certains des élus les moins empreins idéologiquement de l’eurolâtrie et de l’américanolâtrie, plutôt de la pseudo-droite actuelle, Les Américains, euh non, Les Républicains, et quelques-uns d’autres partis politiques, vont commencer à vous rejoindre, si ce processus n’a déjà pas commencé.
      Et bientôt, vous verrez, ce sera la débandade, ils feront la queue pour avoir leur petit carton d’adhésion.
      Quand aux déçus du P.S., ils rejoindrons soit le Parti de Gauche, soit le mouvement catholique dit des « Poisson Rose », encore un truc formidable tiens, mais les catholiques progressistes représenteront dans pas longtemps un pouvoir assez puissant, enfin bref, la question n’est pas là.
      Ensuite nous risquerions fort d’avoir des surprises et je ne serais pas surpris que les partis officiels d’aujourd’hui n’aient plus que leur ombre comme mandat législatif pour demain.
      Mais ça, c’est une autre histoire.

  5. Etant pour la « croissance zéro » je me satisferai de ces nouvelles donnes.
    Il faudrait supprimer les banques d’affaire et revenir aux banques de dépôt.
    Entretenons nos routes, nos monuments nos écoles et nos hopitaux MAIS CESSONS IMMEDIATEMENT de bâtir des constructions inutiles qu’il faut entretenir, chauffer, éclairer, …

    Ras le bol de consumérisme à outrance !
    Revenons aux fondamentaux qui sont la nourriture, les vêtements, l’artisant/industrie, le transport et l’agriculture.

    * pas d’Iphone, d’Audi ou Mini, tous ces signes qui distinguent les bling-bling creux et incultes…

    Bonnes fêtes à toutes.

  6. Olivier Delamarche fait encore la Cassandre boursière. Son agressivité et son mépris des autres intervenants ne sert pas le débat qui aurait pu être intéressant s’il avait un peu fermé sa bouche. On dirait que l’ego d’Olivier enfle comme une baudruche, attention qu’il n’explose pas bientot comme un ballon percé…

    1. Je rajouterai que Delamarche est un indicateur en soi.. Quand il dit que le marché va s’écrouler (depuis au moins 5 ans) il faut continuer à acheter.

    2. Il n’y a aucun mépris de la part d’olivier Delamarche.

      Les chiffres économiques et il a raison sont désastreux. Les indices ne progressent plus par rapport aux fondamentaux qui sont désastreux et ce depuis longtemps mais uniquement du fait de l’intervention des banques centrales.

      La personne qui est en face de lui ne veut ni entendre, ni voir la réalité de la situation économique actuelle. C’est tout ! Et je ne vois pas de relation entre l’ego et les véritables chiffres qu’olivier Delamarche donne et que tout le monde peut vérifier à tout moment comme l’intervenant qui est en face de lui.

      je suis persuadé que si l’intervenant recevait les chiffres en plateau sur un document papier avec les liens officiels du gouvernement américain pour pouvoir les vérifier, il ne voudrait même pas les lire.

      1. « Il n’y a aucun mépris de la part d’olivier Delamarche. » c’est de la dénégation. Ca crève les yeux : aggressivité et suffisance…

        « La personne qui est en face de lui ne veut ni entendre, ni voir la réalité de la situation économique actuelle.  » Ben voyons ! Et la bonne facon c’est de le déconsidérer publiquement, de sous-entendre que c’est un nul… sans place au débat. Pour lui montrer qu’il a tort le meilleur moyen c’est de lui gueuler dessus. Et s’il comprend toujours pas, pourquoi pas un petit coup de gégène aussi.

        Ce que vous condamnez chez les autres, vous l’appliquez vous-meme…

        1. @ John

          T’as déjà essayer de parler avec quelqu’un qui nie la réalité ? Il doit y avoir une petite part d’égo, comme chez tout les humains, mais je pense que c’est plus une manifestation de son exaspération devant une personne qui nie des faits.

          Olivier Delamarche voit à long terme, il a une sorte de recul sur l’économie et que celui d’en face à le nez dans les marchés, pas forcément l’économie en tant que tout. Ce n’est pas forcément un mal, comme quelqu’un l’a dit « la bourse c’est une histoire de timing », une histoire d’échelle également.

          C’est comme si Delamarche avait son graphique en hebdomadaire et l’autre en journalier, l’un dit « ça monte ! » et l’autre « ça descend ! », en vérité, aucun n’a tort dans son propre référentiel.

          Donc le « problème » avec Delamarche (je l’aime bien pourtant) c’est qu’il est souvent « à côté de la plaque »:

          -« Quelle heure est-il ? »
          -« Ca n’a aucune importance on va tous mourir ! »

          Il n’a pas tort, mais ça ne répond pas à la question.

    3. vous 3 vous êtes une belle bande d’idiot ! Y va pas dire qu’il y a de la croissance alors que tout les articles de ce site disent le contraire !!!!

      1. Delamarche à son public..

        Il suffit de reprendre ses discours de 2012 depuis d’autres on fait leur beurre 😉

        C’est clair que le marché lui donnera raison un jour. Mais en attendant les guignols et autres en profite =)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page